22:29 20 oct

CM juniors 2017 (J3) - La belle journée de Clémence Emé

La -63kg remporte la première médaille française à Zagreb

Avant-dernière journée de la compétition individuelle avec sept judokas tricolores en lice ce vendredi, dont le champion d'Europe Aurélien Diesse (ES Blanc Mesnil Judo). Prétendant légitime au titre mondial, le -90kg, blessé lors des championnats d'Europe, finit malheureusement au pied du podium, tout comme Yasmine Horlaville (Eure Judo) en -63kg, battue pour le bronze par sa compatriote Clémence Emé. Une combattante qui tient le haut du pavé national dans cette catégorie depuis plusieurs années et qui a su saisir sa chance. Une première médaille pour la France alors que le Japon continue à engranger, presque mécaniquement, son lot quotidien de titres. Le Vieux Continent se montre, avec trois demi-finalistes anglais et le premier titre de l'Allemagne et de la Belgique.

Emé ouvre le compteur français

© Emmanuel Charlot/EDJ - Clemence Emé débloque le compteur tricolore en Croatîe.

Absente lors des championnats d'Europe slovène pour cause de blessure, cette judokate formée à l'école laurentine de José Allari remporte la première médaille française ici, à Zagreb. Relativement épargnée par le tirage au sort, un cas plutôt rare sur ces championnats du monde au sein du clan tricolore, la championne de France 2016 (blessée en 2017) a su profiter de cette opportunité, s'appuyant sur une palette technique variée et un schéma tactique au point pour réaliser une journée aboutie. Deux tours bien maîtrisés contre l'Américaine De Smidt et la Philippine Takahashi avec un tai-otoshi classique très efficace et des coups de patte destabilisateurs. Un quart piégeux contre la Serbe Jana Obradovic (2e à Leibnitz cette année) qu'elle pique malicieusement au sol. En demi, celle qui fut championne de France juniors (en 2014), alors qu'elle n'était que cadette, s'incline contre la Japonaise du jour (et future championne du monde), Honoka Araki, qui contre une tentative d'o-soto-gari trop lointaine de la Campinoise et la garde au sol. Pour le bronze, Emé retrouve l'autre judokate tricolore de la caté, la rugueuse Yasmine Horlaville. Septième des Europe, cette dernière, après deux victoires contre l'Américaine Sandoval et la Canadienne Kuna, s'incline contre la championne d'Europe hollandaise Vermeer sur un très joli morote en tout début de combat. Repêchée, elle ne perd pas de temps contre Anja Obradovic elle aussi (ippon-seoi sur la première séquence). Deux Françaises l'une contre l'autre pour une médaille, c'est dommage, mais c'est aussi la garantie de ramener une médaille dans l'Hexagone. Et c'est Emé qui aura cette satisfaction en trouvant la première l'ouverture sur un ippon-seoi-nage à gauche en bordure après presque deux minutes de golden score dans un combat vivant, mais fermé. Première médaille internationale chez les juniors pour Emé. Une rampe de lancement idéale pour le circuit seniors qu'elle aborde désormais, après avoir déjà été cinqième des championnats de France 1re division 2016. 

Diesse, c'est rageant

© Emmanuel Charlot/EDJ - Aurélien Diesse, au pied du podium mondial.

Prétendant le plus crédible à une médaille masculine du fait de son titre européen, Aurélien Diesse échoue à monter sur le podium mondial juniors. Une déception ? Incontestablement. Un échec ? Pas tout à fait. Arrivé en Croatie dans une forme pas forcément optimale, dûe à une préparation dépendante des douleurs ressenties quotidiennement à son ménisque touché lors des championnats d'Europe, le vice-champion de France 1re division 2016 a montré le visage qu'on lui connait et qui fait de lui un judoka excitant, agréable à voir évoluer. Toujours très en rythme, explosif, toujours en mouvement pour ne jamais se laisser saisir, ce garçon au o-soto-gari en reprise de garde ravageur (le Japonais Nagai scotché en 1/4 de finale peut en témoigner) avance dans son tableau avec autorité, avant de voir ses ambitions de succéder à Vincent Manquest (dernier champion du monde masculin en 2013) s'évanouir. Deux défaites, en demi-finale puis lors du combat pour le bronze, sur deux contres subis contre le surprenant Dominicain Florentino, champion panaméricain juniors 2017, puis face l'Allemand Trippel, à chaque fois dans la dernière minute. Une dernière compétition internationale juniors qui laissera certainement un goût d'inachevé dans la bouche du -90kg français, d'autant qu'il avait largement dominé cet Allemand au premier tour du championnat d'Europe. Le prometteur Allemand a cette fois su mieux lire le style particulier du Français et ses fortes attaques avec une seule main posée.

Moins de réussite pour les deux autres masculins du jour en -81kg, puisque si Nicolas Chilard (JC Chilly Mazarin Morangis) passe deux tours grâce à un joli travail au sol puis à un o-soto-gari plein d'opportunisme, il se fait surprendre par le mouvement d'épaule du Kirghize Sherov dès le début du golden score, alors qu'il venait lui-même de lancer une seconde plus tôt une attaque très forte. Paul Livolsi (AJA Paris XX), 5e aux Europe pour sa première année en juniors, donnait, lui, l'impression d'avoir pris le combat par le bon bout contre le Mongol Batdorj. Mais sur une reprise, ce dernier lançait un ko-soto-gake à droite hyper tonique qui plaquait violemment le champion de France au sol. Chez les -70kg, Marina Olarte (OM Judo) devait s'incliner au golden score pour sortie de tapis contre l'Allemande Maekelburg, dans une rencontre intense et indécise. La championne de France en titre Agathe Devitry (ACS Peugeot Mulhouse) montrait une belle abnégation contre la Canadienne Chisila puisque menée sur la première attaque du combat, elle finissait par marquer sur o-uchi-gari suivi au sol. Elle est battue au tour suivant par la Belge Willems (futur troisième) sur juji-gatame. Un juji-gatame qui permettra aussi à la Belge de battre... la Japonaise Aoyagi pour la médaille de bronze. Comme quoi le travail au sol, c'est une question de travail justement.

Le Japon et les autres


© Emmanuel Charlot/EDJ - Goki Tajima, invité surprise et champion du monde.

Il n'aurait même pas dû être là. Troisième des championnats du Japon juniors, Goki Tajima, étudiant à Tsukuba, doit sa présence à Zagreb à la blessure du titulaire de la caté, Go Kandori, lors des championnats universitaires nippons. Avançant dans le tableau sans vraiment donner l'impression d'être souverain, il termine pourtant champion du monde des -90kg avec des sode d'épaule debout qui ont monté au plafond de la Dom Sportova presque tous ses adversaires. À ses côtés sur le podium, l'autre Nippon de la caté, Koshi Nagai, battu par Diesse en quarts. Deux nouvelles médailles pour le pays du Soleil Levant auxquelles il faut ajouter le titre quotidien des féminines nippones, une performance qui devient presque banale. Cette fois, c'est celui d'Honora Araki en -63kg. Pas de médaille en revanche pour Remi Aoyagi en -70kg, vice-championne du monde 2015, mais douloureusement surprise par un juji-gatame à la volée de la Brésilienne Santana en quart de finale, avant, donc, de se faire déplier une nouvelle fois vigoureusement le bras par la Belge Willems. Oui, répétons-le, même pour les Japonaises, quand on n'a pas travaillé spécifiquement, on peut perdre au sol...

Avant la dernière journée, le Japon cumule néanmoins six titres pour neuf médailles, loin, très loin devant l'Azerbaïdjan avec ses quatre médailles pour un titre. Un vendredi qui a vu les pays européens sortir du bois avec l'excellent Belge Mathias Casse en -81kg, qui profite d'un temps faible du non moins excellent Russe Tepkaev, après deux très grosses attaques de ce dernier, pour placer un morote inversé au golden score qui le fait devenir champion du monde. Une très belle finale entre deux juniors qu'on devrait voir rapidement s'exprimer chez les seniors.


© Emmanuel Charlot/EDJ - Mathias Casse et Turpal Tepkaev

En -70kg, la très grande Allemande au nom italien, Giovanna Scoccimarro, confirme qu'elle est l'une des plus prometteuses de la catégorie au niveau mondial puisqu'elle devient championne du monde juniors quelques mois après avoir été vice championne d'Europe seniors à Varsovie. 

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei