6:54 23 jun

Jeux européens Minsk 2019 - J2 - Le direct

Agbegnenou et Pinot en or !

IIes Jeux européens
Chizhovka Arena - Minsk (Biélorussie)
22-25 juin 2019

DIMANCHE 23 JUIN - J2 
-63kg et -70kg F / -73kg et -81kg M

(Pensez à rafraîchir régulièrement pour lire les dernières informations)

19h00. À l'issue de cette deuxième journée, la France remonte en tête du classement des nations, dépassant l'Ukraine grâce au bronze décroché hier par Amandine Buchard (-52kg). Retrouvez les tableaux complets en cliquant ici.

18h53. -81kg - Mattias Casse... la baraque
On le voyait venir de loin. Champion du monde juniors 2017, le Belge Casse avait fait impression par son potentiel technique et tactique, son sens du combat. Depuis ? Une septième place au championnat du monde seniors, six médailles en Grand Prix et en Grand Chelem ! C'était clair. Dernier obstacle pour lui, l'expérimenté Bulgare Ivanov et ses kata-guruma très rapides. Pas trop de quoi l'inquiéter. À quelques secondes de la fin du combat, il plaçait un seoi-nage debout monumental. Premier titre européen seniors et sacrée démonstration du jeune Casse, qui aura gagné tous ses combats en marquant, désormais danger estampillé pour les podiums mondiaux et olympiques, à vingt-deux ans. 

18h40. -81kg - Une médaille de plus pour la Géorgie
Après son combat précédent, long et difficile, Luka Maisuradze devait craindre le schéma tactique du blond Italien Antonio Espositio, spécialiste des seoi-nage et "malin" sur les mains et dans son schéma tactique. Il cherchait d'entrée à l'envahir, mais se faisait repousser habilement et c'est l'Italien qui menait le combat à sa guise, réduisant le jeune champion d'Europe juniors 2018 à l'impuissance. Mais celui-ci a de la ressource. Avec finesse, il parvenait à couler le même type de harai-makikomi terminé à plat ventre qui avait achevé Alpha Oumar Djalo au début de la journée. L'Italien en frappait le sol de frustration tandis que le jeune Géorgien soufflait de soulagement. Pas de nouvelle médaille italienne masculine aujourd'hui, mais une cinquième pour l'équipe géorgienne. C'est beau. 

18h25. -81kg - Attila repasse par là
Il n'aura pas connu la carrière de son prestigieux grand frère, Miklos, lequel se faisait entendre dans les tribunes et exprimait son émotion profonde à la fin du combat, juste sous les yeux de deux spectateurs attendris pour ces deux-là : Stéphane Traineau et Franck Chambilly. Attila Ungvari était en pleine "bourre" en 2010, 2011 - les années Legrand, dont il était l'un des adversaires en -73kg — avant d'être suspendu pour dopage. Il est de retour sur le podium européen, au bout d'un chemin finalement anonyme, après un yoko-guruma à l'arrache pour marquer le waza-ari décisif au champion du monde 2017 allemand Alexander Wieczerzak. Un tropée qui sonne comme une rédemption.

18h17. -70kg - Pinot, au bout de l'idée
Son ancien professeur, Bruno Douet, s'inquiétait de cette finale sur les réseaux sociaux, en reconnaissant la valeur de la très coriace Sanne Van Dijke, championne d'Europe juniors en 2014 et championne d'Europe seniors 2017, une Néerlandaise en position d'écarter toute la prestigieuse écurie française dans cette catégorie... Après Gahié, Pinot ? Si le professeur craignait les pénalités qui pouvaient tomber du côté de sa protégée, il a dû vite être rassuré. À la fois impérieuse et lucide, sûre d'elle et de son schéma, Margaux Pinot ne laissait pas respirer sa rivale, l'étouffant de ko-uchi-gari et de seoi-nage précis. Droitière très décalée, Van Dijke en paraissait lente et lourde par comparaison. Son destin était scellé, elle ne rééditerait pas son titre de 2017, c'était l'année Pinot. Une troisième pénalité logique et la Française pouvait lever les bras Elle n'en faisait pas trop, manifestement déjà tendue vers d'autres objectifs. Après sa finale 2017 en -63kg, la voici championne d'Europe 2019 en -70kg. Un parcours, et ce n'est pas fini.  

18h05. -70kg - Matic en bronze
C'est sur un joli ko-uchi-gari en cuillère sur la Polonaise Pogorzelec que Barbara Matic doube championne du monde juniors de la génération Pinot et Gahié en 2013 et 2014, emportait sa troisième médaille de bronze européenne senior depuis cette époque. 2014, 2017, 2019... Ça n'explose pas, mais c'est régulier.

17h55. -70kg - Gahié tombe de haut
Son échec en demi-finale avait semé le troule dans les esprits français. Elle n'était pas irrésistible aujourd'hui finalement. Puissante évidemment, tonique et aggressive assurement, mais pas très précise aussi, et parfois prise en défaut sur les attaques adverses. Allait-elle être capable de reprendre une médaille européenne comme en 2017 ? Face à elle justement celle qu'elle avait battue en quart cette année-là, la Suédoise Anna Bernholm, une fille en pleine progression depuis, avec notamment deux finales impressionnantes récoltées en mai au Grand Chelem d'Azerbaidjan et au Grand Prix de Chine. La Française s'appliquait à prendre le combat à son compte et tentait de forcer la main du destin. Mais Bernholm s'accrochait aux branches sans rien céder mentalement et parvenait à rendre les coups, au point de faire sans doute un peu douter sa rivale, pour qui la victoire était "obligatoire". Et à force de corps à corps impétueux, la Française laissait la blonde Suédoise se glisser dans un ura-nage très bas et tout en lenteur, façon yoko-guruma qui finissait par la plaquer sur le dos. Grosse occasion gâchée.

17h40. -73kg - Macias champion d'Europe autoritaire
Très plaisante finale entre l'Azerbaïdjanais Rustam Orujov et le Suédois Tommy Macias, qui se rendaient coup pour coup pour forcer la décision sous les yeux du Français Matthieu Bataille, arbitre de cette finale. La première banderille était pour Orujov sur son sasae, mais Macias ne déclinait pas et la jouait rapproché, pour un premier waza-ari en ko-soto-gari, un temps annoncé ippon, puis un deuxième qui aurait pu mériter pareille issue, et enfin un troisième lorsqu'Orujov tentait lui aussi le corps-à-corps, pour un ippon qui ne souffrait d'aucune contestation. Premier titre pour la Suède depuis 2010 et le sacre viennois de Marcus Nyman en -90kg, et surtout troisième podium de rang pour Macias aux Europe. Toujours pas d'or pour Orujov, vice champion olympique 2016, vice champion du monde 2017 et donc vice champion d'Europe 2019.

17h30. -73kg - La Grèce participe à la fête par Azioidis
Triple champion d'Europe juniors, Georgios Azoidis compte désormais à son palmarès une médaille de bronze continentale chez les seniors, après avoir remonté un waza-ari concédé sur le ippon-ko-uchi-gari de l'Israélien Tohar Butbul sur un ashi-guruma/makikomi en bordure, impeccablement suivi au sol malgré les efforts de Butbul pour sortir de l'immobilisation.

17h25. -73kg - Magnifique Heydarov
Ce sont trois finales que vont nous offrir les -73kg vu la densité du tableau aujourd'hui. Sur la première d'entre elles, comptant pour du bronze, c'est l'Azerbaïdjanais Hidayat Heydarov, finaliste l'an passé et médaillé mondial à Bakou, qui fauche en tout début de combat les deux jambes du Géorgien Lasha Shavdatuashvili, double médaille olympique qui sera le premier de son pays à ne pas monter sur le podium en Biélorussie.

17h20. -63kg - Agbegnenou est seule en Europe
Un premier makikomi d'entrée pour planter le décor face à Alice Schlesinger, comme toutes les autres avant la Britannique aujourd'hui, puis un second sur l'avancée de cette dernière pour le compte. Une victoire de métronome pour Clarisse Agbegnenou, désormais quadruple championne d'Europe.

17h15. -63kg - Centracchio et Vermeer sur la boîte
L'Italienne Maria Centracchio, en finale de deux Grand Prix dernièrement - l'argent à Tashkent et l'or à Tel-Aviv - décroche la première médaille du jour en dominant aux pénalités la Polonaise Karolina Talach. Plus entreprenante sur ces mouvements d'épaule, elle offre son deuxième podium à la Squadra Azurra après l'argent de Matteo Medves hier. Compteur débloqué pour les Pays-Bas par l'intermédiaire de sa championne du monde juniors 2018 Sanne Vermeer. 

15h40. Ce qu'il vous reste à vivre (à partir de 17 heures) : 

Finales
Féminines
-63kg
Clarisse Agbegnenou (FRA)
– Alice Schlesinger (GBR)
-70kg
Sanne Van Dijke (NED) – Margaux Pinot (FRA)
 Masculins
-73kg
Rustam Orujov (AZE) – Tommy Macias (SWE)
-81kg
Ivaylo Ivanov (BUL) – Matthias Casse (BEL)

 Combats pour le bronze
Féminines
-63kg

Karolina Talach (POL) – Maria Centracchio (ITA)
Martyna Trajdos (GER) – Sanne Vermeer (NED)
-70kg
Barbara Matic (CRO) – Daria Pogorzelec (POL)
Anna Bernholm (SWE) – Marie-Ève Gahié (FRA)
Masculins
-73kg

Hidayat Heydarov (AZE) – Lasha Shavdatuashvili (GEO)
Tohar Butbul (ISR) – Georgios Azoidis (GRE)
-81kg
Antonio Esposito (ITA) – Luka Maisuradze (GEO)
Alexander Wieczerzak (GER) – Attila Ungvari (HUN)

15h30. -81kg - Ivanov et Casse pour le titre
D'un kata-guruma lancé au moment-même où le Hongrois Ungvari lançait son de-ashi-barai, le Bulgare Ivaylo Ivanov, de retour en grande forme en 2019 - de l'or au Grand Prix du Maroc, de l'argent au Grand Chelem d'Azerbaïdjan et au Grand Prix d'Israël - trois ans après sa médaille de bronze européenne de Kazan et sa septième place des Jeux de Rio, poursuit son chemin et assure la médaille en fin de journée pour son pays. De quel métal? Réponse en fin d'après-midi à l'issue de son duel contre le Belge Matthias Casse, victorieux d'une lutte à suspense de plus de huit minutes du Géorgien Luka Maisuradze, sur un plaquage alors que c'est le Géorgien qui l'avait dans un premier temps décroché du sol pour tenter ura-nage.

15h05. -70kg - Pinot ne laisse pas passer sa chance
Contrairement à sa rivale nationale à sa place quelques instants plus tôt, la finaliste de l'édition 2017 a vite pris ses responsabilités pour composter son ticket pour la finale, en glissant en dessous de la Polonaise Daria Pogorzelec pour lui administrer son seoi pour la première fois de la journée parfaitement exécuté. Au besoin, le juji-gatame était même en place pour conclure...

14h55. -70kg - Gahié dérape sur Van Dijke
Au nombre d'attaques, la Française aurait aisément remporté cette demi-finale contre la championne d'Europe 2017, qui se contentait de contrôler les tentatives manquant d'impact de Gahié. L'arbitre géorgien ne se rendait compte qu'elle n'avait jamais tenté sa chance qu'au bout de trois minutes, pour un premier shido anecdotique lorsqu'il infligeait coup sur coup deux pénalité à Gahié pour le temps pris à réajuster veste et ceinture puis pour sortie de tapis. Ainsi obligée à scorer en ce début de golden score, la vice championne du monde 2018 plaçait une nouvelle fois son bras droit loin dans le dos adverse et tentait un balayage que lisait parfaitement Van Dijke pour la renverser et marquer waza-ari. Encore une défaite à placer sous le sceau de la naïveté côté tricolore, alors que Gahié avait toutes les cartes en main pour offrir une deuxième finale à la France.

14h35. -63kg - Agbegnenou tient sa finale
Un premier makikomi après douze secondes de combat, un second à quatre secondes du terme, et voilà la Française exacte au rendez-vous, jamais inquiétée par la Néerlandaise Sanne Vermeer, championne du monde juniors 2018. Un monde d'écart entre les deux jeunes femmes... Dernière adversaire du jour pour Agbegnenou, la Britannique Alice Schlesinger, victorieuse aux pénalités de l'Italienne Maria Centracchio, en or à Tel-Aviv en début d'année.

14h30. -81kg - Le programme des demi-finales :
Attila Ungvari (HUN) – Ivaylo Ivanov (BUL)
Matthias Casse (BEL) – Luka Maisuradze (GEO)

14h25. -81kg - Attila Ungvari au plaquage, Ivanov au volant
Alors que la compétition ne se déroule plus que sur le tapis 1 pour les derniers quarts de finale du jour, c'est le Hongrois qui sort la Chizhovka Arena de sa torpeur en restant en appui sur la tentative d'arraché de face de Frank De Wit, numéro 3 mondial et tête de série n°1 ce dimanche. Le dernier mot de ces éliminatoires revient finalement au Bulare Ivaylo Ivanov, qui profite du seoi à genoux d'Esposito pour tourner le volant et retourner le Transalpin sur le dos.

14h20. -70kg - Le programme des demi-finales :
Marie-Ève Gahié (FRA) – Sanne Van Dijke (NED)
Margaux Pinot (FRA) – Daria Pogorzelec (POL)

14h15. -73kg Le programme des demi-finales :
Rustam Orujov (AZE) – Georgios Azoidis (GRE)
Lasha Shavdatuashvili (GEO) – Tommy Macias (SWE)

14h10. -63kg - Le programme des demi-finales :
Clarisse Agbegnenou (FRA)
– Sanne Vermeer (NED)
Maria Centracchio (ITA) – Alice Schlesinger (GBR)

13h55. -81kg - Casse s'offre Wieczerzak au golden
Un waza-ari plutôt généreux sur seoi à genoux après 6'30 de combat et le Belge s'avance dans le dernier carré aux dépens du champion du monde 2017 allemand. Pas photo en revanche pour le Géorgien Maisuradze, bourreau d'Alpha Djalo plus tôt, qui profitait de l'avancée du Britannique McWatt pour un ashi-guruma-makikomi surpuissant. La jeunesse au pouvoir dans cette deuxième partie de tableau, avec Casse né en 1997 et Maisuradze l'année suivante. 

13h50. -81kg - Le programme des quarts de finale :
Frank De Wit (NED) – Attila Ungvari (HUN)
Antonio Esposito (ITA) – Ivaylo Ivanov (BUL)
Matthias Casse (BEL) – Alexander Wieczerzak (GER)
Stuart McWatt (GBR) – Luka Maisuradze (GEO)

13h45. -63kg - Pinot reine du shido
Toujours pas de valeur pour la Blanc-Mesniloise mais un ticket pour les demi-finales suite au hansokumake reçu par la Suédoise Anna Bernholm au golden score sur une fausse attaque en sutemi. Les seoi de Margaux Pinot n'ont toujours pas fait mouche, à genoux comme enchaînés en ko-uchi-gari comme sur l'action la plus dangereuse du combat. 

13h35. -70kg - Gahié est bel et bien réveillée.
Pas de tergiversation non plus pour la vice championne du monde 2018, qui emmenait rapidement la Croate Matic sur le dos pour la coincer au sol. Une deuxième demie pour le clan français, en attendant l'arrivée sur le tapis central de Margaux Pinot.

13h35. -73kg - Le programme des quarts de finale : 
Rustam Orujov (AZE) – Ferdinand Karapetian (ARM)
Hidayat Heydarov (AZE) – Georgios Azoidis (GRE)
Lasha Shavdatuashvili (GEO) – Denis Iartcev (RUS)
Tommy Macias (SWE) – Tohar Butbul (ISR)

13h30. -63kg - La demie pour Agbegnenou, toujours aussi pressée
Ashi-guruma puis immobilisation pour la Française contre la Polonaise Karolina Talach, qui n'a pas traîné pour ce quart de finale. On voit mal qui pourrait barrer la route d'un quatrième titre continental à la porte-drapeau tricolore.

13h30. -73kg - Après Basile, Karapetian croqué par Orujov
Si l'Arménien pensait marquer sur son ko-uchi-gari, sa variante en soto-muso - l'épaule en barrage sur la jambe adverse - lui valait plutôt un shido, avant qu'il se fasse traverser sur le crochetage, à mi-chemin entre ko-soto-gake et yoko-gake, de l'Azerbaïdjanais qui voit le bout de ce quart de la mort.

13h25. -70kg - Le programme des quarts de finale :
Marie-Ève Gahié (FRA) – Barbara Matic (CRO)
Megan Fletcher (IRL) – Sanne Van Dijke (NED)
Anna Bernholm (SWE) – Margaux Pinot (FRA)
Michaela Polleres (AUT) – Daria Pogorzelec (POL)

13h10. -63kg - Le programme des quarts de finale : 
Clarisse Agbegnenou (FRA) – Karolina Talach (POL)
Sanne Vermeer (NED) – Daria Davydova (RUS)
Maria Centracchio (ITA) – Agata Ozdoba-Blach (POL)
Martyna Trajdos (GER) – Alice Schlesinger (GBR)

13h05. -70kg - Le podium 2018 chahuté
Finalistes l'an passé en Israël, la Néerlandaise Kim Polling et la Britannique Sally Conway ne verront pas le troisième tour cette fois, respectivement dominées par la Suédoise Anna Bernholm et l'Irlandaise Megan Fletcher. Pas plus de réussite pour la médaillée de bronze Gemma Howell, qui recevait trois pénalités lors de son duel contre la Française Margaux Pinot, toujours aussi active mais pas encore suffisamment tranchante offensivement pour récolter des valeurs techniques.

12h55. -73kg - Ne maîtrise pas le sutemi qui veut
Si l'Azerbaïdjanias Heydarov convertissait facilement son sumi-gaeshi d'amenée au sol en retournant comme une crêpe l'Israélien Gemer pour le coincer en immobilisation, la même opération, signée Akil Gjakova au combat suivant, se retournait contre le Kosovar, en or à Paris en 2018, bloqué sur le dos par le Grec Azoidis. Pas besoin de passage en ne-waza pour Lasha Shavdatuashvili, bien placé sur son o-uchi-gari contre l'Ukrainien Khomula.

12h30. -73kg - Orujov et Karapetian font craquer Basile et Mogushkov
Mené d'un waza-ari d'entrée sur le kata-guruma de l'Italien, le vice champion olympique azerbaïdjanais s'y remettait à deux fois pour le faire taper sur sa clé de bras. Un petit bisou au blessé prostré au sol que la route se poursuit pour Orujov, qui retrouvera en quarts le tenant du titre arménien Ferdinand Karapetian, toujours aussi solidement ancré dans le sol pour déraciner le Russe Musa Mogushkov, finaliste en 2017.

12h20. -63kg - Agbegnenou impeccable
Quelques séquences à poser les mains sur le kimono adverse, une tentative de retournement au sol, avant ce tani-otoshi qui décollait l'Israélienne Shemesh pour ippon... Suffisant pour rallier les quarts face à la Polonaise Karolina Talach.

12h10. -73kg et -81kg - Chaîne et Djalo sortis d'entrée
Si l'aventure tournait vite court pour Guillaume Chaîne qui s'envolait sur le hiza-guruma du Russe Denis Iartcev après 1'26 de combat, on aura longtemps cru au succès initial d'Alpha Oumar Djalo face au jeune Géorgien Luka Maisuradze, médaillé mondial juniors l'an passé et en or au dernier Grand Prix de Turquie. Premier sur l'attaque, avec ses seoi à droite et à genoux, le Français ne subissait pas l'impact physique de son adversaire, sanctionné à deux reprises pour non combativité. Sauf sur cet o-soto-gari en puissance, que Djalo surpassait pour reprendre appui et jeter Maisuradze au loin pour repousser le danger. Il se faisait ensuite pénaliser pour fausse attaque sur un seoi de moins en moins précis, avant de manquer un enchaînement o-soto-gari/tani-otoshi qui l'obligeait à défendre mordicus au sol pour ne pas se retrouver immobilisé puis contraint à l'abandon sur juji-gatame. Le clan géorgien commençait à donner de la voix alors que l'on dépassait les six minutes de combat. C'est alors que le Géorgien lançait son makikomi, que Djalo était tout proche de contrer en gaeshi avant de se faire happer dans un second temps pour finir sous le corps de son adversaire, les épaules au tapis. Fin de parcours pour les masculins tricolores ce dimanche...

11h45. -81kg - Pacek décolle Musil pour défier Casse
Le Suédois, parti pour arracher le Tchèque en bordure, parvenait finalement à tourner les hanches pour conclure en uchi-mata. Médaillé de bronze en 2016, il retrouvera le Belge Matthias Casse, victorieux du duel de champions du monde juniors l'opposant à l'Italien Christian Parlati.

11h40. -73kg - Heydarov a de la ressource
Contrarié sur son uchi-mata, l'Azerbaïdjanais médaillé mondial 2018 repartait aussi sec sur l'arrière pour un sutemi que le vice champion olympique de Londres Miklos Ungvari ne pouvait esquiver. Réelle impression de facilité pour le finaliste des deux dernières éditions. 

VIDÉO - À quelques minutes de son entrée en lice, retrouvez Marie-Eve Gahié (-70kg) qui revient sur la première partie de sa saison, mais aussi sur le chemin parcouru depuis la première édition des Jeux européens, du côté de Bakou en 2015, où elle débarquait tout juste dans le monde seniors. Elle évoque également son quotidien de l'INSEP et sa saine rivalité avec Margaux Pinot.

11h30. -70kg - Une Margaux Pinot à sa main pour débuter
Face à la Slovène Anka Pogacnik, 46e mondiale, la Française, trente-et-une places plus haut au classement planétaire, a su varier entre coups de patte et seoi-nage à genoux pour prendre à chaque séquence la direction des opérations. Quelques passages au sol infructueux plus tard, elle semblait faire rouler son adversaire sur les épaules, mais l'arbitre préférait sanctionner pour la troisième fois Pogacnik, pour passivité, et envoyer Pinot au tour suivant.

11h25. -70kg - Polling contre Vargas-Koch
En 2014 comme en 2015, ce duel néerlando-allemand était l'affiche de la finale des championnats d'Europe. Cette fois, il ne s'agissait que d'un premier tour, remporté par la tenante du titre Kim Polling (à quatre reprises en or dans cette épreuve) sur un contre de fauchage intérieur.

VIDÉO - En attendant l'entrée en lice des tricolores, retrouvez la réaction d'Amandine Buchard (-52kg) après sa médaille de bronze décrochée hier.

 

11h15. -73kg - Pas de chance au tirage pour Cédric Bessi
Le Monégasque n'aura pas tenu une minute face à l'Azerbaïdjanais Rustam Orujov, vice champion olympique en 2016 et vice champion du monde 2017, qui le faisait tournoyer sur son uchi-mata. Vivement le prochain tour entre ce dernier et le champion olympique 2016 (en -66kg) Fabio Basile, parfait d'application sur son ko-uchi en réaction et son seoi debout face au Turc Murat Bektas.

10h50. -63kg - La première adversaire d'Agbegnenou sera Inbal Shemesh
Attaquée par l'Autrichienne Unterwurzacher sur o-soto-gari, l'Israélienne, 32e mondiale de vingt-deux ans parvenue en finale du Grand Prix de Tel-Aviv en début d'année, faisait parler sa puissance d'un ura-nage alors que les dernières secondes du temps réglementaire approchaient. C'est elle qui lancera la journée de la triple championne du monde française, comme lors des mondiaux de Budapest en 2017.

10h45. Les Italiens sont bien réveillés
Pas de problème pour le champion olympique 2016 Fabio Basile (-73kg), pas plus que pour Antonio Esposito, médaillé de bronze l'an passé, et Christian Parlati, le champion du monde juniors 2018 des -81kg.

10h30. Place aux poids moyens ce dimanche à Minsk, avec quatre catégories en lice (-63kg et -70kg F / -73kg et -81kg M) et cinq représentants français dans les starting-blocks : 
Féminines

-63kg : AGBEGNENOU Clarisse (RSC Champigny)
-70kg : GAHIE Marie-Eve (FLAM 91)
-70kg : PINOT Margaux (Étoile Sportive Blanc-Mesnil Judo)
Masculins
-73kg : CHAINE Guillaume (Étoile Sportive Blanc-Mesnil Judo)
-81kg : DJALO Alpha Oumar (JC Chilly-Mazarin Morangis)

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei