0:28 02 déc

CF cadets par équipes 2018 - Le titre pour SGS et l'ACBB

Le Stade Bordelais remporte deux médailles de bronze

Organisés en 2016 et 2017 à l'INJ, ces championnats de France cadets par équipes revenaient ce samedi à Villebon. Huit tapis (au lieu de six l'année dernière) et une pesée féminine et masculine à la même heure. Un changement par rapport à la précédente édition qui faisait bougonner quelques professeurs sur le mode "pourquoi changer une formule qui marche ?". Réponse de Patrice Rognon, organisateur en chef des compétitions nationales : "l'INJ disposait du dojo Awazu. Ce qui permettait aux judokas qui combattaient l'après-midi (en l'occurence les garçons) d'avoir à disposition une salle dédiée pour l'échauffement. Ici, ce n'est pas le cas. Si on avait pesé les garçons à 13h où se seraient-ils échauffés ?" D'autant que ce premier jour du week-end était aussi dédié au parajudo avec la coupe nationale technique et les championnats de France ! 
Bref, une journée dense puisque c'était pas moins de 89 équipes (43 féminines, 46 masculines) qui se présentaient ce matin sur les tatamis du Grand Dôme. Chez les filles, l'équipe de Sainte Geneviève Sports d'Edouard Gingreau a dominé son sujet de bout en bout pour offrir un nouveau titre par équipes aux "Rouge et Blanc" de Pascal Renault. Chez les masculins, ce fut beaucoup plus indécis entre les deux clubs alto-séquanais (des Hauts-de-Seine), l'ACBB Judo et l'AM Asnières. Mais c'est le premier, grâce à son petit lutin diablement malin de Romain Valadier-Picard, qui devient champion de France. 

Saint Gen' était au-dessus
Vainqueur du championnat d'Île-de-France il y a deux semaines, Sainte Geneviève Sports (qui avait deux équipes féminines qualifiées) enfilait le costume de croquemitaine ce matin car elle comptait dans ses rangs deux championnes de France avec Léa Fontaine (en +70kg, qui est aussi championne d'Europe) et Karrie N'Gosso Silo (-70kg) et une vice-championne de France avec Anaïs Perrot (-48kg). Pour compléter ce trio (N'Gosso Silo et Fontaine alternant en +63kg) :  Maïwenn Youinou en -52kg, Jaycee Brival en -57kg,  Romane Dyot (5e en -57kg au Tournoi de France en janvier, montée de catégorie depuis en -63kg et Carla Hackspill dans cette même catégorie. 
Six rencontres aujourd'hui et aucune d'elles n'a vu l'équipe génofévaine être mise en danger ou sous pression. Lors du bloc final SGS 1 bat 4-1 La Couronne Grand-Angoulême Judo en demi. Même score en finale contre le JCB Arras, équipe dans laquelle évoluait Liza Gateau (5aux CF 2018 en -48kg). Une finale qui débutait par les -57kg. Jaycee Brival lançait idéalement le rouleau compresseur rouge et blanc en suivant très vite au sol pour immobiliser son adversaire en kami-shio-gatame. 1-0 puis 2-0 avec la victoire, au mental, de Romane Dyot après 2'36 de golden score. La -63kg trouve finalement l'ouverture avec son uchi-mata. Puis 3-0 avec la point de la victoire apporté par Léa Fontaine sur la première action du combat : un gros coup du volant sur son adversaire qui finit sur le dos. Les deux derniers combats se déroulaient tout de même. Anais Perrot apportait le quatrième point avec son très efficace ko-uchi makkikomi alors que Liza Gateau apportait le seul point au club du Pas-de-Calais. Nouveau titre par équipe donc pour le club de l'Essonne... sur ses terres. Une victoire qui, a posteriori, ne souffre aucune contestation. 
En bronze, deux équipes de la région Nouvelle-Aquitaine avec le Stade Bordelais d'Emilie Andéol, déjà troisième en 2017, et la Couronne Grand-Angoulême Judo de Guillaume Avril, 5l'année dernière. 

Valadier-Picard offre le titre à l'ACBB
Deux clubs d'un même département en finale des championnats de France par équipes, c'est plutôt rare. Deux équipes tirées chacune par un duo de "leaders" : Romain Valadier-Picard (3en -50kg aux CF 2018) et Kenny Liveze (5aux CF 2018 en -81kg mais vainqueur du tournoi de Clermont-Ferrand en -90kg) pour l'ACBB Judo. Tous les deux vainqueurs il y a deux semaines de la Coupe d'Europe de Hongrie. 
Hans-Joris Ahibo (vice-champion de France -60kg 2018 et vainqueur de Clermont-Ferrand en -66kg, lui aussi du voyage en Europe centrale mais sans obtenir de résultat) et Maxime N'Gayap Hambou (champion de France 2018 en -81kg et 3aux CF seniors 2division début octobre). Souci pour l'équipe d'Asnières, drivée par Guillaume Etchegaray : la blessure de N'Gayap. "C'est lui le capitaine. Même blessé, c'était bien qu'il soit là, avec ses potes, en judogi. Il s'est donc pesé mais n'a pas combattu" nous expliquait, une fois le protocole passé, l'entraîneur asnièrois. 
Arrivés en finale après avoir battu l'AJ 59 (4/1 pour l'ACBB) et l'AJBD 21-25 (3/2 pour Asnières), deux clubs qui finiront au pied du podium, la finale entre les deux clubs des Hauts de Seine débutait par la catégorie des -60kg. Et 1/0 pour l'ACBB avec la victoire de Melvin Laudet sur un juji-gatame. Mais très vite, Ahibo remettait les deux équipes à égalité, jouant habilement le coup. Attaquant le plus souvent le premier sans pour autant prendre de gros risques, "Haribo" (son surnom) jouait clairement la montée de pénalités contre Modibo Diakité. Avec succès. 1-1 puis avantage Asnières avec la victoire de Aristide Onana sur un mouvement vers l'arrière. Mais Kenny Liveze ramène l'ACBB dans le coup avec sa victoire contre Abdoullah Khadzhimuradov (vice-champion de France +90kg) sur un yoko-guruma puis un yoko-otoshi. 2-2. Combat décisif ! Romain Valadier-Picard d'un côté, Antonin Elion Gambou de l'autre. Combattant la catégorie supérieure (-55kg), Valadier-Picard subissait au départ la puissance du bras droit de d'Elion Gambou. Mais peu à peu, le champion de France -46kg 2017 trouvait ses marques et menait sa barque, avec lucidité et intelligence, entre tentatives de travail au sol (un de ses points forts) et son ippon-seoi nage à gauche, lancé à la volée sur les montées de main de son adversaire. C'est d'ailleurs sur ce mouvement qu'il trouve la faille à une minute de la fin (waza-ari). Ne restait plus pour lui qu'à gérer cette avance. Pas d'effusion chez Valadier-Picard lorsque l'arbitre annonçait le "sore-made" synonyme de titre national pour une équipe éliminée au 1er tour du championnat Île-de-France, comme l'expliquait Jean-Christophe Allain, le coach des "Orange et noir" : "On est ici grâce à un hors quota du fait de l'absence de Romain et Kenny lors de cette compétition (ils étaient en Hongrie). Un moment clé aujourd'hui ? Sans doute la victoire décisive de notre -60kg lors du 1/4 de finale contre l'OM Judo. Mon groupe ? Des besogneux, des courageux. Et des copains qui se connaissent depuis qu'ils ont huit-dix ans. De quoi être très fier de cette victoire".
En bronze, le Stade Bordelais ASPTT Judo et le club de Clermont Auvergne Judo.
Demain place aux juniors. 

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros