16:57 19 fév

Quoi de neuf à la ranking list ?

Les lourds (-81 kg / -90 kg / -100 kg / +100 kg)

 

 

 

 

Troisième à Tokyo, premier à Paris Cyrille Maret a marqué les derniers mois de son impact / Photo Paco Lozano

La fin de l’année judo 2013 s’est terminé par l’un des (deux) tournois les plus prestigieux de la planète, celui qui lançait vraiment « l’après championnat du monde », le Grand Chelem de Tokyo. L’année 2014 s’est ouverte avec l’autre grand tournoi planétaire, Paris. Entre le deux un Grand Prix coréen, deux Open continentaux. Qu’est-ce qui a bougé dans le classement mondial ? Qui a profité ? Qui a chuté ? Où en sont les meilleurs Français ? Notre analyse.

 

-81 kg :

Les cinq premiers :

1 - TCHRIKISHVILI Avtandil (GEO)

2 - PIETRI Loic (FRA) +1

3 - PENALBER Victor (BRA) -1

4 - KIM Jae-Bum (KOR) +11

5 - NIFONTOV Ivan (RUS)

 

Ça bouge pour :

7 - TOMA Sergiu (MDA) -3

9 - STEVENS Travis (USA) +5

10 - IMAMOV Yakhyo (UZB) -4

14 - NAGASE Takanori (JPN) +112

15 - NAGASHIMA Keita (JPN) -5

22 - VOROBEV Ivan (RUS) -14

78 - GUILHEIRO Leandro (BRA) -23

 

Les Français :

13 - SCHMITT Alain (FRA) -2

90 - RIOU Guillaume (FRA) +93

129 - JOUBERT Quentin (FRA) -4

 

Malgré la montée en puissance de notre champion du monde, finaliste à Tokyo et à Paris, c’est finalement son adversaire n°1, le Géorgien Tchrikrishvili qui prend le leader mondial grâce à sa troisième place à Tokyo et sa médaille à Paris. Loic Pietri regrettera peut-être de n’avoir pas géré son waza-ari d’avance à Paris  - même si le titre à Bercy ne lui aurait pas permis de combler les 430 points, et quelques, qui le sépare du Géorgien. Mais celui qui fait le plus beau rapproché vers la tête, c’est le champion olympique Kim Jae-Bum. Malgré une forme encore loin d’être optimum, sa victoire en Corée et sa troisième place à Paris le ramène dans les cinq mondiaux. Sa confrontation à venir avec Pietri et Tchrikrishvili ne devrait pas manquer d’intérêt.

Rien ne bouge pour l’Allemand Maresch, 6e de ce classement, comme son compatriote Peters, 6e lui aussi des -100 kg. Le vainqueur de Paris en 2013, l’Ouzbek Imamov perd des points, comme d’ailleurs la plupart des combattants leaders de ce pays. Le passage de la Moldavie aux Emirats ne fait pas tout et Sergiu Toma marque un peu le pas. Ça bouge en revanche de façon considérablement positive pour le Japonais Nagase, vainqueur à Tokyo et troisième à Paris, désormais devant Keita Nagashima, qui s’essouffle. Un changement de leadership en perspective ? Les Russes sont toujours dans un mode discret et les animateurs de cette année, notamment Vorobev, troisième des championnats du monde et deuxième à Tokyo en 2012, le payent au classement. De même que le grand Guilheiro, éloigné pour blessure depuis un moment, et qui continue sa chute rapide vers l’anonymat.

Les Français ? Stables. Avec la modestie qui convient pour un classement encore loin des sommets, le double champion de France Guillaume Riou, 5e à Casablanca, peut être encouragé par son entrée dans le top 100 mondial.

 

-90 kg

Les cinq premiers :

1 - LIPARTELIANI Varlam (GEO) +1

2 - GONZALEZ MONTERO Asley (CUB) -1

3 - DENISOV Kirill (RUS)

4 - ILIADIS Ilias (GRE)

5 - LEE Kyu-Won (KOR) +8

 

Ça bouge pour :

7 - GWAK Dong-Han (KOR) +14

11 - BEIKER Masyu (JPN) +268

13 - ODENTHAL Marc (GER) +5

22 - VOPROSOV Kirill (RUS) -10

49 - NISHIYAMA Masashi (JPN) -43

 

Les Français :

35 - GOBERT Ludovic (FRA) -1

54 - IDDIR Alexandre (FRA) -11

63 - CLERGET Axel (FRA) +27

81 - BUFFET Romain (FRA) +25

 

Troisième à Tokyo et deuxième à Paris, le Géorgien Liparteliani déloge le champion du monde cubain de sa première place au classement, lequel est pénalisé par sa contre-performance à Paris où il a été battu par Romain Buffet. Et si le Russe Denisov reste stable au classement, lui qui n’était pas au Japon et à Paris déjà l’année dernière, ce n’est pas le cas de son second, Kirill Voprosov, qui perd beaucoup de points, et de place, dans la séquence. Troisième à Paris, l’Allemand Odenthal vient coller au groupe de tête, tout prêt d’entrer dans le top dix où sont déjà ses camarades d’équipe Sven Maresch (-81 kg, 6e) et Dimitri Peters (-100 kg, 6e), mais aussi le jeune Karl-Richard Frey (-100 kg, 9e), le poids lourd Toelzer étant lui aussi toujours classé (5e), mais désormais retraité. La dynamique la plus forte est à mettre à l’actif de l’Asie. La Corée encore une fois, avec la « bourre » que se tirent deux prétendants, l’ancien champion du monde (2009) Lee et le nouveau venu Gwak. Le premier marche au super, avec une deuxième place à Tokyo et une victoire à Paris. Quant au second, il gagne le Grand Prix de Corée. On a beaucoup vu le Pays du Matin Calme dans cette catégorie. L’avertissement est lancé.

Néanmoins c’est le Japon qui peut s’enorgueillir de la meilleure progression chiffrée, et pour cause, sa jeune perle de 19 ans, Masyu Beiker, non classé il y a un mois, a gagné Tokyo et s’est hissé au bronze à Paris ! Il éclipse du coup totalement la « révélation » de l’année 2012, le médaillé olympique Masashi Nishiyama, qui perd beaucoup de points.

Moins à la fête, les Français restent très loin du compte dans cette catégorie où c’est toujours le discret Ludovic Gobert qui a le meilleur classement. Iddir a raté une occasion cette année, malgré son titre national, en échouant au tournoi de Paris dès le premier tour. C’est Romain Buffet qui est le plus actif depuis son retour et sa finale perdue de peu au National avec un beau tournoi de Paris qui lui donne 80 des 128 points qu’il a actuellement à son compteur. Mais Axel Clerget, vainqueur à l’Open Africain de Casablanca, a pris 100 points et n’a pas dit son dernier mot.

 

-100 kg

Les cinq premiers :

1 - MAMMADOV Elkhan (AZE)

2 - KRPALEK Lukas (CZE) +2

3 - MARET Cyrille (FRA) +2

4 - GROL Henk (NED) -2

5 - SAYIDOV Ramziddin (UZB) -1

 

Ça bouge pour :

14 - NAIDAN Tuvshin Bayar (MGL) +12

15 - BISULTANOV Adlan (RUS) +9

21 - SAMOILOVICH Sergei (RUS) -7

24 - BATTULGA Temuulen (MGL) -12

29 - REYES Kyle (CAN) +78

31 - KHAIBULAEV Tagir (RUS) -1

 

Les Français :

49 - CLEMENT Maxime (FRA) +162

61 - DELVERT Clément (FRA) +2

139 - LE NORMAND Mael (FRA) -8

163 - MACHTROU Nabil (FRA) +80

 

Le champion du monde azéri profite de son matelas et reste en tête, chef de fil d’un groupe national plutôt bien placé au niveau mondial – notamment grâce à un Grand Chelem à domicile qui leur à donner des points faciles – avec Mushkiyev (-60 kg, 12e), Shikalizada (-66 kg, 8e), orujov (-73 kg, 14e), Gahramanov (-90 kg, 8e) ou Elmar Gasimov (-100 kg, 8e). L’ancien n)2 Henk Grol reste sans doute l’homme fort européen, mais il est de plus en plus contesté par la montée en puissance de ses cadets, le Tchèque Krpalek, vainqueur à Tokyo, et le Français Maret, troisième à Tokyo, vainqueur à Paris devant le Tchèque bien dépité de ne pas faire ce doublé des grands chelems majeurs. Eternel lutteur, le Mongol Naidan, 3e à Tokyo, remonte nettement, et si le champion olympique russe Khaibulaev ne bouge toujours pas un orteil, si Samoilovich son second ces dernières années décline, le jeune Bisultanov, 24 ans, troisième à Paris, monte en puissance. On a beaucoup vu le champion du monde junior canadien Kyle Reyes, 2e à Tokyo, mais il a commencé à s’essouffler à Paris où il n’est pas classé, et à l’Open d’Autriche où il ne fait que 5e.

Les Français ? Stabilité pour Clément Delvert battu à Paris, et quelques points positifs pris par le jeune Nabil Machtrou avec une 5e place à l’Open de Casablanca. Mais l’événement tricolore, c’est le remarquable parcours de maxime Clément le champion de France, 30 ans, jusque là quasiment inexistant au niveau international et vainqueur depuis son titre de l’Open Casablanca et de quelques très beaux duels à Paris qui lui valent une 5e place. Un bond au classement et une nouvelle assurance à ce niveau qui demandent à être confirmés.

 

+100 kg

Les cinq premiers :

1 - SILVA Rafael (BRA) +1

2 - RINER Teddy (FRA) -1

3 - OKROASHVILI Adam (GEO)

4 - JABALLAH Faicel (TUN) +1

5 - KIM Sung-Min (KOR) +3

 

Ça bouge pour :

7 - SAIDOV Renat (RUS) +3

10 - MOMOSE Masaru (JPN) +3

11 - BRAYSON Oscar (CUB) -2

12 - SHICHINOHE Ryu (JPN) +9

20 - MIKHAYLIN Alexander (RUS) -5

35 - EL SHEHABY Islam (EGY) -10

 

Les Français :

16 - BONVOISIN Jean-Sébastien (FRA) +3

78 - THOREL Matthieu (FRA) -3

101 - PIN Adrien (FRA) +88

 

L’absurde jeu d’accumulation des points, qui désigne Rafael Silva comme le meilleur poids lourd de la planète au détriment de Teddy Riner, récent vainqueur des Jeux olympiques, du tournoi de Paris 2013, des championnats d’Europe et du monde la même année, perdure ! Une situation qui ne s’est pas arrangée sur ce tournant hivernal puisque pour la première fois depuis bien longtemps le Français n’a pas participé au tournoi de Paris. C’est donc Silva, deuxième à Tokyo et absent à Paris qui conserve cette place de prestige. Une façon tout de même d’honorer la belle montée en densité du Brésil dans cette catégorie car, David Moura finaliste à Paris, préserve sa flatteuse 6e place mondiale tandis que si Walter Santos quitte le top 10, il reste 12e mondial. Le Cubain Brayson en revanche, continue à glisser vers le bas depuis ses échecs aux Jeux et au championnat du monde. Troisième à Paris, le Tunisien Jaballah confirme sa place dans le top 5 actuel (après le bronze en Russie et au championnat du monde) – bien loin devant l’Egyptien El Shehaby en perte de vitesse - et c’est encore une fois la Corée qui marque beaucoup de points avec la victoire au Japon et en Corée de Kim Sung-Min, qui revient pour sa part dans ce top 5. Il aurait pu faire plus fort, si il n’avait pas perdu 50% du bénéfice de ses deux finales à Tokyo et Paris l’année dernière, pour une victoire à Tokyo déjà. Derrière, si la 5e place au championnat du monde de Rio semble être le dernier feu du grand champion russe Mikhaylin, en revanche le géant Renat Saydov, bien maladroit il y a encore quelques mois, s’affirme dans le top ten mondial avec sa troisième place à Paris. Après le grand chelem japonais, les combattants nippons marquent logiquement quelques points, mais c’est surtout le titulaire des derniers championnats du monde, Ryu Shichinohe, qui se fait remarquer avec l’or à Paris dans un très beau style, ce qui doit lui redonner le moral après son médiocre parcours à Rio.

Derrière Teddy Riner, Thorel, bien classé dans le top 20, Jean-Sébastien Bonvoisin ne prend que trois places malgré une 5e place à Tokyo. Il faut dire qu’en 2012, il avait atteint le podium de ce tournoi. Mathieu Thorel perd quelques places, malgré sa finale à Casablanca. Vainqueur de son premier tour à Paris, ce qui le classe en 16e de finale, Adrien Pin touche 60 points qui lui font faire un joli bond au classement.

 

Pour découvrir la première partie de cet article, c'est ici.

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei