15:20 22 jun

Élection fédérale 2020 : lettre ouverte de Patrick Roux

Dimanche soir , J.-P. Coche, S. Feist et P. Vial lui répondaient

Chroniqueur de L'Esprit du Judo et actuel entraîneur au sein de l'équipe féminine russe, Patrick Roux a publié vendredi soir, sur le site de notre confrère Alljudo une lettre ouverte aux dirigeants actuels de la FFJudo qui, c'est le moins que l'on puisse dire, a fait parler d'elle tout le week-end sur les réseaux sociaux. La voici : 

 " « La réussite de tout groupe humain repose sur l'amour » Nelson Mandela
   « Ce qui unit les hommes, c'est l'amour du métier » Antoine de Saint-Exupéry

Messieurs les dirigeants du judo français, l'amour c'est ce que vous avez perdu !
Depuis quelques jours j'écoute, j'observe, j'analyse le contexte dans lequel débute cette campagne pour la présidence de la Fédération Française de Judo et le renouvellement du Comité Directeur. Une chose me frappe parmi toutes les informations, les impressions, les réflexions. Pour l'équipe sortante, il n'y a plus d'amour. Messieurs Rougé, Girardot, Senaud, Tripet, Mounier, Vachon, Boureau, vous êtes restés trop longtemps accrochés au pouvoir. S'il vous plait, considérez ma remarque. Les gens du judo qui vous connaissent depuis longtemps, savent que vous avez œuvré, mais ils ne vous reconnaissent plus. Vous n'êtes plus que dans le calcul et la tactique pour garder le pouvoir et quelques privilèges. Vous avez perdu l'amour du métier, vous ne faites plus de judo depuis trop longtemps. Tout le monde le voit, le ressent, le comprend. C'est pourquoi il n'y a plus d'amour et il vaudrait mieux partir. Vous êtes la depuis trop longtemps, devenus addicted, obsédés par votre pouvoir. Vous n'avez plus de souffle, plus de flamme de passion pour le judo, et vous empêchez le système de se régénérer, la fédération de se réinventer, les nouvelles générations de grandir. C'est pourquoi à la fédération de judo il n'y a plus d'amour ! Et pourtant au sein du judo, au sein des clubs même si certains songent parfois a nous quitter, au sein de la communauté magnifique des amateurs de judo, il y'a encore tant d'énergie positive. Il y a tant d'envie de bien faire et de générosité. Tant d'envie de construire le judo et les projets judo de demain. En tant qu'anciens du judo, vous pourriez jouer un autre rôle ... Alors messieurs les dirigeants actuels, monsieur le président Jean-Luc Rougé, je vous demande de prendre en considération ma requête. Partez maintenant, partez avant que ce ne soit les vrais gens qui partent. Partez en laissant une situation qui permette aux générations suivantes, a vos enfants, de relancer les nobles ambitions éducatives et sportives du judo et de la Fédération Française de Judo. N'affrontez pas vos propres enfants mais aidez les à reprendre le flambeau. Si vous les encouragez maintenant à le faire, l'amour reviendra. L'affrontement n'aura pas lieu et le judo gagnera.

PARTEZ MAINTENANT ! "

Une lettre sans concession à laquelle Jean-Paul Coche, Serge Feist et Patrick Vial ont répondu hier soir, toujours sur le site d'Alljudo - (www.alljudo.net) :
"Bien cher Patrick,
Nous aimons ta forme de naïveté qui vu ton expérience devrait maintenant laisser place à un peu plus de réalisme. Ces attaques vis-à-vis de notre fédération et des élus qui la composent , ton courrier à la Zola ne ressemble pas beaucoup à l’idée que l’on se faisait de toi malgré les divergences de vue que nous avions lorsque tu œuvrais avec nous comme entraîneur national. Les discussions qui étaient les nôtres à l’époque portaient principalement sur l’esprit d’équipe et la cohésion. Et même si ton point de vue trop individualiste nous surprenait parfois, je pense que tu n’as pas vraiment su saisir ta chance chez nous, les moyens t’en ont pourtant été donnés à l’époque, mais dans tous les cas nos discussions étaient enrichissantes. Comme elles ont dû probablement l’être pour toi par la suite en Angleterre puis chez nos amis russes actuellement, et d’ailleurs nous espérons que tu t’y épanouis. Tu parles d’amour du judo et de ses principes, et cela t’honore, mais sais-tu toi-même réellement les respecter ? Même si chacun dans ce pays a le devoir d’exprimer ses opinions, la forme aurait pu en être différente. Nous voulons juste nous souvenir de toi, même si tu as désormais grandi, comme du junior Alésien, respectant Emile Mazaudier ton professeur, et bien que toujours un peu mystique et utopiste dans ta tête, tu étais alors respectueux des anciens.Nous croyons vois-tu que l’amour dont tu parles c’est simplement ceci : Le respect des autres style Jigoro Kano et l’amour du travail bien fait. Pour nous personnellement, nous avons aimé et été aimés en retour et c’est finalement ce qui compte pour nous.Je ne crois pas que ni Mandela ni st Exupéry auraient démenti la chose.Laisse aux gens le soin de considérer ce qui est bon et juste et laisse nous le loisir d’exprimer notre mécontentement si nous le jugeons utile, nous sommes assez grands pour le faire.Patrick on t’embrasse. Jean-Paul Coche, Serge Feist, Patrick Vial
"

Les autres actualités similaires

Original-original-310_cjuniors
Original-pub_3
Original-original-310_cadets
Original-original-310_militaires
Original-carre%cc%81_ff
Original-original-310_veterans
Original-original-310_para_judo
Original-page_81
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_regions