Club de la semaine

Show-am_conde%cc%81_2
20.02.13

Arts Martiaux Condé (Nord)

Une mine pleine d’histoires

180 licenciés pour 10 000 habitants - Président : Georges Duc - Professeur et directeur technique : Thomas Cadoux-Duc - Budget : 40 000€.

Qui aurait pu croire, un jour, que l’ex-activité minière de la ville de Condé-sur-l’Escaut aurait donné naissance à un projet mêlant judo, partage et voyage ? À vrai dire, pas grand monde et pourtant l’histoire vaut son pesant de charbon. Condé-sur-l’Escaut, ville frontalière de la Belgique, s’est développée en parallèle de son activité minière durant le XXe siècle, cessant sa production en 1991, date à laquelle les Arts Martiaux Condé virent le jour par l’intermédiaire de Georges Duc, l’actuel président. « Au démarrage du club, les demandes d’adhésion ont afflué en masse comptabilisant notamment plus de 100 licenciés en seulement 3 mois. Parmi eux, une forte communauté marocaine venue initialement pour le travail à la mine. Rapidement, nous avons tissé des liens, si bien que deux ans après, nous nous sommes rendus au tournoi international par équipes de Meknès au Maroc. Une expérience qui s’est avérée enrichissante et que nous avons renouvelée en 1995 avant de réorienter notre développement », explique le principal intéressé. En effet, depuis, les Arts Martiaux Condé n’ont cessé d’évoluer en profitant d’une situation géographique que le président a voulu privilégier afin que les jeunes puissent participer à des stages ou des compétitions en Belgique et aux Pays-Bas. 

Alors certes, l’histoire aurait pu s’arrêter là, et le club des AMC ne jamais retourner au Maroc, mais c’était sans compter la douzaine de judokas condéens qui se sont embarqués dans un projet des plus ambitieux. Retourner à Meknès pour y implanter une section Baby Judo, un souhait qui est parti d’un constat que les jeunes ont pris en pleine figure. « Nombre de nos judokas, bénévoles en 2011, aussi bien sur le tournoi de Paris que sur les championnats du monde, se sont aperçus du fossé qui séparait certaines nations en terme de moyens financiers. Une observation qui était d’autant plus marquante pour le Maroc », raconte Ludovic Mortagne, animateur territorial, pratiquant depuis plus de 20 ans et principal initiateur du projet. Et une fois sur place, dans quel domaine interviendront les condéens ? Une réponse que Thomas Magnifico, 19 ans, donne avec un enthousiasme débordant à l’égard de ce qu’il estime être « un rêve depuis tout petit ». « Nous avons monté des dossiers pour bénéficier de subventions. Nous avons multiplié les actions locales et même gagné un concours récompensé par le département. Tous les mercredis, je participe à un cours de Baby Judo afin de pouvoir transmettre, une fois sur place, les meilleurs enseignements possibles. Ce serait véritablement une grande fierté de pouvoir relever ce défi sportif au Maroc ». Au sein du groupe, on s’enthousiasme déjà à l’idée de rencontrer la population locale et de suivre cette évolution pour éventuellement instaurer des échanges dans le futur. Un peu à l’image de ce qu’avait pu faire Georges Duc dans le passé. En attendant d’écrire une nouvelle page d’histoire des Arts Martiaux Condé, le projet, qui est en passe de voir le jour, attend l’ultime subvention du Ministère des Affaires Étrangères. 

Le suivi du projet, ici.
Le club des Arts Martiaux Condé, ici

T.B.

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros