16:39 29 avr

Zen Nihon 2014 - Ojitani vainqueur, Kamikawa et Nagase régalent

Le jeune champion du monde juniors 2010 au nez et à la barbe des favoris

Dans une compétition qui réunissait les 42 meilleurs combattants japonais (ou pas loin), dont un nombre significatif de poids moyens, c'est l'étudiant en 4ème année, Takeshi Ojitani, qui l'emporte, en battant Daiki Kamikawa en finale. Énorme performance de Takanori Nagase, le -81kg titulaire à Chelyabinsk, médaillé de bronze. Ryu Shichinohe, lui, termine 5ème.

© D.R. - Daiki Kamikawa peut grimacer, il ne pourra parer le o-soto-gari de Takeshi Ojitani en finale.

10h30, Nippon Budokan de Tokyo. Alors que le court cérémonial d'ouverture de ce Zen Nihon 2014 s'est déroulé de manière millimétrée et que l'hymne japonais finit de résonner dans la salle, les premiers combattants s'apprêtent à monter sur l'unique tatami pour la compétition individuelle nippone la plus prestigieuse de l'année. Des combats de six minutes et la fierté d'inscrire son nom sur les tablettes de l'histoire du judo japonais pour celui qui l'emportera au bout de la journée. On s'attendait à y retrouver Daiki Kamikawa, Ryu Shichinohe, voire Hisayoshi Harasawa. C'est finalement Takeshi Ojitani, poids lourd de 21 ans, champion du monde juniors en 2010 et finaliste à Oberwart cette année qui rafle la mise. Encore étudiant à la mythique université de Tokai (celle de Yamashita et Inoue), ce droitier a fait parler sa puissance, son sens du rythme et ses terribles o-soto-gari.

Le seul à sortir du tapis sans avoir pris ippon par ce jeune lourd qui se révèle de plus en plus aura été Shohei Ono. Ne perdant que de trois shido au deuxième tour et visiblement venu pour se faire plaisir, le samouraï de Tenri n'aura pas trouvé la solution dans son arsenal technique, certes peu adapté aux poids lourds, pour créer l'exploit. En ¼ de finale, Ojitani s'offrira le scalp de Harasawa sur un gros o-soto avant de battre en demi-finale sur un seoi-nage suivi en kami-shio-gatame la belle surprise du jour, Takanori Nagase (Un combat que vous pouvez voir et revoir ici). Combattant en -81kg, vainqueur de Loïc Piétri lors de la finale du grand Chelem tokyoïte, il a affiché beaucoup de confiance et d'enthousiasme aujourd'hui, en battant notamment au premier tour Yusuke Kumashiro (-100kg) sur un gros ko-soto-gari et Kazuhiko Takahashi, vainqueur de cette même compétition 2010, en quarts de finale, sur un contre compté yuko à sept secondes de la fin. On l'avait déjà pressenti lors de ses apparitions à Tokyo et Paris et cette journée ne fait que le confirmer : il faudra faire très attention à ce combattant de Tsukuba lors des mondiaux car il pourrait bien être l'homme qui viendra briser l'hégémonie des deux hommes forts de la catégorie que sont le Français Piétri et le Géorgien Tchrikrishvili.

Dans l'autre tableau, Kamikawa, bien qu'il donne encore parfois cette agaçante impression d'indolence et de manque de dynamisme dans ses attaques, est revenu à un niveau qu'on désespérait de lui voir retrouver. Plus stable avec ses 156 kilos indiqués sur le programme distribué le matin aux spectateurs, son judo pur a fait mouche puisqu'il gagne tous ses combats jusqu'à la finale par ippon dont un très beau uchi-mata au troisième tour et un sublime okuri-ashi-barai -qui suivait une tentative d'uchi-mata- en demi-finale contre Kenta Nishigata. Le pion de la journée ! (A voir ici). Et ce à neuf secondes du gong final. Ce même Nishigata qui piquait au sol sur hon-gesa-gatame un Shichinohe visiblement pas dans un grand jour. Difficile vainqueur de Ryonosuke Haga au deuxième tour d'un waza-ari assez contestable sur une action vers l'arrière sans vraiment de contrôle et remportant un combat pendant lequel l'arbitre aura fait monter très (trop ?) vite les pénalités contre Hirotaka Kato, vainqueur ici même il y a deux ans. Avec là encore un ippon généreusement donné sur uchi-mata après 30 secondes de combat. Finalement, le combattant de l'île d'Okinawa n'aura pas fait grosse impression sur le tatami du Budokan. Ce qui ne semble pas avoir été retenu contre lui par le staff nippon, puisqu'il fera bien partie du voyage pour Chelyabinsk.

La finale opposait donc Kamikawa à Ojitani. Un combat que l'ancien capitaine de Meiji et dernier judoka à avoir battu Teddy Riner, sur ce qu'il avait montré aujourd'hui, abordait dans la peau du favori. Mais retombant dans ses travers, il laissa monter la main droite d'Ojitani, sans vraiment réagir. L'ancien champion du monde juniors n'en demandait pas tant. Très puissant, ce dernier fixa logiquement Kamikawa pour lancer un o-soto-gari très tonique qui plaqua ce dernier sur le dos (La vidéo de la finale ici). Une occasion manquée pour Kung-Fu Panda d'affirmer encore plus sa suprématie retrouvée dans  la catégorie « reine » au Japon,  qui se cherche toujours un leader incontestable et susceptible de mettre quelques bâtons dans les roues de l'invincible champion français. Néanmoins, on sera curieux de suivre ce très beau judoka mais au mental défaillant par le passé (une faiblesse désormais derrière lui ?), lors des championnats du monde russes. Kamikawa is back ?

Classement
1. Takashi Ojitani (Tokai University)
2. Daiki Kamikawa (Keiyo Gus)
3. Takanori Nagase (Tsukuba University)
3. Kenta Nishigata (Asahi Kasei)

Retrouvez le tableau complet ci-dessous.

Téléchargements associés à l'actualité

Zen_Nihon_2014_-_Tableau_complet.pdf

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros