9:36 11 mai

David Douillet brigue la présidence du CNOSF

L'élection a lieu aujourd'hui

C'est aujourd'hui que le double champion olympique et sextuple champion de France saura si il remporte une nouvelle victoire dans sa carrière post-sportive. 
L'enjeu pour David Douillet ? La présidence du Comité nationale olympique et sportif français (CNOSF) dont l'élection a lieu ce jeudi. 
Face à lui, Denis Masseglia, président sortant et Isabelle Lamour. Une élection qui intervient alors que la France et Paris sauront, en septembre, si la capitale accueillera les JO en 2024. 

Qu'est ce que le CNOSF ?
Association loi 1901, le CNOSF est créée formellement en 1972. Il résulte de la fusion du comité nationaldu sport et du comité olympique français. L'idée ? Reconstituer l'unité du mouvement sportif tricolore.
Le CNOSF joue le rôle de représentant institutionnel du mouvement sportif français auprès des pouvoirs publics. Il réunit 96 fédérations nationales et 180.000 associations. Denis Masseglia en est son président depuis 2009. 

"Plus d'autonomie pour le sport français"
David Douillet, dernier candidat à s'être lancé dans la course à la présidence du CNOSF défend l'idée d'une plus grande autonomie du sport en France, l'ancien ministre faisant le constat que les pouvoirs publics ne pourront plus, à l'avenir, être les seuls financeurs du sport sur le territoire hexagonal, en particulier dans une période où les budgets alloués au sport baissent. Son credo ? Faire du CNOSF un véritable lobby de défense du sport tricolore auprès du monde politique et, en particulier auprès du ministère de l'économie et des finances. 
Partant de là, le double champion olympique émet plusieurs propositions : 
-création d'un Conseil d'experts qui réunira de dirigeants d'entreprise, responsables associatifs, universitaires, chercheurs, juristes, etc.
L'idée ? Créer puis multipliers les liens entre le monde de l'entreprise et le monde sportif. 
-mise en place  d'une direction du développement économique et de l'innovation. 
-la création d'une taxe sur les produits de sport. Objectif ? Permettre de financer la construction de nouvelles infrastructures. Selon David Douillet, il en manque actuellement 30.000 sur le territoire français. 

Une présidence qui pourrait s'avérer particulièrement lourde de responsabilités si Paris obtenait l'organisation des JO 2024. 

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei