10:44 01 fév

Féminines pour les Europe : Un duel pour le futur

Il n'y avait guère de variations possibles pour ces championnats d'Europe chez les féminines françaises. En -48kg, même si elle commence peut-être à avoir la tête à autre chose, Frédérique Jossinet reste incontournable et incontestée. Derrière elle, Laetitia Payet fera son premier championnat d'Europe. Pour des résultats tout juste meilleurs, notamment une finale en Chine, elle est préférée à la championne de France Aurore Climence, sélectionnée l'année dernière.
En -52kg, Pénélope Bonna fera figure de leader expérimentée et devra se souvenir de sa troisième place en 2010. Avec des résultats modestes depuis, elle peut être soulagée que Marine Richard, qui la contestait fortement sur le plan de résultats en 2010, se soit fait oublier en 2011. Quoi qu'il en soit, la dynamique est désormais du côté de la petite nouvelle, Priscilla Gneto, championne de France, première en Chine et troisième à Paris.
En -57kg, les sélectionneurs ont assumé l'évidence de la hiérarchie : la championne du monde 2009 Morgane Ribout est pour l'instant éliminée du jeu, sans doute sur une dernière défaite décisive en finale du tournoi de Tchéquie en février, contre Sarah Loko, qui est donc l'une des deux élues pour ce championnat. L'avant dernière championne du monde française (Lucie Décosse l'est devenue après elle en 2010) devra désormais travailler dans l'ombre pour revenir au premier plan. Sarah Loko, qui a accumulé six médailles en "world cup" depuis les derniers championnats d'Europe, dont deux en or, la supplante. Elle est néanmoins largement éclipsée elle-même par la championne de France Automne Pavia, qui a démarré sa mise en lumière internationale plus tardivement, mais qui la termine en triomphe avec une victoire ultra brillante à Paris.
En -63 kg, il y avait de la place pour deux, et heureusement. La jeune championne de France Clarisse Agebegnenou est toujours aussi consistante avec notamment une victoire à Tokyo et une troisième place à Paris, mais Gévrise Émane a soudain réagi à cette irruption par la perfection : deuxième à Tokyo (derrière Agbegnenou), elle a gagné le master et Paris !
En -70kg, Lucie Décosse est attendue comme la reine du bal à Bercy. Mais Marie Pasquet semble revenir doucement vers le niveau qui lui avait valu une véritable autorité internationale. L'opportunité est trop belle pour cette championne discrète de couronner une carrière qui comporte déjà un titre mondial universitaire, une Universiade, deux titres européens par équipes, un titre national, quelques tournois et deux médailles à Paris.
Après la retraite de Céline Lebrun et l'effacement actuel de Stéphanie Possamai, les deux rivales du moment de la catégorie des -78kg sont jeunes et ne manquent pas de charisme, notamment celle qui domine aujourd'hui la situation, Audrey Tcheumeo, championne de France, victorieuse à Tokyo et à Paris ! Néanmoins Lucie Louette, qui est parvenue jusqu'en finale à Paris aura l'expérience de sa médaille de bronze des championnats d'Europe 2010.
Enfin en +78 kg, la maîtrise de la situation appartient sans doute à l'expérience d'Anne-Sophie Mondière, troisième en Allemagne, mais c'est la jeunesse de Ketty Mathé, en finale en Tchéquie, qui pourrait bien être irrésistible.

On peut être légitimement impressionné par ce groupe prêt à s'envoler pour la Turquie pour défendre les chances françaises. Alors que l'équipe de France était, encore il y a peu, à la recherche non seulement d'une énergie juvénile pour se renouveler, mais aussi d'un peu plus d'expérience pour se renforcer, elle a obtenu tout cela et plus encore en quelques mois. Derrière l'exceptionnelle Lucie Décosse et la maîtrise toujours compétitive de Frédérique Jossinet, on voit le retour de Gévrise Emane et d'Anne-Sophie Mondière du côté de l'expérience. Et l'absence définitive de Céline Lebrun ne retire rien à ce groupe, car elle sera compensée par la superbe éclosion de la jeunesse, d'Audrey Tcheuméo dans cette catégorie, de ses copines Gneto, Pavia, Agbegnenou, Mathé dans les autres. On retrouve même une génération intermédiaire qui paraissait manquer avec la confirmation des moyens d'une Pasquet, d'une Louette, d'une Loko.
Après la cruelle déception de l'année dernière (deux médailles de bronze) et la prise de pouvoir des Hongroises sur l'Europe à cette occasion, nul doute que la France a les prétentions de ses moyens : tout écraser sur son passage. Dès lors, dans chaque catégorie ou presque, l'enjeu derrière l'enjeu sera évidemment de marquer la première touche significative dans le duel engagé pour 2012 dans quasiment toutes les catégories. Car si la FIJ a inventé pour les championnats d'Europe comme pour les championnats du monde la sélection a deux places, ce qui tempère les antagonismes, il n'y en aura toujours qu'une aux Jeux olympiques. Pour les Françaises, elle sera très chère.

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-judocanada_gp_ad_310x310
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei
Original-pav%c3%a9_310