9:44 27 avr

Les enjeux de ce samedi

En direct - Championnats d'Europe 2013

Avec dix combattantes en -78 kg, dont les deux Françaises, les championnats d’Europe ne devraient pas faire peur à nos deux « monstres », Audrey Tcheuméo, championne du monde et médaillée olympique, et Lucie Louette victorieuse du tournoi de Paris (en battant Tcheuméo au passage). Même si les Russes montrent déjà un petit regain, Anastasia Dmitrieva, 26e mondiale, n’a pas les moyens de s'opposer à Audrey Tcheumeo. Il faudra cependant que notre titulaire aux Jeux olympiques ait retrouvé un niveau minimum, d’autant que la Russe est en forme avec deux finales récentes à l’Open de Tchéquie et au Grand Prix de Turquie. Ensuite, ce sera un peu plus sérieux encore avec une demi-finale contre l’Allemande Malzahn – victorieuse en Turquie - ou la dangereuse Slovène Velensek.

De son côté, Lucie Louette devra gérer la même montée en puissance avec l’Ukrainienne Pryshchepa, qui s’éloigne de ses meilleures années, mais qui était troisième du continent encore l’année dernière. Ensuite, ce sera la Néerlandaise Verkerk, championne du monde 2009, ou plus probablement la grande Hongroise Joo à la moue boudeuse et au kumikata aussi « chiffon » qu’envahissant. Joo contre les deux Françaises, c’est l’histoire du jour. Il lui faudra toute l’aide du public pour qu’elle puisse empêcher Lucie et Audrey de se retrouver en finale.

Huit +78 kg seulement, et ce ne sera sans doute pas tellement plus compliqué à gérer pour Emilie Andéol. La Néerlandaise Uilenhoed fut finaliste en 2006 et 2007, mais elle est désormais dans les profondeurs du classement mondial (42e). C’est la Turque Kocaturk (14e) qui sera probablement au rendez-vous des demi-finales, ou l’Ukrainienne Kindzerska (16e). Dans l’un et l’autre cas, c’est un défi dans les cordes de la solide et volontaire combattante de Champigny. La finale possible ? Peut-être la Slovène Polavder, bien loin de son meilleur niveau et désormais 13e mondiale, la Turque Kaya, peut-être la plus dangereuse (9e), l’Allemande Kuelbs, 24e mondiale… Rien d’insurmontable pour Andéol, meilleure Européenne au classement mondial (6e). En l’absence de la Russe Ivaschenko, qui avait remporté quatre des cinq derniers titres (celui de 2010 allant à Polavder), il y a une succession à prendre pour la championne de France.

Grosse journée pour les garçons ce samedi. Teddy Riner bien sûr ! À quelle sauce le grand Français va-t-il manger l’Europe ? Pour son quatre heures, lui sera proposé d’abord, soit son vieil adversaire Néerlandais, Grim Vuijsters, l’homme qui l’avait battu par décision en février 2008 à Hambourg – mais c’était une autre époque et l’affront a déjà été lavé par deux fois – soit du neuf avec le Lituanien Nikiforenko, un bambin de 21 ans tout juste sorti des juniors, où il n’a pas spécialement brillé. Ensuite ce sera soit le colossal, mais lent polonais Wojnarowicz, ou l’Allemand plus vif, mais trop léger, Robert Zimmermann, deux adversaires connus et déjà battus par le Français. La demie devrait être plus intéressante, soi contre le grand Russe Renat Saidov, 16e mondial seulement et encore bien tendre, le petit Hongrois Bor, que Teddy connaît depuis les juniors, ou plus sûrement l’ancien -100 kg biélorusse Ihar Makarau, un homme vraiment dangereux, troisième des Jeux de Londres. Pas de quoi empêcher le Français de dormir tout de même…

Après un premier tour facile, dans l’autre tableau, Jean-Sébastien Bonvoisin aura à faire face à l’impact géorgien d’Okroashvili, le poids lourds le plus impressionnant de cette partie du tableau. Ce sera très probablement le vainqueur de cet affrontement qui aura l’honneur ambigu de donner la réplique à Riner en finale.

La catégorie des -100 kg ne sera pas la même promenade de santé ! On y retrouvera le Néerlandais Grol, cinquième mondial, le numéro un mondial tchèque Lukas Krpalek, les Azéri Mammadov et Gasimov et quelques autres (en revanche le Géorgien Zhorzholiani a laissé sa place à Loriashvili, 50e mondial). Heureusement, Cyrille Maret est dans un quart plutôt préservé – ce qui est logique étant donnée sa 8e place mondiale. L’Ukrainien Luchyn (32e) ne devrait pas être un obstacle et aucun de ses adversaires potentiels n’entrent dans les 20 premiers mondiaux. Avant une demi-finale possible, très difficile, contre le Néerlandais Grol.

Alexandre Iddir non plus ne sera pas à la fête dans l’une des catégories les plus difficiles de ce championnat. Deux Russes, dont Kirill Denisov, le Géorgien Liparteliani, le Grec Iliadis… Son premier tour contre l’Azéri Shahin Gahramanov (41e) est un mystère, comme les tous suivants. Tout est possible jusqu’en quart de finale.

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei