17:47 17 avr

CF cadets (J2) - masculins - Courties n'a pas douté

Il devient champion de France en -90kg

Les podiums féminins venaient à peine de se terminer que les garçons (-73kg, -81kg, -90kg, +90kg) débutaient sur les huit tapis pour clore cette édition des championnats de France cadets. A 17h15 le rideau tombe à Ceyrat et que les derniers récompensés essayent judogis et remplissent formulaires en vue de possibles convocations internationales. Que retenir des quatre catégories masculines du jour ? Des surprises, en -73kg par exemple, avec la victoire inattendue mais pleine de panache de Hubby Confiac (Budokan Guadeloupe). Et une confirmation aussi : Evan Courties (-90kg, Peyrehorade Sports Pays d'Orthe Judo Jujitsu) est l'incontestable leader d'une catégorie qu'il aura cannibalisé toute la saison. 

Le fait du jour : Evan Courties : et maintenant l'international ? 
Il a eu chaud....et même très chaud en demi-finale contre Amaury Cerisier (Dojo de Cornouaille). Menant pourtant rapidement sur son spécial, un harai-goshi qui se transforme parfois en makkikomi parfaitement bien amené par un déplacement vers sa gauche (du classique, du simple, mais de l'efficace), Courties ne finit pas le travail et laisse son adversaire normand y croire. Et sur une attaque un peu molle, Cerisier contre le judoka du sud-ouest sur un puissant tani-otoshi. Ippon ? Les deux arbitres vidéos estiment le waza-ari plus juste. 
Pendant quelques secondes, le temps du visionnage de l'action, les yeux d'Evan Courties trahissent la peur d'une défaite qui l'aurait empêché de faire, comme Orlando Cazorla (en -60kg) et Morgane Féréol (en -70kg), le Grand Chelem (autrement dit rester invaincu cette saison, entre tournois labellisés et championnats de France). Le combat repart et bien conscient qu'il est en sursis (Amaury Cerisier prend alors les initiatives), Courties s'appuie une nouvelle fois sur son spécial pour mettre un terme au combat le plus chaud de la saison pour lui, lors du golden score.
En finale, le judoka du PS PO Judo ne laisse aucun espoir à Eric Dos Santos. Prenant de suite les choses en main (main droite en haut et fort contrôle de la manche), Courties se déplace, lance, marque et cloue au sol. Garçon visiblement très calme, il prend son titre avec une joie toute intérieure. Le voilà donc parmi le trio des invincibles de la saison 2016-2017. Incontestable n°1 de la catégorie, à lui de passer le cap de l'inernational. A Zagreb, il y a un mois, Courties eu la malchance de prendre le futur finaliste au 2e tour (le Slovène Jarc) et le futur 3e en repêchages (le Letton Gerkens). A lui d'inverser la vapeur. 


Evan Courties/Crédit Photo : Thomas Rouquette (L'Esprit du Judo)



P.S : Ra Irama Hozolet (+90kg, Fédération Polynésienne de judo) : La future pépite tahitienne ?
Certains l'avaient déjà remarqué lors de la Coupe de France individuelle minime fin octobre à Montigny-le-Bretonneux. Pas très difficile puisque le garçon mesure 2 mètres pour 120 kilos ! Cadet 1re année depuis janvier, ce jeune garçon (il n'a que quinze ans !), si il ne se classe pas à Ceyrat, fera rapidement et à coup sûr parler de lui. Venu de sa Polynésie pour ces championnats, il intégrera le Pôle Espoirs d'Orléans en septembre. 

Le coup de coeur : Hubby Confiac (-73kg)
Il a été présent le jour J. Classé que sur deux tournois labellisés (Cormeles-le-Royal, 2e et Harnes, 1er) cette saison, Hubby Confiac, a su se dépasser lors de la compétition "reine" au niveau national. Avec un peu de chance, de la volonté et du talent. Le Guadeloupéen frôle tout d'abord la défaite en 1/8 face à Luc Da Ros, finalement sauvé par une troisième pénalité prise par son adversaire pour une sortie de tapis (un peu bête) à...deux secondes de la fin. En demi-finale, il bat l'archi-favori monégasque Tizie Gnamien sur un superbe o-goshi en bordure plein de rage. En finale, poussé par des copains qui firent grimper l'ambiance dans l'Arténium, Confiac trouve la solution sur un o-soto-otoshi vif et puissant contre Benjamin Lelu (Arts Martiaux Saint Gratien). Waza-ari. Suffisant pour monter sur la première marche du podium. 

Les pions du jour : 
C'est même le pion du week-end : le utsuri-goshi démentiel de Tizie Gnamien contre Maxime Le Monze, en place de 3e. Tout y est ! Amplitude, explosivité, puissance, contrôle. L'impact fut impressionnant. Un pion à voir et à revoir. Autre superbe mouvement, le ura-nage plein de puissance de Yanis Aluane (Blanc Mesnil Sport Judo) contre Dorian Parenteau (AL Rebecca Judo). Plus subtil, le harai-tsuri-komi-ashi de Nikoloz Zubashvili (-90 kg, ETR) face à Amaury Cerisier. Compté waza-ari, il n'empêchera pas la défaite de ce jeune Géorgien. 


http://www.ffjudo.com/actualite/challenge-club-dalkia

Les vainqueurs du jour : 
En -73kg, voir ci-dessus. 
En -81kg : le titre reste au FLAM 91 puisque Francis Damier succède à Eniel Caroly. Joris Agbegnenou blessé (il avait gagné le Tournoi de France), ce sont deux des meilleurs et plus réguliers judokas de la caté qui se retrouvaient en finale puisque Damier rencontrait Serge Villeneuve Daville (JC Noyon), finaliste à Cannes. Très efficace avec son sumi-gaeshi toute la journée, ce dernier allait pourtant buter face à l'élève de Kilian Le Blouch. Se présentant en gaucher pour finalement se retrouver en garde à droite, le sélectionné olympique des -66kg conseillait intelligemment à son "padawan" de se focaliser sur la manche droite de Villeneuve Daville, afin de l'empêcher de monter sa main. Consigne prioritaire et parfaitement respectée par Damier. Dorénavant très gêné le combattant du JC Noyon attaquait à gauche, au risque de se faire contrer...ce qui arriva et donnait deux waza-ari d'avance à Damien, celui-ci ayant marqué un premier en contre dès le premier assaut.
Et sur une action forte de Villeneuve Daville, Damier bloquait bien ce qui avait pour conséquence de plaquer littéralement le premier au sol, la tête contre le tatami. Après plusieurs minutes avec les soigneurs, le judoka du JC Noyon ayant perdu connaissance, l'arbitre décidait d'appliquer le protocole "commotion" et arrêtait le combat en donnant Damier vainqueur. 
En -90kg : voir ci-dessus.
En +90kg : Yanis Alouane devient champion de France lors d'un combat pas forcément spectaculaire mais durant lequel il se sera montré plus sur l'initiative que son adversaire. Plus lucide que son adversaire Wissem Ezzine (Dojo Romanais) qui semblait très émoussé, Alouane attaque lors du golden score sur un kata-guruma. Si cette action ne donne rien, Ezzine, auteur jusque là d'une belle journée (il bat joliment Vincent Hutin, l'un des favoris, en 1/4) prend une moulinette synonyme de hansokumake. 

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros