10:43 01 fév

Les Françaises éclatantes !

Dans la foulée de la victoire de Fred Jossinet hier, les "cadors" de l'équipe féminine ont confirmé leur statut : Lucie Décosse (-70 kg) survole encore une fois la compétition en massacrant toutes ses rivales : la Coréenne Ju, la Japonaise Tachimoto, la Colombienne Alvear et, comme aux "Europe", l'Allemande Thiele en finale. Cette dernière tenta de truquer un peu en sortant souvent, mais c'est l'arbitre qui la fit sortir encore plus rapidement par pénalités, au grand dam de Lucie qui parut agacée de la brièveté de l'affrontement. C'est vrai qu'il n'y a déjà pas beaucoup de combats, si en plus on les lui sabote...
Céline Lebrun fit encore une fois la démonstration de sa force mentale en allant emporter le tournoi, battant notamment les deux meilleures Allemandes et sa rivale française en finale, Stéphanie Possamai, d'une pénalité. Une sélection pour les championnats du monde à la clé ?
Les garçons furent moins brillants. Déception pour Axel Clerget (-81 kg) qui se laisse surprendre à quelques secondes de la fin par un Brésilien inconnu mais opportuniste toute la journée (il bat aussi le Japonais Tomouchi avant de s'incliner en finale devant le Russe champion d'Europe, Nifontov). Joli coup en revanche pour Thierry Fabre (-100 kg) qui se hisse à la troisième place, battu, comme Matthieu Bataille (5e), par le Néerlandais Elco Van Der Geest, mais vainqueur de deux beaux clients en tours préliminaires, le Brésilien Honorato et le Russe Magomedov. Quelques points marqués lui aussi pour une sélection aux championnats du monde.
En +100 kg, Pierre Robin (3e) était victime d'un nouveau lourd japonais, un géant, Hiroki Tachiyama, qui bat aussi au premier tour le Russe Tmenov. Mais c'était la journée du Brésilien Hernandes devant son public, vainqueur de Mikhayline, de Muneta et de Tachiyama en finale, d'un petit décalage aux pénalités.
La France termine première nation avec cinq finales pour trois titres, devant la Russie à trois titres (trois hommes, Gadanov en -66 kg, Nifontov en -81 kg, Denisov en -90 kg) pour trois finales et le Japon à deux titres (Sugimoto en +78 kg et Nishida en -52 kg) pour six finales.

Ajoutons que ce premier Grand Chelem de Rio laisse une impression mitigée à plusieurs niveaux : malgré le plaisir de découvrir des combattants brésiliens inconnus, peu de nations différentes, de nombreux absents chez les leaders (y compris chez les masculins français), malgré une bonne équipe russe masculine - mais dont sait déjà qu'elle ne sera pas reconduite telle quelle sur les championnats du monde. Un judo souvent médiocre, dû à un arbitrage qui se cherche toujours et à des athlètes dans une phase peu dynamique, du fait que la plupart d'entre eux suivent d'une façon ou d'une autre la préparation pour les championnats du monde. Pour réussir le pari de créer une dynamique de tournois plus excitante, la Fédération Internationale devra vraiment intégrer la volonté des nations de bien figurer aux championnats du monde et le temps de préparation spécifique des combattants à un tel événement. Décidément, le judo n'est pas le tennis et il est temps de s'en rendre compte.

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-judocanada_gp_ad_310x310
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei
Original-pav%c3%a9_310