10:43 01 fév

Open de Corée, Le Matin Calme à la parade

Si l'Open de Corée ne fait pas partie de la série des "Grand Prix" (en fait ce n'est pas très clair : il apparait sous ce sigle sur le site de la Fédération Internationale... mais pas dans la liste des tournois donnant des points à la "ranking list".) il attire au moins pas mal de Coréens, des Mongols et quelques Japonais, assez pour que la bonne équipe de France engagée là-bas n'ait pas été à la fête. Une très jolie finale cependant (-52 kg) pour Pénélope Bonna, qui bat la Japonaise Miki Watanabe, la turbulente Portugaise Laura Gomez, et l'Espagnole Ana Carrascosa, championne d'Europe 2008 et médaillée mondiale 2009 ! Même si elle perd ensuite sur la Mongole Munkhbaatar, c'est un résultat de référence pour cette combattante encore discrète mais qui pourrait devenir une ressource dans une catégorie désormais sans leader fixe en France depuis la montée d'Audrey La Rizza. Une médaille aussi pour Caroline Lantoine en -57 kg, une catégorie où les prétendantes se rendent coup pour coup derrière le nouveau leader, la championne du monde Ribout. Marie Pasquet, 2e en -70 kg, dernière médaillée française. Une combattante du meilleur niveau international depuis longtemps, et qui confirme, malgré une finale perdue devant l'étonnante Suissesse Robra, une fille à suivre. Enfin une 3e place assez peu significative de Stéphanie Possamai battue d'entrée par une Coréenne et qui se reprend bien ensuite contre une Chinoise anonyme et la Canadienne Cotton. Rien de plus, sinon chez les garçons quelques cinquièmes places, Thierry Fabre et Frédéric Stiegelmann en -100 kg, battus l'un et l'autre par le nouveau champion du monde juniors de la catégorie, le Tchèque Krpalek, Sofiane Milous en -60 kg et Loic Korval, qui s'était invité puisqu'il était suspendu de sélection pour sanctionner un mauvais comportement, en -66 kg - tandis que son rival Larose était battu trop tôt par le futur vainqueur. Pas de quoi chanter un avenir radieux, notamment dans les catégories qui cherchent une alternative, ou un nouveau souffle bien long à venir, en -60 kg, -66, -73, -100 kg... Quand même beaucoup. Le tournoi de Tokyo devrait être plus révélateur de nos perspectives pour l'année à venir. Ce que cet Open a démontré en tout cas c'est que la dream team coréenne est prête : une nouvelle ressource en -66 kg avec Cho Jun-Ho qui passe un cap en gagnant pour la première fois ce tournoi et qu'on va sûrement découvrir en Europe. Le retour ferme de l'ancien champion du monde Hwang Hee-Tae en -100 kg, la confirmation de la qualité de leur lourd - point faible habituel des Coréens - avec Kim Soo-Whan, double champion d'Asie. Une alternative au nouveau champion du monde -90 kg (Lee Kyu-Won), avec Kwon Youn-Woo qui l'emporte aussi, la confirmation de la densité de la catégorie -81 kg où le vice champion olympique Kim Jae-Bum est devant, tandis que son rival numéro un Song Dae-Nam vient de gagner au Brésil. Et enfin, et c'est peut-être le plus riche d'enseignement, la confirmation que la relève est prête en -73 kg où Bang Gui-Man ne cesse de gagner au moment où le champion du monde et vice champion olympique Wang Ki-Chun, annoncerait sa retraite (à 22 ans...) pour des raisons judiciaires. Six titres sur sept. Si c'est un peu moins bon chez les filles, comme d'habitude, avec notamment la défaite de la médaillée mondiale et olympique Jeong Gyeong-Mi en -78 kg devant la Japonais Ruika Sato, qui s'affirme dans une des rares catégories où les Japonaises étaient plutôt faibles, tout va bien pour le pays du Matin Calme.

Les autres actualités similaires

Original-original-310_cjuniors
Original-pub_3
Original-original-310_cadets
Original-original-310_militaires
Original-carre%cc%81_ff
Original-original-310_veterans
Original-original-310_para_judo
Original-page_81
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_regions