16:39 13 avr

CF cadets 2019 (J1) : Valadier-Picard, force tranquille

Meghan Vo est la seule féminine à faire le doublé Cannes/CF

Première journée des ces championnats de France cadets 2019 qui se déroulent, après plusieurs années à l'Arténium de Ceyrat, au Grand Dôme de Villebon. 750 judokas sur la ligne de départ pour dix-sept titres à distribuer (neuf catégories masculines, huit féminines). Un samedi consacré aux catégories les plus légères (-46kg, -50kg, -55kg, -60kg, -66kg et -40kg, -44kg, -48kg, -52kg) où les surprises furent rares. En effet, depuis la mise en place du Tournoi de France, fin janvier, dans cette catégorie d'âge, la norme veut que les judokas montés sur le podium dans la ville azuréenne aient de fortes chances de s'y retrouver, aussi, trois mois plus tard lors du championnat national. A l'issue de cette journée, l'axiome se vérifie une fois de plus ! Et niveau individualité ? Difficile de passer à côté de la démonstration de Romain Valadier-Picard (ACBB Judo). Attendu, l'élève de Jean-Christophe Allain a remporté en -50kg son second titre national, après celui de 2017 en -46kg. Le résumé de sa journée ? Une domination de "patron" : serein, Valadier-Picard s'est montré au-dessus du lot, tout simplement. Chez les féminines, Meghan Vo (Stade Laurentin Judo) se pare d'or en -44kg. Vainqueur à Cannes, elle est la seule judokate à faire le doublé TDF/CF aujourd'hui. Et c'est à signaler. 

Valadier Picard : et maintenant l'international
Très concentré dès son premier combat, Romain Valadier-Picard n'a, du moins c'est l'impression qu'il a donné, jamais douté. Vainqueur du Tournoi de France, de la coupe européenne de Hongrie en fin d'année dernière et en argent en Croatie il y a un mois, l'ACBBiste a parfaitement joué sa partition avec l'un des bagages techniques (et tactiques) les plus intéressants et prometteurs de cette génération. Auteur de plusieurs tai-otoshi qui firent mouche (une technique plutôt rare en compétition), il sut aussi jouer de son morote-soi-nage ou de son tomoe-nage pour ne pas offrir d'échappatoire à ses adversaires. En finale, face à Maxime Ignaczak (Judo Guebwiller), il attaque systématiquement le premier et fait tranquillemement monter les pénalités jusqu'au hansokumake. Un fait significatif : voyant son poulain, habitué aux joutes internationales, gérer son combat avec sérénité, Jean-Christophe Allain ne dira rien ou presque durant cette finale. Avec ce titre attendu et mérité désormais dans sa poche, Romain Valadier-Picard peut désormais se concentrer sur les prochaines échéances de sa saison : championnats d'Europe et du monde. Et chez les autres catégories masculines du jour ? C'est l'un des faits du jour : ils sont quatre sur cinq à remporter les championnats de France après le Tournoi de France. Outre Valadier-Picard, Lucas Panda (AJBD 21-25), Émile Notebaert (AJBD 21-25), Danyil Zubko (JC Villeneuve-les-Avignon) réalisent le doublé. Lucas Panda, en -46kg, signe la victoire la plus rapide, et de loin, durant ces finales puisqu'il ne lui faut que... huit secondes pour placer un sode-tsuri-komi-goshi à Grégoire Tinle (JA l'Isle) valorisé ippon ! En -55kg, Emile Notebaert place un sankaku inversé en reprise d'initiative à Youcef-Ayoub Belkahla (Espérance 1893 Mulhouse), le ramenant au sol tout en ne lâchant pas son "triangle" inversé. Du beau ne-waza ! En -60kg, Danyil Zoubko s'impose lui aussi au sol en surpassant la tentative de clé de bras de Tristan dufour (AJ Loire) pour l'immobiliser en kami-shiho-gatame. Seuls les -66kg offrent une finale totalement inédite avec la victoire de Amin Harrou (OJ Nice) face à Spir Eleftheriadis (AG Caennaise). Un combat "moelleux" où le Niçois trouve finalement la solution lors de la prmeière séquence du golden score sur un ko-soto-gake "prise de l'ours". Une surprise dans cette catégorie puisque les deux combattants n'étaient même pas des dans les sept premiers à Cannes. 

Le doublé pour Meghan Vo
Élève de Manuel Armitano au sein du célèbre club laurentin fondé par José Allari, Meghan Vo s'en va cueillir son premier titre national avec son judo dynamique et énergique en -44kg. En argent en Croatie derrière la Russe Vorobeva (championne du monde cadettes en -40kg, en 2017), la Laurentine sort la grosse journée qu'il faut pour ête l'unique judokate féminine à s'imposer ici après Cannes. En finale, elle s'impose devant Marina Le Mezec (Calvados Judo) sur un très joli enchaînement yoko-tomoe-nage/tate-shiho-gatame. La voilà leader incontestable de la catégorie avant les futures échéances internationales (Berlin puis Bielsko Biala). 
En -40kg, surprise avec la victoire de Clémentine Richard (Union Judo Rhône) sur Pauline Cuq (DAN 79). Cuq, vainqueur du TDF et troisième en Croatie, partait favorite de cette finale avec son morote-seoi-nage et une grosse activité qui déstabilise ses adversaires. Sachant sans doute cela, Clémentine Richard joue son va-tout au sol... et ça paie ! Elle place un étranglement, parfaitement amené, sur lequel Cuq ne peut que taper.
En -48kg, Chloé Deversain (Alliance Judo 59), non classée à Cannes, sort la journée parfaite : en finale, elle immobilise Lilou Cassat (AM Laique Le Palais sur Vienne) après avoir battu Léa Bérès (Stade Bordelais ASPTT Judo) en demi-finale, l'une des favorites du jour (en bronze à Cannes). En -52kg, Chloé Devictor (JC du Castellet) met fin à l'invincibilité de Lycia Guebli (AM Asnières), victorieuse de Clermont-Ferrand, Cannes et de la Croatie ! Une surprise ? Pas forcément puisque l'élève de Julien Tarpéa avait fini deuxième à... Cannes et première à la coupe européenne de Turquie. Une victoire que la Varoise aura été chercher à l'envie puisqu'elle s'adjuge ce premier titre aux pénalités. 

Et sinon ? 
-Ils sont donc cinq à faire le doublé TDF/Championnats de France avec quatre finales identiques : Vo/Le Mazec en -44kg, Guebli/Devictor en -52kg, Valadier-Picard/Ignaczak en -50kg, Zubko/Dufourt en -60kg. Il y a au total vingt médaillés ce samedi qui l'étaient déjà à Cannes (soit 55,5% des médaillés du jour). 
-Le retour du ne-waza est désormais bien installé dans cette catégorie d'âge. Plusieurs finales se jouent au sol et les liaisons debout-sol sont beaucoup plus systématiques qu'il y a quelques années à regarder cette première journée. Une évolution plutôt intéressante. 
-L'AJBD 21-25 mène la danse au niveau du classement des clubs avec deux titres en -46kg et -55kg.  
-Imposée depuis peu à l'international, la règle du "rhabillage" à chaque "matte" (ou presque) a été scrupuleusement appliquée par les arbitres aujourd'hui. Une volonté louable dans son intention première. Toutefois, à la manière des pauses dues à la vidéo à l'international, sa demande quasi-systématique a pour effet de casser le rythme et les dynamiques de combat (pour l'un ou l'autre des combattants)... le temps que les combattants prennent le pli de se rhabiller sans demande de l'arbitre ? Affaire à suivre. 

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei