10:43 01 fév

TOKYO 1 : Japon, c'est l'avalanche !

On s'attendait un peu à ce scénario, notamment depuis le le changement de règles, mais à voir "en vrai", c'est impressionnant, comme pouvait nous le confirmer notre "envoyé spécial" sur place, Thomas Rouquette : À quatre combattants par catégories, le Japon a tout ratissé en ce premier jour du tournoi de Tokyo, qui s'annonce pourtant comme le premier très gros rendez-vous depuis Rotterdam. Des catégories complètes (20 +78kg, 33 -60kg...) et de haut niveau avec le meilleur de l'Asie, de l'Amérique du Sud (Cuba mis à part), de grosses équipes européennes. Quatre catégories, quatre titres japonais, déjà deux doublés et... dix médailles emportées ! La suite devrait confirmer cette force de frappe, d'autant plus intéressante pour le Japon qu'elle semble annoncer un renouvellement ou du moins une concurrence accrue de leur élite.
En - 60kg, alors que le champion du monde ukrainien Zantaraya était battu d'entrée par l'Anglais Mackenzie, c'est le vainqueur de la COupe du Kodokan Masaaki Fukukoka qui réglait le Géorgien Papinashvili, l'Anglais, et le Coréen du moment (Jang Jin-Min) avant de s'imposer en finale aux pénalités au titulaire Hiroaki Hiraoka - lequel sortait en demi dans la difficulté le champion du monde juniors Hirofumi Yamamoto.
C'est l'avénement de Masatoshi Ebinuma en -66 kg. Alors que le double champion olympique Uchishiba s'inclinait nettement devant le Coréen An Jeong-Hwan, le vainqueur de la COupe du Kodokan sortait le champion du monde mongol Hashbaatar, le Coréen An dans une superbe demi-finale et le second Coréen, Kim Joo-Jin en finale, lequel avait aussi sorti le champion du monde juniors Junpei Morishita dans une autre demi à étincelle. Avec son morote super efficace, Ebinuma, 19 ans, vainqueur aussi des Universiades et du tournoi d'Abu Dhabi, a quasiment gagné la sélection pour les championnats du monde (le championnat national sera décesif...) et n'ennuie pas le public. On a hâte de le voir en Europe.
En +78 kg, et en l'absence remarquée de la Chinoise Tong Wen, Maki Tsukada règle l'opposition japonaise en battant en demi la championne du monde juniors Megumi Tachimoto aux pénalités et par ippon en finale, sur son magistral harai / o-soto-gari la grande Russe Ivaschenko, laquelle avait disposé de son côté de l'Anglaise Bryant et de la Slovène Polavder.
En -78 kg, du remue-ménage encore, avec la victoire, dans cette catégorie plutôt faible au Japon, de la championne du monde juniors, la solide Akari Ogata. Elle gagne contre l'Ukrainienne Matrosova, l'Américaine Harisson, la Chinoise Zhang et enfin, au sol en demi comme en finale, contre l'Allemande Wollert et l'internationale Sayaka Anai. Une jolie démonstration ! À noter qu'en demi, Anai ne se débarrasse qu'avec beaucoup de difficultés de Ryuka Sato, victorieuse cette année du tournoi... de Lyon, en juniors. À 17 ans, cette dernière, qui vient de gagner en Corée en battant la médaillée mondiale et olympique Jeong, est aussi la seule à avoir battu Akari Ogata cette année, à Lyon justement. Le Japon peut parier sur l'avenir dans cette catégorie.

Et les Français ?
On peut parler de déception pour cette première journée avec un passage très rapide sur le tapis de nos couleurs, notamment avec une combattante très attendue, Stéphanie Possamai. Elle perd au premier tour devant la jeune Polonaise Pogorzelec, 5e des championnats du monde juniors, incapable de faire face au rythme et à l'engagement de sa cadette. Géraldine Mentouopou gagnait un premier combat rapide avec ko-uchi-gari sur la Polonaise Podkowska, mais se faisait dominer par l'Allemande Wollert au tour suivant. Chez les garçons, si Julien Ottaviani disparaissait d'entrée, contré par l'Allemand Englmaier en -60 kg, Sofiane Milous faisait un très beau départ dans cette catégorie avec une victoire sur le Japonais Kisei Akimoto, le champion de l'année dernière, sur un o-soto-gari en reprise. Mais il s'inclinait ensuite aux pénalités devant l'Arménien Davtyan, troisième des championnats du monde sur une série de pénalités... notamment une saisie de pantalon. Même souci pour David Larose en -66 kg. Bien en jambes, il sortait sur hansokumake pour des saisies aux jambes et non-combativité face au Letton Deniss Kozlovs, non sans avoir été le seul à marquer dans le combat (yuko). Il faudra rapidement relire le règlement.

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei