15:27 19 aoû

Championnats du monde 2014 – L’an II pour Cuba ?

Troisième nation l’an passé, Cuba doit confirmer en Russie

Alors que vous avez déjà pu retrouver ces dernières semaines sur notre site les sélections des nations majeures du judo mondial (Japon, Brésil, Corée du Sud, Russie et France) pour les championnats du monde de Chelyabinsk qui débuteront lundi prochain, nous vous proposons, à l’approche de la compétition, quelques coups de projecteurs sur les autres pays qui devraient également faire parler d’eux lors de cette édition russe.

© Paco Lozano - L'Esprit du Judo / La victoire d'Idalys Ortiz aux Jeux de Londres, véritable déclic pour le judo cubain.

De 1993 à 2007, pas un championnat du monde n’avait vu son palmarès sans au moins un Cubain – la plupart du temps une Cubaine  – sur la plus haute marche du podium. De Legna Verdecia à Hamilton à Driulis Gonzalez et Yurisel Laborde à Rio, la spirale vertueuse semblait sans fin.

Jusqu’au passage de témoin effectué lors des Jeux de Pékin, qui se concluaient sur trois défaites en finale pour l’expérimenté Anaisis Hernandez et les jeunes Yanet Bermoy, pourtant championne du monde en 2005 à seulement 18 ans, et Yalennis Castillo. L’année suivante, lors des mondiaux de Rotterdam, Bermoy chutait à nouveau dans le dernier duel, tandis que le copieux Oscar Brayson se heurtait sur un Teddy Riner qui s’en allait glaner une deuxième couronne planétaire à ses dépens. S’en suivront deux modestes campagnes à Tokyo (trois médailles de bronze) et Paris (une médaille de bronze), éjectant Cuba du gratin mondial – 15e nation les deux fois –, loin de la période faste connue entre 1995 et 2007 où l’état caribéen était un membre permanent du top 5 mondial.

Le sursaut d’orgueil s’opérait aux Jeux de Londres où, après les revers en finale de ses compatriotes Yanet Bermoy – décidemment ! – et du nouveau « seoi man » Asley Gonzalez (-90kg), Idalys Ortiz (+78kg), du haut de ses 22 ans, s’offrait Mika Sugimoto pour briser un signe indien long de cinq ans.

© Emmanuel Charlot - L'Esprit du Judo - Fin de la première minute du golden score de la finale des -90kg aux mondiaux de Rio, le moment choisi par Asley Gonzalez pour faire décoller le colosse grec Iliadis et s'offrir un sacre attendu par toute une île depuis celui de Manolo Poulot en 1999.

Débarassés de cette fâcheuse tendance à céder dans le money-time, les Cubains pouvaient alors remettre les gaz aux mondiaux en 2013. Les deux fers de lance de la génération 1989, Idalys Ortiz et Asley Gonzalez, s’en donnaient à cœur joie, ce dernier effaçant des tablettes Manolo Poulot (-60kg), dernier masculin champion du monde pour Cuba en 1999. A Rio de Janeiro, La Bayamesa, l’hymne national, était enfin revenue à la mode.

Alors qu’en sera-t-il de cette édition 2014 ?
Idalys Ortiz sera bien de la partie et, comme elle l’a rappelé dans les colonnes de la World Judo Academy, il faudra compter sur elle malgré la saison difficile qu’elle traverse sur le plan personnel. Pour Gonzalez, que l’on n’a plus revu depuis sa défaite aux pénalités contre Romain Buffet au troisième tour du Tournoi de Paris en février dernier, l’énigme reste entière.

En l'absence de la valeureuse Maricet Espinosa (-63kg), touchée au coude lors de la préparation de l'équipe nationale en France, ce sont tout de même cinq champions panaméricains 2014 qui se présenteront en Russie, parmi lesquels la vice championne olympique 2008 Yalennis Castillo (-78kg), de retour aux affaires après deux ans d’absence, les toujours turbulentes légères Dayaris Mestre Alvarez et Maria Celia Laborde ou encore le champion du monde juniors 2011 Jose Armenteros (-100kg). En -70kg, Onix Cortes, championne du monde juniors en 2006, aura fort à faire face au trio Polling – Alvear - Vargas-Koch, tout comme il ne sera pas simple pour Yanet Bermoy (-52kg), d’aller chercher, neuf ans après, un second titre planétaire au pays des Kelmendi, Miranda et Kraeh. Enfin, les Ojeda (-57kg), Pena (-60kg), Solar (-66kg), Estrada (-73kg) et Granda (-90kg) viendront emmagasiner de l’expérience en vue d’éviter à l’avenir le trou d’air connu après Pékin.

L'équipe féminine cubaine ne fait plus aussi peur que lors de ses grandes années 1999-2000, où elle avait fait cinq finales pour trois titres aux championnats du monde de Birmingham et quatre finales pour deux titres aux Jeux de Sydney, mais elle pourrait bien refaire surface collectivement.

 

La sélection cubaine pour les championnats du monde de Chelyabinsk (25-31 août)

Féminines
-48kg : Dayaris Mestre Alvarez
-48kg : Maria Celia Laborde
-52kg : Yanet Bermoy Acosta
-57kg : Aliuska Ojeda
-63kg : Maricet Espinosa (forfait)
-70kg : Onix Cortes Aldama
-78kg : Yalennis Castillo
+78kg : Idalys Ortiz

Masculins
-60kg : Janier Pena
-66kg : Gilberto Solar
-73kg : Magdiel Estrada
-90kg : Asley Gonzalez
-90kg : Andy Granda
-100kg :Jose Armenteros
+100kg : Oscar Brayson
 

A ce sujet : Retrouvez la vidéo du Dojo du monde consacré à Cuba en 2013 (EDJ n°42)

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei