2:17 21 oct

CM juniors 2018 (J4) - Au tour de Fuseau !

La +78kg s'offre le bronze, le Japon finit fort

Ultime journée de la compétition individuelle, ce samedi était marqué par la faible participation dans les quatre catégories du jour (-78kg, +78kg, -100kg, +100kg) avec seulement soixante-dix-huit compétiteurs au total. Conséquence, la FIJ avait décidé de ne faire débuter la compétition qu'à 13 heures (heure locale). Un samedi qui a souri, une nouvelle fois, à l'équipe de France féminine avec le bronze pour Laura Fuseau. Après la magnifique journée de l'Italie hier (deux titres), le Japon a repris sa marge (très conséquente) avec les autres pays en allant chercher trois titres. La Géorgie, elle, finit en beauté avec le doublé Europe/Monde de son lourd Gela Zaalashvili qui aujourd'hui aura battu tous les meilleurs de la caté.


Laura Fuseau, qui vient de réaliser qu'elle sera sur le podium en +78kg. Crédit photo : Gabriela Sabau (IJF)

Et une et deux et trois médailles féminines
Sur le papier la tâche  s'annonçait difficile face à la championne d'Europe en titre. Mais très vite, on senti une Laura Fuseau (FLAM 91) concentrée, appliquée, bien dans son combat, suivant scrupuleusement les consignes de sa coach Amina Abdellatif. Et si c'était Mercedesz Szigetvari qui posait les premières banderilles, c'est bien la Française qui marquait la première sur son uchi-mata ken-ken à gauche. La Hongroise jouait le bluff en lançant un yoko-guruma alors qu'elle touchait au sol mais les arbitres ne se laissaient pas prendre. Gérant bien les trois minutes qui restait, Laura Fuseau pouvait se prendre le visage dans les mains au moment du gong final. La voilà médaillée de bronze mondiale junior, elle qui n'est que première année. Seulement battue par la Brésilienne Beatrice Souza, finalement 2e, Fuseau récolte la troisième médaille pour l'équipe dirigée par Gilles Bonhomme et Amina Abdellatif, après l'argent de Cysique et le bronze, hier, de Lebreton. Une combattante au système d'attaque bien cadré et qui se base sur un uchi-mata à gauche de belle facture.
Comme sa copine des -70kg, la joie était contenue sur le podium. Et une performance qui donnera, c'est sûr, l'envie à l'ancienne pensionnaire du Pôle espoir de Toulouse d'aller chercher, pourquoi pas, encore mieux l'année prochaine au Maroc. 

Le Japon triomphe, Zaalishvili en mode patron
Hier l'Italie faisait sensation en remportant, fait très rare, plus de titre que le Japon. Une parenthèse très vite refermée puisque ce samedi, le Pays du Soleil-Levant finit aussi fort qu'il avait commencé mercredi, avec trois titres supplémentaires. Seul Tatsuru Saito, le +100kg et fils de l'ancien double champion olympique Hitoshi, passe à la trappe, battu par le Géorgien dont c'était la journée. Une contre-performance ? Pas vraiment puisque le garçon (dont vous pouvez retrouver dans l'EDJ n°76 actuellement en kiosque) n'est que cadet 2e année ! Les trois vainqueurs japonais (Rinoko Wada en -78kg, Hikaru Kodama en +78kg, et Kiyotaka Sekine en -100kg) gagnent sans pour autant avoir donner l'impression d'être des futurs cracks, comme l'Archipel peut en produire très régulièrement. La faute à une densité assez moyenne ?
Quoiqu'il en soit le Japon termine à 18 médailles sur 20 possibles. Un résultat à l'image de l'impression que laisse le Japon chez les seniors : très loin devant il laisse les autres nations se battrent pour être deuxième nation.


Gela Zaalashvili, patron des +100kg hier. Crédit photo : Gabriela Sabau (IJF)

Aujourd'hui, le seul titre qui échappe à l'équipe de Masahiko Tomouchi (entraîneur en chef des masculins) et Tetsuya Deguchi (entraîneur en chef des équipe féminine) va au +100kg Géorgien Gela Zaalishvili qui aura été tout simplement monstrueux ce samedi. Lors de son premier il s'offre le scalp du jeune Tatsuru Saito sur un ko-soto-gake à droite. Jugé waza-ari par l'arbitre italienne, les superviseurs de l'arbitrage, après plus de deux minutes de visionnage, décideront de de changer le waza-ari en ippon. Après une victoire expéditive contre le Chilien Solis, le champion d'Europe en titre écarte de sa route le Russe Gamzatkhanov (2e à Berlin et 3e à Saint-Pétersbourg) sur un superbe sode-tsuri-komi-goshi. En finale, le combattant caucasien retrouvait Stephan Hegyi, vice-champion du monde juniors 2017 mais surtout 3e aux championnats d'Europe seniors et en argent lors des très costauds Grand Prix de Croatie (fin juillet) et de Hongrie (mi-août). Un sacré client que ce judoka autrichien à l'allure de culturiste. Mais de pas quoi impressionner Zaalashvili qui plaçait son ko-soto-gake à droite tout de suite suivi en immobilisation. Le clan géorgien pouvait exulter : cinquième médaille pour l'équipe de Lasha Gujejiani dont deux titres. La nouvelle génération géorgienne est prête et elle pourrait faire mal rapidement chez les grands.

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros