10:44 01 fév

Samedi, un bilan

Premier jour, première salve d'enseignements. Les sept catégories engagées ce samedi – trois féminines et quatre masculines – ont accouché de sept vainqueurs différents par rapport à l’édition 2011 de ces championnats de France. Chez les masculins, seuls trois athlètes sur les douze médaillés de Liévin conservent une place sur le podium – Nour en -60 kg, Czukiewycz en -66 kg et Darbelet en -73 kg. Chez les filles, le ratio est de quatre pour neuf : en -48 kg Scarlett Gabrielli troque l’argent pour le bronze ; en -52 kg, les inséparables Delphine Delsalle et Julia Rosso, 5èmes en 2010 et bronzées en 2011, font 1 et 2 cette année ; et en -57 kg Lola Benarroche certifie son bronze de Liévin… Des championnats du renouveau ? Voire. L’olympiade est encore longue, les forfaits des fuoriclasse nombreux et les nombreux passages en catégories supérieures et autres aléas de vie interdisent pour l’instant toute conclusion hâtive. 

Dans une semaine, six des engagés de ce samedi défendront les couleurs françaises au Grand chelem de Tokyo. Fallait-il annoncer si tôt la liste des sélectionnés, privant de fait l’Arena de la présence de leaders vraiment en mode commando ? Toujours est-il que sur ces six engagés, seuls trois repartent de Montpellier avec une médaille (le bronze pour Aurore Climence en -48, l’argent pour David Larose en -66 kg et Florent Urani en -73 kg), et aucun n’aura touché l’or. Inquiétant ? S’il est difficile de se prononcer sur le cas de Sofiane Milous, 5e à Londres en -60 kg, engagé à titre provisoire ce samedi en -66 kg et battu de peu par la double conjoncture d’un Jefferson Soler acharné et d’un quart de tableau en forme de coupe-gorge (Ottaviani puis Larose en guise d’étau), les cinquièmes places de Pénélope Bonna et de Dimitri Dragin posent davantage de questions, tant l’occasion semblait belle de débuter la longue marche vers Rio du bon pied. Ont-ils fait le plein de confiance avant de se frotter à nouveau aux tatamis tokyoïtes ? La réponse est peut-être dans la question.

Des questions, s’il en est une qui ne s’en est posée aucune tout au long de la journée, c’est bien Amandine Buchard. Championne de France cadette en 2011 (et médaillée européenne et mondiale la même année), championne de France junior en 2012, la judokate de Noisy-le-Sec réalise à 17 ans une impressionnante passe de trois en -48 kg. Un an après la surprise Maryne Cebo – non classée ce samedi -, elle met une nouvelle pelletée de terre sur le long règne du trident Jossinet-Payet-Climence. Mieux, elle se permet le luxe de battre d’entrée – et nettement - la seule des trois qui était présente sur le tapis de l’Arena. Et conclut son arrivée chez les seniors par une finale où elle joua le rôle de l’éléphant et la méritante Myriem Samraoui celui du magasin de porcelaine. Issue du JC Noiséen, un club qui doit être à Levallois ce que le Liechtenstein est à la Russie, elle sera une attraction en puissance dans quelques semaines à Bercy.

A côté de cet avènement, le retour de flamme de Delphine Delsalle en -52 kg paraît soudain plus anecdotique. Et pourtant ! Six ans après son premier titre, cet or héraultais a comme des reflets arc-en-ciel pour ceux qui se souviennent qu’il est obtenu en finale face à Julia Rosso, celle-là même qui, à classement égal au précédent championnat de France auquel fut ajoutée une poule de sélection aux objectifs très contestés à l’époque, lui avait été préférée pour le Tournoi de Paris 2012. Présente quasiment sans discontinuer sur les podiums nationaux depuis 2004, la Corse s’offre au passage une victoire de prestige sur Pénélope Bonna, championne d’Europe 2011 peut-être pas encore remise de n’avoir pas eu son ticket pour les Jeux – et qui sera crucifiée une seconde fois en place de trois par l’enthousiaste Aurélia Issoumaïla… Baroud d’honneur ou déclic tardif ? Les années et le supplice de Tantale des sélections souvent frôlées ont rendu l’athlète de Champigny adepte du step by step. Ce sacre, ajouté à la constance ascendante d’une Julia Rosso ou d’une Elodie Grou, constitue en tout cas une solide garantie que Priscilla Gneto, forfait ce samedi, ne devra pas s’endormir trop longtemps sur ses lauriers londoniens.

Médaillée de bronze en 2010 à Montbéliard puis d’argent la même année à Boulazac, la Mulhousienne Cindy Huber touche enfin à l’or des -57 kg. Dans une catégorie rendue ouverte par les absences (Pavia, Receveaux), les montées de caté (Ribout, Loko) ou les retraites (La Rizza), c’est elle qui a le mieux su tirer son épingle du jeu, slalomant à grands coups d’eri-seoi entre les obstacles venus de Pontault-Combault (Elliott, Brunet) ou de cette décidément très en verve équipe de Champigny (Benarroche). Passera-t-elle le cap de l’international ? Le plus sûr moyen de ne pas le savoir étant de ne pas y aller, elle a en tout cas validé son ticket pour être bientôt fixée.

Chez les garçons, le sourire du -60 kg Issam Nour fait plaisir à voir. A 31 ans, le jeune papa conserve un enthousiasme de junior et est aux antipodes de l’archétype du trentenaire blasé. Jamais médaillé jusqu’à ses 28 ans, il enchaîne mine de rien sa quatrième finale nationale de rang, pour trois titres. Son âge « canonique » le met-il dans la peau de l’arbre qui cache l'absence de forêt ? L’excursion de son grand rival Sofiane Milous chez les -66 kg lui aura certes retiré une belle épine du pied, mais sa victoire très serrée en quarts face à l’ACBBiste Kamel Mohamedi montre que s’il laisse trop traîner l’orteil, ils sont déjà quelques uns à rêver de lui croquer toute la jambe.

Que retenir des -66 kg ? Est-ce le solide Kilian Le Blouch qui a gagné son premier titre ou David Larose qui a sabordé sa finale en faisant de l’art de l’esquive un plan A plutôt qu’un plan B ? Y’a-t-il deux Dimitri Dragin ? Un Dimitri-Jeckyll qui horizontalizerait l’opposition à hauteur d’épaule sans desserrer la mâchoire et un Dimitri-Hyde qui halèterait d’uchi-komis en fausses attaques jusqu’au sore-made ? Dans quels retranchements pousseront ces leaders la constance d’un Clément Czukiewycz ou la progression d’un Julien La Rocca ? Et si la belle histoire du jour était plutôt celle de Mathias Boucher ? Il y a quatre ans à peine le jeune Rémois rêvait simplement d’être là. Aujourd’hui il porte le dossard de Chilly-Mazarin et son vœu le plus cher pend à son cou. Il est en bronze et ce bronze le rend léger.

En -73 kg, les pronostics allaient bon train. Qui du Jonathan Allardon de Salvador de Bahia, du Benjamin Darbelet des grands jours ou du Florent Urani des World Cups allait succéder au néo-retraité Gilles Bonhomme ? Comme chez Alexandre Dumas, les Trois mousquetaires étaient en réalité quatre ce samedi à Montpellier. Et c’est le Levalloisien Pierre Duprat qui a tenu le rôle de D’Artagnan, passant par le fil de l’épée et dans l’ordre ce prestigieux tiercé, auquel Guillaume Chaine a apporté sa surpuissance et Loïc Korval et Arthur Clerget l’ombre portée de leur absence… Abondance de biens ne nuit pas, dit l’adage. C’est aussi ce que se répète le médaillé olympique Ugo Legrand, spectateur à Montpellier, pour qui la présence de rivaux nationaux de premier plan est le meilleur gage de vigilance pour qui prétend – et c’est paraît-il son cas - jouer un rôle au niveau supérieur.

En -81 kg enfin, le passage de témoin entre le champion de France 2011 et son successeur aura eu lieu dès le premier tour. C’est à ce stade en effet qu’Aurélien Leroy, 24 ans, a marqué face à Guillaume Riou le premier des six ippons consécutifs de sa journée. Un nouveau départ pour l’ancien Mosellois, pas épargné par les pépins physiques ces dernières années. Derrière, Dimitri Gomes-Tavares a montré qu’il n’était pas qu’un tour de biceps et Quentin Joubert touche enfin au podium national que son judo mérite. Joris Guillot-Rosselot, Mewen Ferey-Mondesir, Walter Azoula, Adrien Dupont ou Heindrick Laurent ont aussi apporté de l’air dans une caté rendue ouverte, comme les -57 chez les filles, par les absences (Schmitt, Piétri, Jeannin, Tobrouki), les montées (Clerget) et… Aurélien Leroy.

Les autres actualités similaires

Original-original-310_cjuniors
Original-pub_3
Original-original-310_cadets
Original-original-310_militaires
Original-carre%cc%81_ff
Original-original-310_veterans
Original-original-310_para_judo
Original-page_81
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_regions