17:47 11 fév

Judokas of the year 2013 - Riner indétrônable, L’éclat de Gerbi

Troisième succès consécutif pour le Français, une première pour l'Israélienne

© Emmanuel Charlot - L'Esprit du Judo / Yarden Gerbi et Teddy Riner, élus Judokas of the year 2013.

Si le sacre de Teddy Riner était attendu cette année malgré les trois mousquetaires japonais Takato-Ebinuma-Ono et le Cubain Asley « seoi » Gonzalez, la bagarre a fait rage chez les filles : Kelmendi, Gerbi, Ortiz… Il n’en faudrait qu’une. Et c’est l’Israélienne qui succède à Lucie Décosse.

Lucie Décosse, triple tenante du titre (elle avait même battu tous les garçons en 2010) mais reine déchue par l’impétrante néerlandaise Kim Polling en début d’année puis par Yuri Alvear à Rio, ces trophées des Judokas of the Year étaient pour le moins ouverts chez les féminines cette année. Tout le monde a donc sorti ses stats, ses calculatrices, passé en revu les grands moments de la saison, les impressions laissées aussi, parce qu’il y a forcément du subjectif dans ce vote, le 6e du genre. Et, cette année, le public a pesé de tout son poids, quitte à ce que Majlinda Kelmendi trouve une pointe d’injustice dans ce palmarès 2013. Pour les journalistes et les experts en effet, c’est la Kosovare, championne du monde des -52kg, qui a été plébiscité avec ses 20 victoires en 22 combats en 2013 qui faisaient suite à quatre tournois remportés consécutivement après des Jo décevants et un championnat d’Europe des -23 ans. Assurément, Kelmendi et Gerbi furent les deux reines de l’année, mais il n’en fallait qu’une… Deux formidables judokates de l’année auxquelles on peut aussi ajouter le formidable championne du monde et olympique (un doublé magistral) cubaine Ortiz, qui aura sans doute souffert là d’un désamour pour le judo des +78kg, elle qui brille pourtant autant par ses coiffures que par son travail en ne-waza. Pour elle comme pour Kelmendi, l’éclat de l’Israélienne Yarden Gerbi, numéro 1 mondiale des -63kg, présente de bout en bout au cours de cette année 2013, judo ouvert et sourire toujours aux lèvres, aura sans doute été le petit truc qui a fait pencher la balance. Gerbi version 2013, ce fut 32 combats internationaux pour 26 victoires, mais une sacrée montée en puissance. Cinquième à Paris, elle montait sur le podium à Düsseldorf, disputait la finale à Samsun, décrochait le bronze aux Europe de Budapest avant une victoire au Grand Chelem de Bakou, l’or aussi aux Masters, puis encore au Grand Chelem de Moscou. Une domination symbolique prémonitoire car, contre toute attente, c’est elle qui prenait la finale des championnats du monde à son compte, projetant la Française Agbegnenou, sa meilleure copine et adversaire, d’un mouvement de hanche avant de l’étrangler pour le compte avec une technique « secrète »… qui allait beaucoup faire parler puisqu’elle fut finalement interdite après une valse-hésitation de la FIJ. La première championne du monde de judo israélienne de l’histoire a largement marqué de son charisme l’année 2013 et son succès est mérité, juste devant la première championne du monde kosovare. Dans l’antre de Bercy, elle recevra son trophée des mains de Marius Vizer et de Jean-Luc Rougé, respectivement président de la FIJ et de la FFJudo, que L’Esprit du Judo a souhaité associer à ce moment fort du judo international, et posera pour la postérité aux côté de… Teddy Riner, bien sûr ! Car qui d’autre ? Le Français a gagné le Grand Chelem de Paris, les championnats d’Europe et du monde malgré les blessures qui ne l’ont pas épargné cette année… Ce qui lui a permis de montrer une autre facette de sa force mentale. Son autorité sur le tapis est totalement incontestée. Invaincu depuis 2010, il est sorti des mondiaux de Rio avec un 54e combat international sans défaite. Il est aussi le seul combattant masculine à avoir gagné les Jeux 2012 et les championnats du monde 2013. Teddy Riner est bien en route pour devenir le plus grand combattant de l’histoire. Teddy, What Else ?

La réaction de Yarden Gerbi recueillie par Anthony Diao

« Un honneur » 

« C’est un sentiment très spécial pour moi que de recevoir ce titre. C’est une forme de reconnaissance française et mondiale pour une année qui fut spéciale de bout en bout, avec le titre mondial en guise de cerise sur le gâteau. Je suis heureuse de voir que mon année 2013 n’a pas marqué que les Israéliens, et c’est un honneur que de prendre la suite de Lucie à ce palmarès où elle s’était imposée trois années d’affilée. Le judo est un sport individuel mais j’ai autour de moi des personnes formidables que je tiens à remercier. En premier il y a mon coach Shany Hershko. Il est investi à 100 %, professionnel et toujours là pour moi. Nous sommes une équipe. Il y a aussi des médecins, un kiné, un psychologue et bien sûr ma fédération, le Comité olympique et mes coéquipières. Je tiens aussi à remercier ma famille : mes parents, mon frère et mes deux sœurs. Ils me comprennent et me soutiennent en toutes circonstances. J’ai de la chance de les avoir à mes côtés. Je tiens à dire un immense « merci » [en français dans le texte, NDLR] à tous les lecteurs, les journalistes et les experts qui ont voté pour moi. Je mesure la difficulté qu’il y a à remporter ce titre hors de son pays, en particulier en France qui est le pays de tant de grands champions. J’ai toujours aimé la France, l’atmosphère de Bercy et les Français. Une dernière chose à propos de L’Esprit du Judo. A chaque fois que j’ouvre ce magazine, je rêve d’avoir le même en Israël ou de parler français pour pouvoir tout lire. Chaque page respire le professionnalisme et la passion. Je suis donc d’autant plus fière de faire partie du casting de la World Judo Academy et de partager mon histoire et mon parcours avec vous, lecteurs. J’espère qu’il nous reste encore beaucoup de belles pages à écrire ensemble ! » 

 

© Emmanuel Charlot - L'Esprit du Judo / Deux champions qui se congratulent...

 

La réaction de Teddy Riner recueillie par Olivier Remy

« J'ai encore des choses à faire »

« On s’entraîne pour aller décrocher des médailles, des titres, mais ce genre de récompense, franchement, on ne s’en lasse pas parce que, quelque part, c’est la récompense du milieu pour notre travail, notre engagement. Les judokas savent ce que ça vaut, et que notre sport est exigent. C’est une reconnaissance qui me touche. J’ai aujourd’hui un beau palmarès, mais je suis encore loin des très grands, du plus grand pour moi Tadahiro Nomura. J’ai encore des choses à faire. Mais là franchement, je suis heureux, fier même d’être sur ce podium avec des judokas magnifiques. Si j’avais dû désigner le Judoka of the Year ? Shohei Ono, vraiment très impressionnant, avec un très fort kumikata et des solutions sur tout. Le judo pratiqué comme ça, j’adore ! »

 

 

Le vote des experts

Femmes
1.  Majlinda Kelmendi (KOS), 41 voix
2. Idalys Ortiz (CUB), 30 voix
3. Yarden Gerbi (ISR), 23 voix
4. Yuri Alvear (COL), 19 voix
5. Urantsetseg Munkhbat (MGL), 18 voix
6. Rafaela Silva (BRA), 9 voix
7. Kim Polling (NED), 6 voix
8. Miryam Roper (GER) et Clarisse Agbegnenou (FRA), 5 voix
10. Automne Pavia (FRA) et Gévrise Emane (FRA), 2 voix

Hommes
1. Teddy Riner (FRA), 46 voix
2. Asley Gonzalez (CUB), 31 voix
3. Naohisa Takato (JPN), 26 voix
4. Masashi Ebinuma (JPN), 18 voix
5. Shohei Ono (JPN), 16 voix
6. Loïc Piétri (FRA), 13 voix
7. Elkhan Mammadov (AZE), 10 voix
8. Avtandil Tchrikishvili (GEO), 5 voix
9. Lukas Krpalek (CZE), 3 voix

Kelmendi les a séduits

Prénom : Majlinda. Nom : Kelmendi. Spécificités : s’entraîne au Kosovo. A failli porter les couleurs de la Turquie (ce qu’elle fait en club avec Galatasaray) et celle de l’Azerbaïdjan, deux pays prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour s’attacher ses services à l’heure où le Kosovo ne lui apportait guère d’aide. Est devenue la premier championne du monde de son petit pays tous sports confondus. L’EDJ était allé à sa rencontre en novembre 2010 dans son club de Peja, dirigé par l’étonnante fratrie Kuka. Battue aux Jeux 2012 par la Mauricienne Legentil, elle est revenue encore plus forte.Son année 2013 ? 22 combats internationaux pour 20 victoires. Finaliste à Paris, victorieuse à Düsseldorf et à Samsun, « seulement » 3e des Europe (battue par l’Italienne Giuffrida, sa 2e défaite après celle face à Hashimoto à Paris), celle qui possède l’un des plus féroces bras gauches du plateau féminin emportait le Master puis les mondiaux de Rio en battant la Française Gneto au passage. Elle a remporté son défi contre Hashimoto en la faisant plier avec son fort… bras droit. Championne du monde pour le Kosovo, Maljinda Kelmendi est devenue en 2013 un personnage historique. Chez les masculins, qui d’autre que Teddy Riner, cité trois en premier (contre une fois à Ebinuma, Takato et Gonzalez) ? Même les experts n’ont pas la réponse, eux qui le classent très loin devant le Cubain et le trio magique japonais.

-------------------------------------------------------------------

Le vote des journalistes

Femmes
1. Majlinda Kelmendi (KOS), 54 voix
2. Yarden Gerbi (ISR), 46 voix
3. Idaly Ortiz (CUB), 27 voix
4. Kim Polling (NED), 26 voix
5. Clarisse Agbegnenou (FRA), 21 voix
6. Miryam Roper (GER) et Yuri Alvear (COL), 7 voix
8. Rafaela Silva (BRA), 5 voix
9. Haruna Asami (JPN), 3 voix

Hommes
1. Teddy Riner (FRA), 66 voix
2. Naohisa Takato (JPN), 52 voix
3. Asley Gonzalez (CUB), 25 voix
4. Shohei Ono (JPN), 23 voix
5. Masashi Ebinuma (JPN) et Avtandil Tchrikishvili (GEO), 7 voix
7. Lukas Krpalek (CZE), 6 voix
8. Loïc Piétri (FRA), 5 voix

9. Kirill Denisov (RUS), 3 voix
10. Elkhan Mammadov (AZE), 2 voix

Riner chouchou des médias

Riner a tout emporté sur son passage dans la tribune de presse : 66 voix, cité premier cinq fois sur sept, cité 2e quand il n’était pas premier… Même le funambule japonais Takato,  17 victoires en autant de combats (contre 14 sur 14 à Riner), n’a pas pu endiguer celui qui, au-delà de l’accumulation des titres et des records, régale par son attitude judo. Une classe sur le tapis, une décontraction devant les micros, les blocs-notes et les caméras aussi qui font de lui un champion aimé par les médias de tous les pays. Pour le trophée féminin, il y a aura eu « battle » entre Kelmendi et son titre historique, la sensation et le sourire de Yarden Gerbi, mais aussi le titre de la Cubaine Ortiz qui s’est offert le doublé JO-Championnats du monde. La petite terreur kosovare des -52kg l’emporte, comme chez les experts. Mais ça n’aura pas été suffisant pour convaincre le public qui lui a préféré Yarden Gerbi.

-------------------------------------------------------------------

Votre vote

Femmes
1. Yarden Gerbi (ISR), 1 663 voix
2. Clarisse Agbegnenou, 1410 voix
3. Rafaela Silva (BRA), 1232 voix
4. Sarah Menezes (BRA), 1058 voix
5. Automne Pavia (FRA), 956 voix
6. Majlinda Kelmendi (KOS), 941 voix
7. Kim Polling (NED), 855 voix
8.Haruna Asami (JPN), 578 voix
9. Idalys Ortiz (CUB), 238 voix
10. Miryam Roper (GER), 497 voix

Hommes
1. Teddy Riner (FRA), 2 071 voix
2. Loïc Piétri (FRA), 1 434 voix
3. Shohei Ono (JPN), 1 338 voix
4. Charles Chibana (BRA), 1 174 voix
5. Ilias Iliadis (GRE), 952 voix
6. Naohisa Takato (JPN), 866 voix
7. Masashi Ebinuma (JPN), 804 voix
8. Ugo Legrand (FRA), 639 voix
9. Asley Gonzalez (CUB), 571 voix
10. Lukas Krpalek (CZE), 321 voix

Dans le mille !

Votre avis nous intéresse et, une nouvelle fois, il est pertinent. Il est aussi, cette année, sans doute plus international que jamais : 104 pays au rendez-vous cette année, mais surtout, plus significatif, une participation record du Brésil, juste devant l’Allemagne, la Belgique, le Canada… et Israël qui a donc soutenu sa Yarden Gerbi. La Suisse, l’Espagne, la Grande-Bretagne et les États-Unis finissant de former ce Top 10 des internautes où les Français restent majoritaires. Merci à tous ! Et qu’en avez-vous retenu ? La très belle saison de l’Israëlienne Yarden Gerbi donc, mais aussi son mano a mano avec la pétillante Clarisse Agbegnenou… Un duel récompensé, juste devant le duo brésilien Menezes-Silva. La première a réussi son incroyable pari : gagner le titre mondial, chez elle à Rio, quelques années seulement après être sortie de la favela… Immense ! Et si la seconde, championne olympique à Londres, n’a pas réussi le doublé, elle est bien sur le podium décrochant là sa 3e médaille mondiale à seulement 23 ans. Pavia, Polling ont aussi marqué votre année… Mais le Kosovare (classée 6e), est la grande perdante de ce vote du public… Mais moins que Teddy Riner. On l’attendait, il était au rendez-vous de son 6e titre mondial avec une supériorité technique toujours plus importante. Il y a lui et les autres… Rien d’original mais tellement dur à faire. Loïc Piétri vous a plu aussi, comme à nous, et le pur talent du Japonais Ono monte sur la 3e marche. Derrière ? Le Brésilien Chibana et le Grec Iliadis… Deux bons judokas, deux beaux judokas aussi, la démonstration d’un vote féminin qui sacre aussi la plastique ?

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei