Club de la semaine

Show-judo_agglo_grenoble
21.02.13

Judo Agglomération Grenoble (Isère)

Le JAG, le petit, tout petit club qui monte

30 licenciés pour 52 200 habitants - Président : Paul Delormas - Directeur technique : Stéphane Roche - Budget : 9 000 euros.

Le JAG, vous connaissez ? Non, il ne s’agit pas de cette série télévisée sur la justice au sein de la marine américaine mais bien d’un petit club de judo de Rhône-Alpes. Il entame sa 4e saison et possède déjà de grandes ambitions. Paul Delormas, 56 ans, s’est entouré de deux amis, Sarah Nichilo et Stéphane Roche, pour donner naissance à une structure réservée aux compétiteurs cadets, juniors et seniors. « Nous voulons élever le niveau mais nous ne voulons pas dépasser les 50 licenciés et garder ainsi notre excellent état d’esprit », explique le président de Judo Agglomération Grenoble. Pourquoi se limiter à ce petit nombre d’athlètes lorsque l’on aspire à dominer sa ligue puis les France dans les prochaines saisons ? « Il y a 25 ans, j’avais créé le JC Grenoble (anciennement GUC). On a commencé à 60 licenciés pour monter jusqu’à 1200 judokas, devenant l’un des plus gros clubs de France. Une véritable usine ! Il y a six ans les garçons obtenaient le titre de champion de France 2e division, tandis que les filles perdaient en finale », se remémore avec plaisir Paul Delormas (6e dan). Mais Delormas se lasse. « Les jeunes ne s’identifiaient plus. Je pense que le club manquait d’humains. Lorsqu’il fallait décider, on ne pouvait pas se permettre de faire du cas par cas. Tel un paquebot naviguant avec ses problèmes d’inerties. », commente, amère, ce passionné de judo. Alors cet homme décide de rassembler les combattants de l’agglomération grenobloise, issus de clubs familiaux, bridés par le manque de partenaires. Un entraînement au pôle espoir, un entraînement au club d’origine et une séance au JAG avec la chance de bénéficier des conseils de Sarah Nichilo, deux fois championne d’Europe en -48kg. Composés de circuits training, d’uchi-komi et de randoris, le message et clair : préparer au mieux la compet’ ! Revenu de la Côte d’Ivoire en 1974, son pays natal, Serge Delormas reste fidèle à la préfecture de l’Isère. Il y a fondé plusieurs clubs et creuse son chemin. Judogi dans le sac, il n’hésite pas à s’envoler vers la Grèce, l’Italie, le Maroc ou la Chine pour partager son amour du judo et revenir à Grenoble avec de nouvelles histoires et plusieurs idées pour son équipe. Il fait aussi de nombreux allers et retours vers la Côte d’Ivoire qui l’a sollicité pour qu’il s’occupe de la sélection nationale. Hasard incroyable, Kanate Amadou (-100 kg), international ivoirien, après avoir fuit son pays, a rejoint en 2008, la nouvelle structure grenobloise sans connaître les origines de son président. Il y a quinze jours, ils ont pu participer ensemble à leur premier tournoi de Paris. Le judo peut parfois réunir des parcours de vie différents et relancer des hommes à la recherche de nouveaux projets.

B.T.

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros