17:57 10 déc

L'Olympic Judo Nice dans la tourmente ?

Une enquête préliminaire a conduit son président en garde à vue

 

Rappelons que l'OJ Nice, est l'actuel club du champion du monde Loic Pietri. Nice-Matin publie aujourd'hui un article relatant la mise en garde à vue, dont il est ressorti libre, de son président Mohamed Otmane. Une garde à vue décidée dans le cadre d'une enquête préliminaire diligentée par la division économique et financière de la police judiciaire niçoise sur de présumés détournements de subventions allouées par le Conseil Régional de la PACA. Une procédure judiciaire concernant des aides versées entre 2007 et 2011 et à propos de laquelle le quotidien cite le procureur de la République de Nice qui évoque des « éléments de l'enquête, graves et concordants, laissant penser que ces sommes ont été utilisées à d'autres fins ».

Que reproche-ton précisément à l'OJN ?

Le club a signé une convention avec la région dans le cadre du PRE (Plan régional pour l'emploi). Concrètement, la région allouait une subvention et des aides à l'OJN pour couvrir les salaires des éducateurs.
À charge pour le club de respecter des obligations d'informations vis-à-vis du Conseil Régional quant aux contrats de ces derniers.
Or, en 2013, le Conseil régional a estimé que les obligations n'étaient pas remplies.
L'institution a donc attaqué l'OJN devant le tribunal administratif de Marseille pour exiger le remboursement intégral et immédiat des aides, sous forme « d'avis à payer ». « On parle d'une somme entre 250.000 et 300.000 €», indique Me Pozzo di Borgo, avocat du club.
Le juge administratif a donné droit à la demande du conseil régional. Un appel est immédiatement interjeté par le club qui s'est aussitôt placé sous redressement judiciaire, une procédure qui suspend toutes les créances dues.
« Dans 2-3 mois, nous allons présenter devant le tribunal de grande instance notre plan de redressement judiciaire. Ce dernier a pour but de rembourser sur le base d'un calendrier précis les sommes réclamées. Le TGI répondra sans doute dans les quinze jours. Mais il y a un paradoxe car tant que la cour administrative d'appel n'aura pas rendu son attendu, nous ne savons pas si nous aurons à rembourser ou non lesdites sommes », précise l'avocat niçois du cabinet Talliance qui ajoute fermement : « à un aucun moment il n'a été question d'enrichissement personnel. En outre, M.Otmane dément totalement, contrairement à ce qui est écrit dans l'article de Nice-Matin, avoir reconnu les faits dont on le soupçonne ».

 


 

 

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei