11:14 07 mar

Swiss Judo Open : les faits marquants

Michael iten met fin à sa carrière en beauté, les Japonais au rendez-vous

Suivez les faits marquants du tournoi ici et retrouvez le site officiel ici

JOURNÉE DE DIMANCHE

 

VIDEO - Juliane Robra, une médaille d'or qui fait du bien

-90kg. Et Grossklaus l'emporte aussi, avec la manière !
Après Michael Iten, et le succès il y a quelques minutes de Juliane Robra, toute la SportHalle de Uster attendait l'or de Ciril Grossklaus. Opposé au modeste Allemand Kurbjeweit-Garcia, il pesait sur lui pour le faire pénaliser une première fois. S'exposant un peu sur o-soto-gari, il prenait la mesure de l'Allemand mais se faisait pénaliser à son tour… avant de lancer à nouveau ce o-soto tout en puissance qui sonnait un peu Kurbjeweit-Garcia. Une attaque en seoi à suivre… Et nouvelle pénalité contre l'Allemand. À l'entrée des deux dernières minutes, Grossklaus gérait son combat d'autant que l'Allemand était encore pénalisé et se faisait prendre au sol. Un passge de quelques secondes pour passer juji-gatame. Ippon ! De quoi mettre un joli point final à ce week-end de judo au Swiss Open.

-70kg : Robra l'emporte à domicile
Elle la tient, sa victoire, Juliane Robra ! La doiuble médaillée européenne n'a fait qu'une bouchée de l'Italienne Paissoni en finale. Elle attendait une nouvelle victoire en tournoi, après une 3e place qui l'avait remplie de larmes l'an passé et plusieurs podiums en European Cup. La voici !

-81kg. La belle finale de Kuroda
Plus petit que le Néerlandais Kellij, le Japonais Kuroda peinait un peu dans l'allonge mais lançait tout de même ses seoi-nage et se montrait plus actif pour faire pénaliser par trois fois son adversaire avant la mi-combat. Son seoi très bas et prolongé en poussant fort sur les jambes lui permettait ensuite de marquer yuko avant un nouveau yuko sur un joli tomoe-nage. Le kumlikata du Japonais était très sûr, ce combattant très fort sur le haut du corps… Pénalisé une fois pour fausse attaque, il demeurait très actif, et trouvait finalement la solution au sol sur un rettournement magnifique en deux temps, ippon !

-81kg. Finale Kuroda (JPN) - Kellij (NED)
Avec 34 combattants sur la ligne de départ, cette catégorie avait belle allure : ce sont le Japonais Kuroda et le Néerlandais Kellij qui sortent du chapeau. Le premier a sucessivement écarté le Suisse Jequier, le Néerlandais Van de Kamer, plusieurs fois champion des Pays-Bas et vainqueur du tournoi en 2011, Jeremie Bottieau puis l'Italien Barilari, tout juste sorti des juniors, en demi-finale. Il sera opposé à Nick Kellij, tombeur pour sa part du Letton Sapega, de l'Italien Scollo puis du Tchèque Turek et du Slovaque Zilka, avant de prendre le dessus sur le Suédois Bjorktorp en demie.

+78kg. Yamamoto au quart de tour
La Japonaise a réalisé une promenade de santé dans la catégorie aujourd'hui en prenant le dessus tout à tour sur la Russe Davtyan, l'Allemande Folkers puis une autre Allemande, Bonitz, coincée en osae-komi en quarante secondes, pour ippon, comme les autres. Cette compétition organisée en poule en raison des quatre combattantes engagées verra donc cette jeune combattante monter sur la première marche ce soir.

-90kg. Grossklaus en finale
Contre le Japonais Murakami, très remuant et qui ne fuyait pas le corps à corps, le Suisse se faisait d'abord projeter sur un mouvement d'épaule, et dérouler lentement. Ippon pour l'arbitre Ben Spijkers, pour une projection qui manquait d'impact et de vitesse… Justement ramenée à waza-ari. L'avantage avait le mérite de lancer le combat et Ciril Grossklaus, en pression très haut au revers, de faire pénaliser le Japonais par deux fois avant d'attaquer et de projeter en contre. Rien sur l'action, mais l'épaule droite de Murakami était touchée… et dès l'assaut suivant, il se faisait clouer sur le dos pour ippon. Le Suisse, vainqueur ici l'an passé, sera de nouveau en finale. Un nouveau signe de sa progression nette des derniers mois.

-78kg : Barbara Bandel au rendez-vous
Victorieuse de la compétition à Genève en 2013 mais en -70kg, l'Allemande de 27 ans est désormais dans la catégorie supérieure. Victorieuse à Sindenfilgen en septembre, sur le podium à Helsingborg en octobre, elle est favorite du tournoi et n'a pas encore eu à forcer son talent. Il faudra être toutefois bien concentrée en finale contre l'Autrichienne Mairhorfer, habituée des phases finales en European Cup et 5e des championnats d'Europe -23 ans en novembre dernier.

+100kg : Finale Yamato (JPN) - Scherrenberge (NED)
Au terme d'une demi-finale où seuls les tibias des deux combattants garderont une trace de l'affrontement, le Japonais  Yamato l'emporte au bénéfice d'un hansokumake donné à l'Italien Dell Anna pour une fausse attaque. Il sera opposé au Néerlandais Scherrenberger, vainqueur de façon plus convaincante du Suédois Fagerhill.

Emilie Amaron "Une journée sans"
Victorieuse de la compétition l'an passé, Emilie Amaron n'a pas réédite l'exploit hier. Elle a dû se contenter du bronze. Une journée en manque de sensations, mais la Suisse n'abdique pas.

-70kg : Robra en demie
La double médaillée européenne est en demi-finale après un tour seulement, d'ailleurs remporté de manière très inattendue. Lors d'une amenée au sol, l'arbitre donnait en effet un osae-komi rapide… jusqu'au ippon alors même que l'Italienne Aragozzini avait verrouillé la jambe de la Suisse. Incompréhension de tut le public, mais l'arbitrage vidéo n'intervenait pas. Pas vraiment la faute de Robra, qui aura à coeur de passer en finale de manière plus nette sans doute. Il faudra pour cela battre la Japonaise Kaede Yoshizawa. L'autre demi-finale, elle, dans cette catégorie qui ne comptait que dix combattantes, sera 100% italienne entre Truglia, qui a passé la Suisse Kuka à la dernière seconde sur un yuko et Carola Paissoni.

RETOUR SUR LA JOURNÉE DE SAMEDI
Michael Iten, une dernière réussie

"Il ne faut jamais dire jamais, mais le haut niveau, c'est fini" a lâché le champion suisse, forcément heureux de finir sur une journée quasi parfaite.

-63kg : Franssen sans un sourire
À 25 ans, Juul Franssen possède déjà un peu de métier : championne d'Europe des -23 ans en 2012, ancienne vice championne du monde juniors et championne d'Europe cadettes, finaliste du Grand Prix d'Abou Dhabi en 2011, il y a de l'assurance chez la Néerlandaise. Sa supériorité se répercutait tout de suite avec un osae-komi tranquille sur l'Italienne Alessia Regis : ippon. Et une sortie du tapis sans sourire… Elle a gagné, et puis c'est tout !

-73kg. Matsukura au finish
La tactique du Russe était claire : venir au corps à corps pour éviter que le Japonais ne trouve la bonne distance et lance ses attaques. Cela lui réussissait plutôt bien : d'abord pénalisés tous les deux dans ce combat un peu trop fixé justement, c'est Vasilev qui prenait l'avantage sur ura-nage. Yuko… Mais le Japonais y croyait jusqu'au bout et plaçait un shime-waza à dix secondes du terme. La jolie moisson continue pour Tenri.

-66kg : Kido, pas un cadeau !
Médaillé aux championnats du Japon juniors 2014, Kiyotaka Kido a quelques compatriotes devant lui dans cette catégories des -66kg et il est donc un peu prématuré de penser à son avenir en grand chez les seniors. Mais aujourd'hui, ses attaques de hanche ont été redoutables, comme celle où il attaque hairai-goshi et pousse jusqu'à dérouler l'talien Medves sur le dos, yuko. Un lutin japonais très mobile, très tranchant, quasi en mode infernal, qui dégainait un seoi-nage à gauche pour waza-ari alors que le Transalpin venait d'être pénalisé une seconde fois. Pas assez rapide comme dénouement pour le Japonais qui plaçait un morote pile à mi-combat, waza-ari awasete ippon ! Un nom qu'il faudra garder en tête.

-52kg. Tschopp rate sa finale
Une première attaque sur un o-uchi ken ken superbe dont parvenait à réchapper l'Allemande Thumm, encore ceinture marron… et c'était la douche froide : la Suisse, descndue dans cette catégorie cette année, venait s'enferrer et se faisait contrer sur son o-soto, comme sur la première action où elle s'était bien retournée… Ippon ! Thumm, 23 ans, n'en demandait pas tant, elle qui avait perdu en finale ici l'an dernier, battue par sa compatriote Ertl. Coup de froid sur Uster…

-60kg. Iten termine sa carrière en beauté
Bien en rythme face à un combattant mobile lui aussi, Michael Iten lançait plusieurs attaques sans toutefois marquer, mais faisant pénaliser son adversaire, ce qui lui permettait de le laisser venir, lui qui lançait notamment un très fort mouvement de hanche à mi combat. Bilan : nez abîmés pour les deux hommes, mais le Suisse, six fois champion national, mais jamais vainqueur du Swiss Open depuis sa création en 2007, contrait une attaque un peu faible de Funami, yuko !, alors que ce dernier venait tout juste d'être pénalisé. Un uchi-mata lancé comme un diable manquait encore de marquer le Japonais. Trente secondes… pour une fin de combat très engagée, une superbe "baston" qui faisait scander son nom au public. Un beau mment de judo pour ce combattant sympatique et talentueux qui met un terme à sa carrière à 28 ans, sur une ultime victoire, sa première en European Cup. C'est ce qui s'appelle finir en beauté. 

-48kg. Affrontement germano-japonais en finale
Chez les super-légers féminines, la finale opposera Julia Rotthoff à Chihiro Nada. L'Allemande a dû venir à bout de sa compatriote Mira Ulrich, tandis que la Nippone a, entre autres, battu Katharina Menz, vice championne du monde juniors. À noter que sur les sept finales qui seront disputées aujourd'hui, cinq compteront un représentant de l'Empire du Soleil Levant. 

-57kg. Logique respectée pour Dotzler. Tête de série n°1 dans la catégorie des -57kg, Emily Dotzler a fait respecter la hiérarchie pour se hisser jusqu'en finale. L'Allemande a notamment battu la jeune belge Mina Libeer, qui à 17 ans est déjà championne nationale chez les seniors. Dotzler affrontera la Japonaise Yutaka Kitaoka, qui avait créé la sensation plus tôt dans la journée en éliminant Emilie Amaron, la tenante du titre.

EN VIDEO - Shinji Hosokawa "Ils découvrent 'Europe"
L'ancien champion du monde et olympique, entraîneur à l'université de Tenri, est à Zurich avec une vingtaine de combattants sélectionné à l'issue des championnats du Kansai, encadrés par ses coéquipiers Masaki et Anai.

-73kg. finale Russie-Japon
Une première attaque forte au bout de cinquante secondessur uchi-mata pour un ippon ramené à waza-ari, avant une deuxième, toujours sur cet uhci-mata terrible pour ippon, le Japonais Matsukura se hisse en finale des -73kg avec élégance et panache. Il y retrouvera le Russe Oleg Vasilev qui a géré le Danois Hvidkaer aux pénalités.

-60kg. Iten se lâche et file en finale.
Ippon-seoi-nage à gauche ppur waza-ari, puis une gestion parfaite de l'activité du Japonais Nakahara déroulé pour un second waza-ari et voici le combattant de Brugg en finale des -60kg.

-52kg. Evelyne Tschopp au rendez-vous
La combattante du JC Cortaillod, descendue en -52kg pour tenter de décrocher une qualification olympique réussit une jolie journée. Quarante sept secondes tout juste pour satelliser la Japonaise Nagano, avant une victoire, au-dessus physiquement, sur la Britannique Scardone, puis une belle bagarre contre la Belge Antonis, une ancienne médaillée européenne cadette de 20 ans, 7e des derniers mondiaux juniors, rugueuse sur ses passages au sol, pour un combat également remporté par ippon. Tschopp est en finale. Elle y rencontrera l'Allemande Thumm, finaliste ici l'an passé et 3e des derniers championnats d'Allemagne.

-63kg. Des demies 100% européennes
Vice championne du monde juniors et cinquième des champinnats d'Europe 2010, championne d'Europe des -23 ans 2012, Juul Franssen, de retour après plusieurs mois loin des tatamis, apparaît affûtée pour la victoire aujourd'hui. La blonde néerlandaise a déposé la Suisse Hildbrand et la Belge Heyns. Elle sera opposée à l'Allemande Zander en demi-finale, dont le dernier résultat reste un podium à la European Cup de Sindenfilgen. L'autre demi-finale opposera l'Italienne Regis à la Suissesse Flury, championne de Suisse en titre. 

EN VIDEO - Eric Haenni, une vie de judo
Ils sont trois, seulement, à avoir remporté une médaille olympique pour la Suisse depuis 1964… Il y a 50 ans tout juste. Cette année-là Eric Haenni, aujourd’hui 9e dan, devenait le premier d’entre eux, se hissant en finale des -68kg, à Tokyo. Un champion discret né dans le Jura suisse aujourd’hui âgé de 76 ans à l’œil toujours vif et au verbe haut qui revient sur son parcours singulier avec beaucoup de pudeur sur un pan d’histoire un peu oublié.

-60kg. Iten-Nakahara, ça promet ! 
Deux combats réglés en quelques secondes : une attaque redoublée sur seoi-nage puis un ko-uchi foudroyant sur le Belge Schildermans, uchi-mata qui claque pour Michael Iten sur le Luxembourgeois Schmit, et voici les deux hommes en demi-finale.

-73kg. Matsukura là aussi. 
L'école Tenri aura aussi un représentant en demi-finale dans cette catégorie. Si ces jeunes combattants japonais ne manquent pas de talent, c'est au petit trot qu'ils progressent dans leurs tableaux. Yuto Matsukura s'est ainsi imposé à l'Allemand Kluge puis au Russe -grand habitué du tournoi- Nikita Khomentovskiy. Il sera opposé en demie au Britannique… Ireland, 19 ans, très présent sur le circuit des tournois juniors en 2014 et 5e de l'Open de Barcelone il y a quelques jours. L'autre demie opposera le Russe Oleg Vasilev au Danois Hvidkaer.

-66kg. Kido, Hosokawa fils et l'Italie
Le combattant du Kansai est le premier -66kg qualifié pour les demi-finales. Après le Slovaque Poliak, le Japonaiss'est offert le Suisse Stump sur un joli redoublement d'attaque en seoi-nage pour ippon. Il devra désormais faire face à la concurrence italienne avec Gabriele Mancioppi en demie et sans doute Salavatore Mingoia en finale, déjà en or ici l'an passé et vainqueur de Shinsaku Hosokowa, fils de Shinji, champion du monde et olympique, qui accompagne l'équipe nippone.

VIDEO Inside…
Le Swiss Judo Open a commencé ce matin. Près de 300 combattants venus de 29 nations, dont une délégation japonaise avec les champions Masaki, Hosokawa et anai pour coacher… La compétition en mode "inside" ? 

Qui pour faire mieux qu'en 2014 ?

En 2014, les Suisses opportunistes 
Trois médailles en 2011, autant en 2012 (toutes de bronze) puis un record de 11 médailles l’an passé où, déjà, la bataille avait fait rage en -57kg… Que doit-on retenir de cette édition 2014 qui avait quitté ses bases de Genève après trois éditions sur les bords du Léman ? 
Le bilan chiffré d’abord : 12 médailles en tout dont trois titres, un niveau jamais atteint depuis les débuts du tournoi en 2007, alors organisé à Baar. Après un championnat national raté, les honneurs étaient revenus à Emilie Amaron. À 23 ans, la combattante du JC Morges avait mis tout le monde d’accord, y compris ses principales concurrentes nationales : Larissa Csatari, tenante du titre battue en quart, Fabienne Kocher, qui affichait de plus en plus de résultats ces derniers mois, en finale sur un makikomi. "Je n’étais pas très bien ces derniers mois et puis tout s’est mis à marcher sur ce tournoi, alors forcément, ça fait plaisir et ça donne confiance. Je ne dirais pas qu’il y avait plus que ce Swiss Open à jouer, mais j’ai retrouvé des sensations, comme ce pion sur la Française.“ L’intéressée, Cindy Madelrieux, solide combattante de 1re division française, avait été soufflée par son uchi-mata à gauche. Une femme donc, et, pour la première fois,  deux hommes en or sur leurs terres. Pour Ciril GrossKlaus, la baston la plus difficile aura sans doute été celle du premier tour face au très expérimenté Allemand Robert Conrad, seulement battu aux pénalités. Quant à Flavio Orlik, vainqueur en -100kg, c’est plutôt le mode expéditif qu’il avait choisi : sur seoi-nage ou sur uchi-mata, il a fait très mal. Finaliste de la European Cup de Sofia en février, c ecombattant s’affirmait un peu plus encore à Uster. Une très bonne nouvelle pour la Suisse. Qui pour leur succéder ? Amaron sera là, mais Orlik et Kocher sont blessés, quant à Evelyne Tschopp, elle est désormais en -52kg, un joli pari à suivre.

Un tournoi révélateur Le tournoi a toujours été un bon révélateur des potentiels, voire des champions à venir. Pas un voeu pieux : une analyse des résultats depuis 2007 le montre clairement. Qui était Tagir Khaybulaev, vainqueur en 2008 en -100kg ? Champion de Russie espoirs, vice champion d’Europe police et médaillé continental en -23 ans. Trois ans plus tard, il sera champion du monde à Paris, puis champion olympique dans la foulée. Qui aurait misé sur une médaille olympique pour Charline Van Snick en 2009 lorsqu’elle emporta l’or , à Baar encore, l’année où Claudia Malzahn ou Anicka Van Emden vinrent aussi chercher un succès dans leur jeune carrière ? Souvenez-vous du minois de Carla Grol, finaliste malheureuse face à la Suédoise Emma Barkeling en 2011, alors n°3 néerlandaise en -57kg. Il y eut aussi le Russe Viktor Semenov, vainqueur en -90kg en 2008 et solide compétiteur de l’équipe russe, l’Allemand Alexander Wieczerzak, en or en 2012 à Genève, que l’on avait vu débouler à 21 ans son titre mondial juniors sous le bras, mais un genou en vrac, devenu ensuite numéro 1 allemand en -81kg. Cette année-là, on avait aussi entrevu le potentiel de Marc Odenthal en -90kg, 5e des Europe un an plus tard et sur son premier podium en Grand Chelem en février dernier à Paris. La Batave Linda Bolder remporta aussi le Swiss Open (2012 en -78kg d’ailleurs), qui peut encore s’enorgueillir des victoires de Majlinda Kelmendi, future première championne du monde de l’histoire du Kosovo. Il faut enfin mentionner les Français, souvent nombreux : Sarah Loko (1re en -57kg en 2008) et 5e des championnats d’Europe 2012, Emilie Andéol, victorieuse chez les lourdes en 2011 et vice championne d’Europe deux ans plus tard pour ne citer que ceux-là. 
En devenant European Cup, en rassemblant ce matin près de 300 combattants dont une belle délégation japonaise, l'édition s'annonce sous les meilleurs auspices. Soyez au rendez-vous. C'est parti, ici, à Uster !

Les médailles suisses / Schweizer Medaillen 2014 : 
OR 
Emilie Amaron (JC Morges) , -57kg
Cirill Grossklaus (National Team),-90kg
Flavio Orlik (National Team), -100kg
ARGENT 
Priscilla Morand (JC Morges), -48kg
Fabienne Kocher (SUI, National Team), -57kg 
BRONZE 
Tamara Silva (JC Morges), -52kg 
Svenja Appenzeller (JC Uster), -52kg
Evelyne Tschopp (JC Cortaillod) , -57kg
Charlotte Schwab (JC Biel/Bienne), -63kg
Julianne Robra (National Team), -70kg
Domenic Wenzinger (National Team), -90kg
Dominik Sommer (SC Nippon Bern), -81kg   

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros