6:59 09 jun

France 1re division par équipes 2019 - J2 - Le direct

L'ES Blanc-Mesnil prend sa revanche sur Sucy Judo

CHAMPIONNATS DE FRANCE PREMIÈRE DIVISION PAR ÉQUIPES
ARENA LOIRE (TRÉLAZÉ)
8-9 JUIN 2019

(Pensez à rafraichir régulièrement la page pour lire les dernières informations)

Masculins
1. ES Blanc-Mesnil Judo

2. Sucy Judo
3. FLAM 91
3. Sainte-Geneviève Sports
5. Nice Judo
5. OM Judo
7. AM Asnières
7. Hauts-de-France JAM

17h05. L'ES Blanc-Mesnil se conjugue aussi au masculin ! L'an passé, le tirage au sort avait fait commencer la finale par les -66kg, ce qui avait permis à Mathias Boucher, Mickael Dubois et Abderrhamane Diao de boucler l'affaire en trois manches sèches avant que les armes lourdes de l'ESBM ne puissent entrer en action. Cette fois, l'honneur d'ouvrir le dernier duel du jour revenait aux -90kg, avec Aurélien Diesse et Mehdi Tobrouki, préféré à Boucard-Rietsch, face-à-face. Le Sucycien qui prenait le meilleur départ, tout proche de marquer sur son ko-soto-gari à droite mais qui y parvenait finalement en gardant la manche pour repartir sur l'arrière et marquer waza-ari. Aurélien Diesse accentuait alors son entrave au kumikata pour s'en sortir d'une prise de l'ours qui plaquait littéralement le triple médaillé national sur les deux épaules. Déjà dans l'obligation de réagir, Joseph Terhec défiait Cyrille Maret avec beaucoup d'allant malgré un déficit de puissance au kumikata qui l'empêchait de poser son bras droit. Son coup de hanche à droite, tout comme son koshi-guruma à gauche, lui valait bien de gros kinza, son uchi-mata en début de golden score décollait même le médaillé olympique, mais c'est ce dernier qui reprenait appui pour glisser dans son dos et marquer waza-ari et offrir un deuxième point aux siens. Le rythme montait ensuite d'un cran avec l'entrée en scène de Cédric Revol et de Mathias Boucher, pour un duel tactique où le premier enchaînait les sode autant pour tenter de marquer que pour brider son adversaire, qui rivalisait avec son uchi-mata, chaque fois plus précis. Revol, habituel -60kg, finissait par baisser physiquement et c'est logiquement qu'il recevait pour la troisième fois du combat un shido. Le champion restait ainsi en vie, avec le seul combat identique à l'édition 2018, opposant Pierre Duprat à Mickael Dubois. Rien de marqué à l'issue des quatre premières minutes de combat, mais le Blanc-Mesnilois subissait de plus en plus le schéma de Dubois, toujours premier sur l'attaque avec sa garde croisée. La trosiième pénalité tombait au bout d'une grosse minute de prolongation, offrant un cinquième duel décisif entre Baptiste Pierre et Arthur Clerget, passé en -81kg pour cette finale. Le coup de poker de Stéphane Auduc avait tout d'un bon pari pusique le cadet des Clerget se montrait plus mobile, et parvenait à se défaire du kumikata de Pierre pour s'essayer sur uchi-mata. Il concédait tout de même une première pénalité pour sortie de tapis à la fin de la première minute de combat, avant de subir deux grosses séquences au sol face à un client du genre. Le combat repartait de plus belle derrière, avec un golden score que Clerget démarre dos au mur puisque sanctionné une deuxième fois au préalable. Son crochetage faisait se lever tout son clan mais l'arbitre ne bronchait pas. Scenario diamétralement inversé quand il tentait un contre très bas et se retrouvait plaqué sur le dos par Pierre qui n'avait toujours pas vraiment attaqué sur ce combat. Les deux hommes se relevaient, plus proches que jamais du chaos final. Qui arrivait sur la séquence suivante, quand Clerget partait sur un sode sous lequel Pierre glissait sa hanche pour expédier son adversaire sur le dos. L'ESBM s'offre son deuxième titre du week-end, pour le premier doublé réalisé depuis Levallois SC en juin 2011 du côté d'Amiens.

16h15. Et FLAM 91 rempile aussi pour un an ! Le quatuor de 2018 sera bien le même sur la photo de famille de cette édition ce dimanche après la victoire des Essonniens de FLAM 91 sur les Azuréens de Nice Judo. Paata Doliashvili marquait pourtant le premier point en décollant par deux fois Etienne Delvert, mais le jeune Francis Damier, médaillé de bronze des derniers championnats de France juniors, résistait à un premier contre de Joseph Besleaga pour marquer waza-ari avant de doubler sur uchi-mata-gaeshi. Clément Delvert prenait alors ses responsabilités en surpassant un balayage d'Emre Sanal pour partir sur juji-gatame, en vain, puis sur l'immobilisation qui tenait de juste jusqu'au ippon. Reda Seddouki assurait derrière l'essentiel en gagnant aux pénalités contre Jolan Florimont. 

16h05. Sainte-Geneviève Sports était trop fort. S'ils espéraient forcément mieux aujourd'hui, les hommes de Celso Martins se parent logiquement de bronze en battant 3-0 l'OM Judo. Immobilisation sur kuzure-gesa-gatame pour Quentin Joubert contre Damien Santelia, puis victoire aux pénalités d'Antoine Lamour contre Lorenzo Perricone, avant le point final marqué par Cédric Olivar, encore tout au scenario cruel de la demie, sur harai-goshi contre Mohamed Rouahi. Belle ovation pour le stratège génovéfain et son président Pascal Renault, fier de pousser la série de podiums consécutifs de ses masculins à onze unités ce dimanche.

15h30. Les combats pour le bronze sont connus. Grâce à Jolan Florimont qui apportait contre Alister Ward le troisième point, Nice Judo disputera la médaille contre FLAM 91. La région PACA qui aura même deux opportunités de podium puisque l'OM Judo prenait le dessus sur le JC Hauts-de-France JAM, là encore dans le cinquième duel puisque Benoît Colin avait ramené les deux équipes à égalité 2-2 sur un magnifique enchaînement uchi-mata/yoko-tomoe-nage. Pour conclure, c'est Daniel Jean qui remontait un waza-ari encaissé un peu plus tôt sur le sode d'Akim Aissat en marquant ippon d'un o-soto-gari profond.

Les combats pour le bronze : 
FLAM 91 - Nice Judo
Sainte-Geneviève Sports - OM Judo

15h10. L'ES Blanc-Mesnil à nouveau chahuté mais toujours debout. Sainte-Geneviève n'aura vraiment pas à rougir de son affrontement contre le club de Seine-Saint-Denis, et risque de regretter longtemps la bascule opérée au troisième duel. Franck Vernez et Julien La Rocca avaient en effet été impeccables pour lancer les Rouge et Blanc. Le premier résistait aux mouvements d'épaule à genoux de Cédric Revol avant de l'impacter pour waza-ari d'un sutemi en bordure à l'entame de la dernière minute, le seconde gagnait la grosse baston gaucher/droitier avec Pierre Duprat avant de lui aussi marquer sur un sacrifice à mi-combat. Dos au mur, L'ESBM comptait alors sur Baptiste Pierre pour rester en vie dans cette demie. C'était pourtant Armann Khalatian, tout en pression sur son adversaire, qui ouvrait le score d'un de-ashi-barai en traction. Il cherchait ensuite le coup dur sur ura-nage, alors que Pierre commençait à prendre le dessus au kumikata sans toutefois trop oser s'exposer. Il égalisait juste sous le nez des coaches, avant de récidiver de l'autre côté de la surface après 6'12 de combat. Place alors à un nouveau duel de gros bras, entre Aurélien Diesse et Antoine Lamour, que le Blanc-Mesnilois dominait de son puissant bras gauche et de ses coups de patte répétés. Après avoir encaissé deux shidos, Lamour tentait de casser la distance mais se retrouvait coincé sur le o-soto-gari de Diesse. L'ESBM avait fait le plus dur, Cyrille Maret se jouant d'un Cédric Olivar volontaire mais impuissant face à son bras droit. Le médaillé olympique 2016 trouvait l'ouverture sur son ashi-guruma pour waza-ari, avant que trois pénalités ne tombent inexorablement dans l'escarcelle génovéfaine. Le crime était presque parfait pour Sainte-Geneviève, qui devra se remobiliser pour aller chercher le bronze comme à Bourges l'an passé.

14h55. Sucy défendra bien son titre en finale ! La demi-finale FLAM 91/Sucy Judo débutait par les -66kg, avec un Seddouki-Boucher qui voyait le Val-de-Marnais marquer le premier sur uchi-mata, avant de gérer avec ses sutemis sur les avancées du tout récent champion d'Europe police. 1-0 pour les tenants du titre, qui envoyait alors Arthur Clerget défier Kilian Le Blouch. Grosse bataille de kumikata au cours de laquelle le titulaire des derniers JO se montre plus offensif sans toutefois lancer de technique forte. Un puis deux shidos pour Clerget, qui ne saisissait pas l'opportunité sur de rares ouvertures alors que Le Blouch ne flanchait pas physiquement et s'offrait les ttaques les plus tranchantes, jusqu'au hansokumake de son adversaire en début de golden score. Étienne Delvert avait beau marquer waza-ari en corps-à corps contre Mehdi Tobrouki, c'est bien le Sucycien qui s'imposait, aux pénalités là aussi. Les jeunes Francis Damier et Erwan Boucard-Rietsch se présentaient à leur tour pour un duel qui pouvait s'avérer décisif. Surtout quand Boucard-Rietsch débloquait son compteur sur un ko-uchi-makikomi. Les secondes défilaient et, s'il concédait une deuxième pénalité à dix secondes du terme, il semblait bien parti pour ravir le troisième point salvateur. Mais Damier réussissait un dernier sutemi qui envoyait les deux hommes au golden score, dans lequel il prenait progressivement l'ascendant au kumikata. Son o-soto-gari était certes tranchant, mais Boucard parvenait à l'arracher pour envoyer son équipe en finale. Ce qui méritait bien un sprint dans les bras de ses aînés, déchaînés sur le bord de la surface.

14h15. Les finales de repêchages :
AM Asnières - Nice Judo
Hauts-de-France JAM - OM Judo

14h. En attendant le début imminent des demi-finales, retrouvez les réactions d'Alain Schmitt (ES Blanc-Mesnil), Laurent Bosch (Sainte-Geneviève Sports) et Franck Bellard (JC Pontault-Combault) après les médailles décrochées par leurs protégées.

13h05. Le programme des demi-finales :
ES Blanc-Mesnil - Sainte-Geneviève Sports
FLAM 91 - Sucy Judo

13h. Le podium de 2018 exact au rendez-vous. Après FLAM 91 et Sucy Judo, Sainte-Geneviève Sports et l'ES Blanc-Mesnil assurent eux aussi l'essentiel, par des victoires 3-0 contre les deux "Arts Martiaux" de Saint-Gratien et d'Asnières. À noter la victoire en -81kg de Guillaume Chaine - exempté de régime par son coach Thierry Dibert - sur o-uchi-gari. 

12h40. FLAM 91 et Sucy Judo en costauds. On s'approche des combats pour les médailles et ça s'en ressent dans l'atmosphère de l'Arena Loire. Grosse tension sur le tatami n°3 avec un FLAM 91 - AJA Paris, avec un Le Blouch/Axus en ouverture qui voyait la victoire du premier aux pénalités. Gengoul égalisait derrière sur un morote-otoshi bien senti dans le golden score face à Étienne Delvert, avant que Francis Damier ne réussisse un uchi-mata gaeshi très aérien pour remettre les Essonniens devant au tableau. Clément Delvert, pris sur le de-ashi-barai d'Hadrien Livolsi, allait chercher le hansokumake adverse pour rallier le dernier carré. FLAM qui y affrontera les tenants du titre de Sucy Judo, solides face au JC Maisons-Alfort et qualifiés suite au troisième point décroché par Terhec contre Magne d'un balayage dans le temps.

12h30. Le programme complet des quarts de finale :
ES Blanc-Mesnil Judo – AM Asnières
Sainte-Geneviève Sports – AM Saint-Gratien
FLAM 91 – AJA Paris XX
Sucy Judo – JC Maisons-Alfort

12h25. Asnières remporte l'affrontement contre l'OJ Nice. Si Loïc Korval lançait idéalement les Azuréens d'une victoire par waza-ari face à Romain Ratel, Luca Otmane cèdait ensuite avant qu'Igor Soucat ne redonne l'avantage aux Franciliens après sept minutes de combat face à Maxime Flament, qui avait eu le mérite de remonter un waza-ari de retard juste avant la fin du temps réglementaire. Les lourds d'Asnières finissaient alors le travail, pour assurer des quarts de finale 100% Île-de-France.

12h20. Le JC Maisons-Alfort domine Chilly-Mazarin, Djalo régale. La confusion avant-arrière subie par Vincent Vallée aura été vaine, mais quel geste de Djalo qui feintait parfaitement le seoi pour balayer son adversaire en bordure. 4-1 pour le JCMA, qui retrouvera Sucy Judo en quarts. De son côté, Saint-Gratien est impeccable face au SO Givors, succès 4-1 pour les compères d'Hugo Grandhaie, vice champion de France deuxième division l'an passé.

12h. Sainte-Geneviève surpasse Nice Judo. C'est Antoine Lamour qui apporte le point décisif, aux pénalités, face à Valentin Febrissy alors qu'il était mené. Les Génovéfains qui ont fait tourner entre les deux tours pour faire combattre un maximum de combattants avant la suite des hostilités. Les voilà en quarts désormais, toujours aussi soutenus par la centaine de supporters descendus d'Essonne tout le week-end, parmi lesquels les jeunes qui ont défendu collectivement les couleur Rouge et Blanche à l'échelle nationale en cadets et juniors cette saison.

11h50. Sucy Judo et l'AJA Paris XX impeccables. Les tenants du titre n'ont eu besoin que de trois combats pour dominer la jeune équipe de l'OM Judo, avec Tobrouki à la conclusion contre Santelia sur une chichinette. Tout comme les Parisiens qui l'emportaient grâce à des victoires de BOuba, Axus (sur uchi-mata) et Gengoul. Pour le plaisir, Djeroro n'avait besoin que de quatre petites secondes pour décoller son opposant sur ura-nage.

11h35. L'ESBM dans la douleur. Pendant que FLAM 91 passait sans difficulté le JS Vitrolles pour être le premier club qualifié pour les quarts de finale, l'armada blanc-mesniloise a été longtemps malmené par le RSC Montreuil. Revol gagnait bien le premier duel face à Mohamedi au golden score, mais Avaliani faisait taper Duprat avant que Besland ne domine d'un waza-ari Baptiste Pierre. 2-1 pour Montreuil avant que se présentent sur le tapis Aurélien Diesse et William Loussala. Un combat indécis, à base de corps-à-corps que le titulaire des prochains Jeux européens en -90kg sortait victorieux d'un kata-guruma en toute fin de combat. Deux victoires et onze points de chaque côté. Pour conclure, un Maret-Medeuf plus équilibré qu'on ne pouvait le penser, avec un Medeuf volontaire et compact sur ses makikomi et un Maret qui n'arrivait pas vraiement à poser ses mains. Ce n'est qu'au golden score que le médaillé olympique de Rio ne parvenait à placer son ashi-guruma pour éviter aux siens la défaite.

11h30. Le programme complet des huitièmes de finale :

ES Blanc-Mesnil Judo – RSC Montreuil
OJ Nice – AM Asnières
Sainte-Geneviève Sports – Nice Judo
SO Givors – AM Saint-Gratien
FLAM 91 – JS Vitrolles
AJA Paris XX – Sporting Marnaval
Sucy Judo – OM Judo
JC Maisons-Alfort – JC Chilly-Mazarin-Morangis

11h20. Givors et Chilly-Mazarin de justesse. Les Rhodaniens s'en sortent au cinquième combat face au JJJ Poissy, grâce au point décisif de Maxime Allardon. Pour les Essonniens, tout a commencé par un alléchant Abuashvili-Chilard, remake de la finale des France 2018, qui s'est terminé dans la confusion la plus totale. Non content d'avoir étranglé le Bordelais, le champion de France se permettait de chambrer son adversaire, qui s'emportait aussitôt. Il fallait l'intervention de plusieurs arbitres et coéquipiers pour rétablir la situation, avant que les deux hommes récoltent chacun hansokumake. Le judo reprenait alors ses droits avec le grand fauchage intérieur d'Alpha Oumar Djalo, puis la victoire de Nanor, permettant au JCCMM de mener 2-0. En vain puisque Benga et Tchorowski ramenaient les deux équipes à égalité. Tirage au sort pour un combat décisif, avec un nouvel Atchou-Benga au programme. Cette fois, c'était Atchou qui prenanit rapidement les devants d'un waza-ari, pour s'en sortir avec seulement deux pénalités à son encontre à l'issue des quatre minutes et finalement qualifier le JCCMM au tour suivant, face au JC Maisons-Alfort. Ça passe également pour le Sporting Marnaval de Clément Legoux face au CPB Rennes (4-1).

10h30. Les clubs niçois tracent leur route, Sainte-Geneviève, l'AJA Paris XX et le JC Maisons-Alfort aussi. Avec Renaud Carrière sur la chaise, Nice Judo l'emporte tranquillement 3-1 contre Balma Saint-Exupéry, tout comme l'OJ Nice sur le tapis voisin, qui n'a pas eu besoin de faire tirer Loïc Korval ni Luca Otmane pour dominer 4-0 Vendée Judo, avec notamment un joli uchi-mata-gaeshi de Thomas Jaffart. Pas de problème non plus pour Sainte-Geneviève Sports, qui passe l'US Orléans en s'appuyant sur Cédric Olivar pour faire pencher la balance de son côté, le JCMA de Guillaume Riou et Antoine Bidault face aux Vosgiens d'Etival-Clairefontaine, ou encore l'AJA Paris XX qui règle son compte au Judo Rodez Aveyron en trois combats, le dernier remporté en liaison debout-sol par Hadrien Livolsi.

10h00. Les favoris sont là ! 
L'ambiance est déjà chaude avec l'entrée en lice des principaux prétendants à la succession de l'équipe coachée par Stéphane Auduc. Une équipe de Sucy Judo qui passe sans vraie difficulté contre l'une des équipes de la ligue du cru, le Dojo Nantais. 4-1 pour les Sucyciens avec les frères Clerget, Arthur et Axel, sur les chaises de remplaçant. 
Sur le tapis d'à côté, victoire au bout du suspense pour FLAM 91 (avec Kilian Le Blouch et Walide Khyar eux aussi en réserve) grâce à Adrian Millon (-73kg) contre Robin Garbe (Club Hauts-de-France Judo), au golden score alors que le score était de 2 à 2. Chaud !
De son côté, l'ES Blanc-Mesnil rentre tranquillement dans sa compétition. Le cinq majeur entraîné par Thierry Dibert ? Baptiste Pierre (-81kg), Maxime Aminot (-90kg), Cyrille Maret (+90kg), Cédric Revol (-66kg) et Pierre Duprat (-73kg). 
Actuellement, un SGS Judo/US Orléans qui tient ses promesses. 

09h00. C'est parti à l'Arena Loire de Trélazé ? Qui pour succéder à Sucy Judo ? 

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-judocanada_gp_ad_310x310
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei
Original-pav%c3%a9_310