0:29 22 avr

La France veut sa première médaille masculine !

Samedi : -78kg, +78kg féminines -90kg, -100kg et +100kg masculins

Malgré deux nouvelles médailles dans la hotte française, on doit faire un bilan mitigé de cette seconde journée du championnat d'Europe 2017 à Varsovie.
Mitigé d'abord par le fait que les masculins français continuent sur leur mauvaise lancée : Aucune médaille encore ce vendredi alors qu'il y avait des raisons d'y croire, avec l'expérience notamment de Loic Korval en -73kg, la motivation d'un Guillaume Chaine dans la même catégorie et l'émulation des deux -81kg médaillés à Paris, Baptiste Pierre et Pape Doudou Ndiyae. Au final, on sort de cette journée masculine avec trois combats gagnés seulement pour les quatre engagés et le sentiment de plus en plus clair que ce groupe majoritairement jeune n'est encore pas au niveau d'un rendez-vous continental et qu'il lui faudra plus que quelques semaines de travail pour hausser la jauge et atteindre les grands podiums.
Mitigé aussi parce que si la force de frappe des féminines françaises continue d'être récompensée par des médailles, aucune d'entre elle n'atteint la plus haute marche du podium aujourd'hui, et parce que Clarisse Agbegnnou, la Française la plus attendue du jour, ne peut pas prendre sa revanche sur la championne olympique Trstenjak, et que c'est sur une blessure qu'elle doit rendre les armes.
Mitigé enfin parce que même si ce groupe féminin est intouchable, comme le furent les sélections continentales précédentes depuis plus de dix ans lesquelles ont très rarement ramenées moins de cinq médailles, il n'est pour l'instant qu'à une seule médaille d'or, un résultat qui n'est pas à la hauteur du potentiel de ce groupe.
Du coup, et malgré le parcours de nos féminines, c'est la très solide équipe russe qui vire en tête des nations en cette deuxième journée : déjà trois finales masculines en quatre catégories, pour deux titres !

Trois médaillés olympiques en lice
Ce samedi sera donc décisif pour le titre de première nation européenne. Il reste quatre catégories dans lesquelles sont engagés trois médaillés olympiques 2016 ! Cyrille Maret (-100kg), 29 ans, 3e mondial, en bronze à Rio, Audrey Tcheumeo (-78kg), 27 ans, 3e mondiale, en argent à Rio, et Emilie Andeol (+78kg), 29 ans, 3e mondiale, en or à Rio. Et en -90kg, l'un de nos meilleurs atouts : un combattant qui a fait une finale à Tokyo et Paris, Axel Clerget, 30 ans, 2e mondial... Avec ces quatre là, la France peut renverser la table, à commencer par celle du classement des nations. Mais, sans son poids lourd Riner, elle n'a plus le droit à l'erreur. Et la Russie, même si elle s'est elle aussi privée d'un lourd, va avoir encore beaucoup de répondant pour défendre cette première place.

En -90kg, Axel Clerget fera son grand retour depuis la blessure qu'il a subi à l'entraînement au lendemain du Tournoi de Paris. Le Hongrois Ver Gabor, 45e mondial, ne devrait pas être un obstacle insurmontable. Ce sera son premier défi de la journée, avant peut-etre de pouvoir affronter en quart de finale le Néerlandais Van T End, 22e mondial, qu'il n'a plus rencontré depuis 2013.

Après avoir ouvert contre le Grec non classé à la ranking Tentore Masmanidis, Cyrille Maret en -100kg a encore un combat pour arriver en quart, ou l'attend probablement                                  son bourreau des championnats du monde 2015, le Belge Nikiforov, 8e mondial, à moins que le Géorgien Varlam Liparteliani, monté des -90kg, ne renverse d'emblée la hiérarchie.

Chez les féminines les Françaises viennent pour l'or ! En -78kg, Audrey Tcheumeo devra contrôler d'abord les 20 ans de l'Allemande Anna Maria Wagner, avant de prendre la Suédoise Karen Stevenson, 22e mondiale, pour atteindre les demies si tout va bien, contre la Hongroise Abigel Joo, 25 ans, quatrième mondiale, une rivale qu'elle connait bien pour l'avoir souvent prise et souvent battu
Quant à Emilie Andeol en +78kg, elle affronte la nouvelle venue hongroise Mercedesz Szigetvari, 18 ans, puis probablement la Lituanienne Pakenyte, 13e mondiale, qu'elle a toujours battu.
Pas de quoi donc craindre ce samedi, mais de quoi espérer au contraire une très belle journée française.

 

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei