15:52 05 jun

N°1 mondiaux, les vrais, les faux (partie I)

Notre analyse du classement mondial actuel, chez les garçons

Reddy Riner, incontestable n°1 mondial / Emmanuel Charlot - EDJ

La ranking list continue à nous servir régulièrement des n°1 mondiaux. Mais sont-ils vraiment incontestables ? Notre réponse à la question.

 

-60 kg, Naohisa Takato (JPN) devant Amiran Papinashvili (GEO) et Felipe Kitadai (BRA)

Vrai ?

Un beau trio. Deux champions continentaux juste derrière un jeune qui monte très fort. Le Japonais fait un n°1 crédible. Il a gagné le tournoi de Paris et le Master. Dans son pays, il n’a plus de rival, le Japonais Hiraoka, finaliste aux Jeux ayant disparu des écrans. À l’évidence néanmoins, le n°1 actuel est sans doute plutôt le champion olympique russe Arsen Galstyan, mais il est très discret depuis Londres et tout porte à penser que son année sera très discrète.

 

-66 kg, Tumurkhuleg Davaadorj (MGL) devant David Larose (FRA) et Lasha Shavduatashvili (GEO)

Faux

Le Français Larose se manifeste avec une force nouvelle depuis sa victoire au tournoi de Paris, mais il n’a pas pris le dessus sur la prime élite mondiale – faute d’ailleurs d’avoir eu l’occasion de la rencontrer. Davadoorj a accumulé des points et ne gagne que le Grand Chelem de Bakou, bien faible. Troisième, le Géorgien Shavduatashvili, rate son tournoi de reprise en Allemagne, mais il décroche brillamment le titre européen après le titre olympique. Il est le vrai n°1 actuel, devant le Japonais Ebinuma (6e mondial), qui n’a fait qu’une sortie, mais victorieuse, depuis sa 3e place aux Jeux. Leur autorité sur la catégorie est pour l’instant incontestée.

 

-73 kg, Nyam-Ochir Sainjargal (MGL), devant Dax Elmont (NED) et Riki Nakaya (JPN)

Faux

Médaillé olympique, deuxième au championnat d’Asie (derrière un Coréen du Nord), deuxième du Grand Prix de Turquie (derrière Musa Mogushkov) et tout récent vainqueur du Master, Nyam-Ochir Sainjargal a pris le leadership par accumulation des places d’honneur, couronné par cette unique, mais gratifiante victoire. Cinquième des Jeux, non classé au  championnat d’Europe, troisième à Paris, deuxième en Allemagne (derrière Pierre Duprat), Dax Elmont est lui aussi un second par accumulation plutôt qu’un incontestable leader. Troisième, le Japonais Riki Nakaya reste sur deux défaites contre des Japonais, qui ont suivi sa défaite en finale des Jeux, contre le Russe Isaev. Ce dernier et son adversaire japonais sont objectivement les meilleurs de la catégorie, jusqu’à preuve du contraire.

 

-81 kg, Avtandil Tchrikishvili (GEO), devant Victor Penalber (BRA) et Kim Jae-Bum (KOR)

Faux

Deuxième à Paris, champion d’Europe, très présent depuis les Jeux (où il avait été vaincu par l’Américain Travis Stevens), le Géorgien de 21 ans occupe brillamment le terrain. C’est aussi le cas de Victor Penalber, depuis la disparition sur blessure de son leader Leandro Guilheiro. Il a gagné deux Grands Prix de transition et le championnat continental. Mais le champion olympique coréen Kim Jae-Bum, a 28 ans, est l’incontestable n°1 mondial. Il a même gagné Tokyo après les Jeux et si il perd en Allemagne, c’est qu’il était manifestement au bout de son rouleau. Jusqu’à preuve du contraire le double champion du monde et champion olympique en titre est bien le n°1 mondial.

 

-90 kg, Varlam Liparteliani (GEO), devant Asley Gonzales (CUB) et Ilias Iliadis (GRE)

Faux ?

Le champion olympique, le Coréen de 34 ans Song Dae-Nam, est reparti comme il est venu. Il est probable que sa finale victorieuse de Londres soit son dernier combat. Dans ce cas le Géorgien Liparteliani est-il vraiment le n°1 mondial ? Si il a bien battu le n°2 au tournoi de Paris, Il a perdu deux fois contre le même homme, le Russe Denisov, 4e du classement. Le Cubain Gonzales, finaliste Jeux et vainqueur des Pan-Am a perdu face au Géorgien et face à Iliadis le Grec. Double champion du monde, 3e « seulement » des Jeux, Iliadis revient très fort avec sa victoire à Tyumen. Le n°1 officieux, cela reste lui, tout juste devant Denisov, qui l’avait vaincu aux Jeux. Le Japonais Masashi Nishiyama, 3e des Jeux, est tout prêt de ces deux-là.

 

-100 kg, Henk Grol (NED), devant Lukas Krpalek (CZE) et Elkhan Mammadov (AZE)

Faux

Si le Néerlandais est n°1 mondial, il n’a gagné ni les Jeux olympiques (3e), ni le tournoi de Paris (3e, victoire du Tchèque Krpalek), ni les championnats d’Europe (2e derrière le Tchèque Krpalek) , ni le Master (3e, victoire de l’Azéri Mammadov) Le numéro un de la période en Europe, c’est le Tchèque Krpalek. Mais le Russe Khaybulaev , champion du monde et champion olympique, est l’incontestable n°1 mondial. D’autant que l’Asie reste extrêmement discrète dans cette catégorie.

 

+100 kg, Teddy Riner (FRA), devant Rafael Silva (BRA) et Adam Okroashvili (GEO)

Vrai !

Là il n’y a vraiment rien à dire ! Le champion olympique a tenu à gagner le tournoi de Paris et même les championnats d’Europe dans la foulée. Pourtant il ne domine que d’à peine 170 points le n°2 brésilien, champion pan-américain et 2e du Master. Le vrai n°2 nous semble être aujourd’hui le Géorgien Okroashvili, convaincant dans sa finale européenne contre le Français, et vainqueur du Master.

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei