6:18 03 oct

CF 1re division par équipes 2020 - J1 - Le direct

Sucy Judo vainqueur, SGS en argent, FLAM 91 et l'AJA Paris XX en bronze

CHAMPIONNATS DE FRANCE PREMIÈRE DIVISION PAR ÉQUIPES
BREST ARENA
03-04 OCTOBRE 2020


Photo : Aurélien Brandenburger/L'Esprit du Judo

(Pensez à rafraichir régulièrement la page pour lire les dernières informations)

17h20. Sucy, troisième ! 

Vainqueur du PSG Judo et du FLAM 91, l'équipe de Sucy Judo est allée chercher son troisième titre national, battant à l'instant en finale SGS Judo. Pourtant, cette rencontre contre l'équipe de l'Essonne était bien mal embarquée avec les deux premières victoires pour l'équipe de Celso Martins. En -81kg, Arman Khalatian (ancien du Passion Judo 35) battait Nicolas Chilard (formé au KUMO, un des clubs phares de Bretagne) sur o-soto-gari valorisé waza-ari. En -90kg, Maxime Aminot, revenu au club génofévain, piquait Alexis Mathieu au sol dans un combat jusqu'alors équilibré. Un moment de flottement du vice-champion de France 2019 des -90kg et Aminot (lui aussi formé au KUMO) l'immobilisait en yoko-shiho-gatame. Se présentaient alors Cédric Olivar et Jospeh Terhec. Le premier se montrait très dynamique et sur l'attaque avec ses o-uchi-gari ou harai-goshi. Mené deux shidos à rien, on sentait Terhec dans un temps faible et ne voyant pas trop comment le champion de France +100kg 2019 pourrait changer le cours des choses. Et pourtant...sur une attaque en bordure, Terhec saisissait la ceinture d'Olivar pour lancer un tsuri-goshi qui déroulait son adversaire. Ippon ! 
Le début de la "remontada" de Sucy puisque Hugo Fonghetti s'imposait à Vincent Sorgiati en -66kg. Bien que mené, l'étudiant kiné ne s'affolait pas et contrait le judoka de SGS sur une tentative de mouvement d'épaule de ce dernier en le plaquant littéralement sur le tapis. 2-2  ! 
Scénario idéal pour cette finale avec un combat décisif sur le cinquième match avec pour acteurs Mickael Dubois et Théo Riquin. Ce dernier essayait de trouver la solution sur ses mouvements d'épaule toutefois bien anticipés par son adversaire qui tentait à chaque fois de le contrer. Dubois qui se montrait dangereux sur ses ashi-waza, à tel point qu'il marquait sur harai-makikomi suivi en immobilisation gardée...huit secondes. Pas de ippon mais une valeur que Dubois gère parfaitement sur les trente secondes restantes.
Et voilà Sucy Judo qui remporte son troisième titre après 2015 et 2018 après une finale mal engagée mais qui récompense un club et une équipe qui aura su se montrer la plus constante sur la journée en battant presque tous les autres prétendants à la victoire finale et sans son leader, Axel Clerget. Stéphane Auduc, en béquille, pouvait bien féliciter ses garçons. Le "job" a été fait et bien fait. 

16h40. FLAM 91 à nouveau sur le podium
Une seconde place de troisième bien moins indécise avec une victoire rapide de FLAM 91 contre l'ESBM Judo. Un premier point apporté par Reda Seddouki contre Cédric Revol. Une victoire qui, pourtant, ne satisfaisait pas du tout le champion de France seniors des -66kg puisqu'on le voyait pensif en sortant du tapis. Un jeune combattant qu'on aura l'occasion de revoir rapidement pour les championnats d'Europe des -23 ans. 
Suivait alors Kilian Le Blouch et Pierre Duprat. Un combat qui se jouera aux pénalités et remporté par le premier qui se montrera plus sur l'initiative alors qu'on sentait pourtant Duprat très incisif depuis ce matin. Trois shidos à deux pour le combattant du FLAM 91 qui, comme à son habitude, n'aura rien lâché de toute sa compétition. Avec un combattant en moins, le score était déjà acquis pour l'équipe de Florent Urani mais les deux -81kg montaient tout de même sur le tapis Brioche Dorée. Etienne Delvert attirait les applaudissements avec deux ura-nage très aériens. Nouveau podium pour le FLAM 91. Un résultat "minimum" comme nous l'expliquait le président du club, Sebastien Nolesini dans le magazine actuellement disponible. 

16h30. L'AJA Paris XX, premier médaillé de bronze ! 
Une rencontre 100% parisienne pour cette première place de troisième entre l'AJA Paris XX et le PSG Judo. Sur sa lancée de sa journée, Daiki Bouba, de l'AJA Paris XX dominait rapidement et avec une nette supériorité Benjamin Gomes. Un premier waza-ari sur uchi-mata avant un classique et très net o-uchi-gari, presque dans la foulée. Dans cette journée assez terne au niveau judo (assez prévisible avec l'arrêt forcé de sept mois et le manque de repères et de rythme des combattants), Bouba aura été l'un des judokas les plus lumineux de ce samedi. Très en contrôle, ce gaucher aux forts mouvements de jambe et à l'aise au corps à corps, aura gagné tous ses combats aujourd'hui, avec un vrai style. En -73kg, et dans un duel gauche/gauche, Benjamin Axus dominait Hugo Tchorowski qui se montrait impuissant à trouver la solution pour mettre la distance nécessaire. Trois shidos et déjà deux à zéro pour l'AJA Paris XX. Puis deux à un avec la victoire, aux forceps, d'Alpha Djalo contre Christ Gengoul sur un ippon-seoi-nage à gauche. Le quatrième combat opposait deux copains, puisque dans la même chambre à l'Insep : Eniel Caroly et Paul Livolsi. Un combat qui commençait très fort avant de se conclure rapidement sur un koshi-jime de Livolsi sur lequel le judoka du PSG Judo était pris. À tel point qu'il "partait" sans pouvoir taper clairement, sous les yeux de l'arbitre qui donnait un ippon de manière très tardive alors qu'il apparassait clairement que Caroly s'était évanoui. Chambrage de Paul Livolsi pour cette victoire du club du XXe arrondissement juste avant que Teddy Riner ne monte sur le tapis relever les jambes de son coéquipier qui revenait peu à peu à lui. Porté en dehors du tapis par son pote Paul "Le Poulpe" Livolsi qui le suivait ensuite en salle d'échauffement, cette rencontre se concluait donc par une victoire du club d'Alexandre Borderieux sur celui de Nicolas Mossion. Une médaille de bronze qui vient récompenser une journée solide avec comme fers de lance Bouba et Axus. 

15h45. Sucy Judo ira chercher un troisième titre
Combat très fermé entre Joseph Terhec (désormais en +100kg) et Alexandre Iddir. Peu d'attaques très fortes et une grosse bataille au kumikata. Mais après 1'54 de golden score, le troisième shido tombait contre Terhec. En -66kg, premier combat de la journée pour Walide Khyar. Côté Sucy Judo, Stéphane auduc décidait d'aligner Hugo Fonghetti, vice-champion de France 2019 en -66kg. Un choix sans doute guidé par la défaite de William Cysique au tour précédent. Et un choix gagnant puisque ce dernier contrait le seoi-nage de Khyar.  
En -73kg, Mickael Dubois et Kilian Le Blouch s'affrontaient dans un combat où il ne passait rien de franchement palpitant. Finalement, le combattant du FLAM 91 prenait une troisième pénalité dans cet affrontement très fermé. Montaient alors sur le tapis Nicolas Chilard et Brahima Keita. Le premier menait rapidement d'un waza-ari avant que ce combat prenne un mauvais sens avec des esprits qui s'échauffaient sur une action en bordure qui finissait dans les panneaux publicitaires. Les combattants de FLAM 91 venaient intelligemment calmer les esprits. Mais sur l'action suivante, Keita mettait un coup de pied qui aurait pu être sanctionné. Il n'en était rien et ce dernier se voyait attribuer un ippon sur une action où Chilard était déroulé sans qu'on voit pour autant l'action du combattant du FLAM 91. Une valeur logiquement retirée avant une ultime action très litigieuse de waki-gatame de Chilard sur le bras gauche de Keita. Comme dans l'autre demi-finale, c'est donc un Breton qui envoie son équipe en finale puisque Nicolas Chilard est originaire de la Breizh. Sucy Judo qui aura donc battu et le PSG et le FLAM 91 pour aller chercher un nouveau titre après 2018. Costaud. 

15h15. SGS est en finale ! 
Il est 15h à la Brest Arena et les demi-finales sont désormais lancées ! Deux rencontres dirigées, au départ, par des arbitres mondiaux avec Jean-Louis Preslier (sur la demi AJA Paris XX/SGS Judo) et Damien Piau (Sucy Judo/FLAM 91).
Dans la première demi, Cédric Olivar apportait le premier point au sol et de manière assez tranquille en immobilisant Luca Huillet en tate-shiho gatame. Mais Daiki Bouba, incontestablement l'un des judokas de la journée, remettait les deux équipes à égalité. Très maître de lui-même, le -66kg de l'AJA plaçait deux ko-uchi-gari pour waza-ari. Puis deux à un pour l'AJA grâce à Axus qui faisait montait les pénalités contre Persehais, avec son allonge à gauche tellement gênante pour les adversaires. Et 2-2 partout grâce à Quentin Joubert, le champion de France seniors 2020 en -81kg qui trouvait la faille sur ippon-seoi-nage à gauche contre Christ Gengoul. Une demi-finale haletante qui allait donc se jouer sur les -90kg et le duel entre le Breton Julian Kermarrec et le titi parisien, Paul Livolsi. Un combat engagé entre deux gauchers. Jouant sur son point fort, Julian Kermarrec cherchait obstinément la solution en ne-waza qu'il finissait par trouver à 1'39 de la fin du combat immobilisant en kuzure-shiho-gatame le Parisien. Et voilà le combattant  du cru qui offrait une place en finale pour SGS Judo ! 

14h55. L'ESBM Judo et le PSG Judo iront chercher le bronze 
À un combattant de moins toute la journée avec le forfait d'Aurélien Diesse en -90kg (une blessure au genou), l'ESBM Judo de Cyrille Maret trouve tout de même les ressources pour continuer son chemin après sa défaite face à l'AJA Paris XX. Opposé à Nice Alliance Judo, Cyrille Maret offre le premier point à l'équipe de Blanc-Mesnil. Malmené par Guermann Andreev, y compris en ne-waza où ce dernier n'hésitait pas à aller chercher le médaillé olympique 2016, ce dernier piquait ce dernier justement au sol sur une immobilisation couplée à un étranglement sur lequel tapait le Niçois. Les deux autres points sont apportés par Pierre Duprat, très agréable à suivre ce samedi puisqu'il place à nouveau un uchi-mata sur place et très pur, et Olivier Fleurmon (3e des CF juniors 2018 en -73kg) qui plaçait coup sur coup un ashi-guruma et restait en ko-uchi sur une tentative de ura-nage. 
Sur le tapis Restorante del Arte, le PSG l'emporte 3-1 contre l'OJ Nice. Une rencontre où il faut noter la victoire de Loic Pietri sur Eniel Caroly sur deux ippon-seoi-nage enchaînés en ko-uchi makikomi à gauche. 

14h30. Finales de repêchages
ESBM/Nice Judo Alliance
OJ Nice/PSG Judo

Visiblement remonté après sa défaite il y a moins d'une heure, Teddy Riner lançait le PSG sur la route des repêchages avec un très gros harai-goshi (sa technique du jour pour l'instant) sur son adversaire du Judo 83. Des "Teddy, Teddy !" montaient alors des travées, preuve qu'avec les combattants bretons du jour, le double champion olympique suscite - logiquement - la faveur du public présent. Il faut voir les enfants se précipiter dans les gradins pour prendre l'immense champion en photo. Des images qu'on a plaisir à retrouver après cette trop longue interruption de la discipline. Victoire trois à zéro du club parisien puisque Sina Sadroleslami s'impose à Brice Drouin sur un uchi-mata suivi en yoko-shiho-gatame et Hugo Tchorowski apportait le dernier point. 
Alors qu'une petite interruption a lieu avant les finales de repêchage (lors desquelles on retrouvera les deux clubs niçois), on peut d'ores et déjà saluer l'organisation de la ligue de Bretagne avec une logistique et un protocole sanitaire certes contraignant mais pas étouffant. 

13h28. Les demi-finales du jour
AJA Paris XX/Sainte Geneviève Sports Judo
FLAM 91/Sucy Judo

La colère et la déception de Teddy Riner après le 3e shido reçu dans son combat contre Joseph Terhec (Sucy Judo).

13h00. FLAM 91/Sucy Judo pour une place en finale, Riner battu aux pénalités
Premier combat de la journée et premier magnifique ippon d'Alexandre Iddir avec le FLAM 91. Un ippon-seoi-nage debout qui donne le troisième point à son équipe et l'envoie par la même en demi-finale. 
Dans le dernier 1/4 de finale, énorme sensation avec la défaite du PSG Judo contre Sucy Judo sur le dernier combat des +90kg et une défaite de Teddy Riner face à Joseph Terhec aux pénalités ! Une bataille de kumikata très âpre mais habituelle au niveau international, Terhec, bien briefé par Stéphane Auduc l'entraîneur de Sucy, maîtrisant bien la manche droite du double champion olympique qui tentait de construire à son rythme. Une pénalité chacun pour non-combativité, trop rapidement donnée, une sortie de tapis pour Riner, bien aidé par la poussée de Terhec — une situation qui n'avait pas valu jusque-là beaucoup de pénalités par ailleurs — et une nouvelle double pénalité donnée sur une séquence où Terhec reculait en empêchant la saisie et où Riner, sans trop changer de rythme, s'essayait à construire. Le géant perdait par hansokumake ! 
Un coup de tonnerre synonyme de défaite pour le PSG alors qu'Eniel Caroly avait ramené le club à égalité en battant nettement Alexis Mathieu sur un yoko-guruma en -90kg. Nicolas Chilard, le plus Breton de l'équipe sucycienne, avait lui remporté la grosse baston des -81kg contre Alpha Djalo après un golden score interminable. En -73kg, Mickaël Dubois avait battu Bilel Yousfi alors qu'en -66kg Benjamin Gomes avait apporté le premier point en dominant William Cysique. Ironie du sort, ce sont les deux leaders confirmés du groupe parisien qui cédaient le point. Une défaite amère pour Teddy Riner qui avait la possibilité d'amener le point décisif pour une victoire qui aurait été belle pour ce groupe jeune. Face aux journalistes nombreux venus pour suivre sa compétition, le grand champion français remâchait sa déception en désignant le coupable : l'arbitre de la rencontre et la table d'arbitrage. Il revisionnera à tête reposée son combat et constatera sans doute qu'il n'était sans doute pas assez rapide et tranchant et qu'à ce rythme là, cela n'aurait pas pardonné à l'international. On peut tout de même trouver avec lui l'arbitrage français étonnamment sévère contre l'icône du judo français et trouver un peu dommage que ce soit en France, pour une compétition nationale, que l'invincible se voit infliger sa seconde défaite à coups de non combativité et de sorties de tapis — trois pénalités en trois minutes, comme un junior inconnu — après tant d'années de domination internationale. Son adversaire Joseph Terhec n'en demandait sans doute pas tant. La preuve ? Un petit sourire ironique lorsque la décision est donnée, surpris, autant que Riner, de cette décision lourde de conséquences. 

12h30. AJA Paris XX/SGS Judo : première demi-finale
Nouvelle victoire trois à zéro pour l'équipe de Celso Martins. Cette fois-ci contre Nice Judo Alliance. Victoires de Vincent Sorgiati, Théo Riquin et Quentin Joubert avec son ne-waza toujours aussi efficace. 

12h25. 8'23 de golden score entre Gobert et Seddouki ! 
Troisième quart de finale entre FLAM 91 et OJ Nice. Et un premier combat à rallong entre les deux derniers champions de France juniors en -66kg : Maxime Gobert en 2020 et Reda Seddouki en 2019. Un combat très tactique, sans valeur de marquée, mais sans vrai temps mort. Une confrontation qui se finit finalement à trois shidos à deux en défaveur de Gobert. Une décision discutable car deux actions de ce dernier aurait pu valoir un waza-ari. 


Photo : Antoine Frandeboeuf/L'Esprit du Judo

12h20. L'AJA Paris XX en demi-finale
Avec quatre combattants dans l'équipe (pas de -90kg), l'ESBM n'avait pas le droit à l'erreur après la défaite de Vincent Limare face à  Daiki Bouba, très incisif depuis ce matin ! Duprat remettait les deux équuies à égalité mais Fleurmon subissait deux gros harai-goshi de Gengoul. Avec la victoire sans combattre de Paul Livolsi voilà le club d'Alex Borderieux en demi-finale, soit face à SGS soit face à Nice Judo. 


Photo : Antoine Frandeboeuf/L'Esprit du Judo

12h00. La belle passe d'armes Axus/Duprat
Voilà le genre de combat qui nous avait tant manqué ! Superbe "baston" entre Benjamin Axus (AJA Paris XX) et Pierre Duprat (ESBM Judo) dans la catégorie des -73kg. Deux combattants qui se connaissent par coeur. Une bataille acharnée qui se finit sur un séquence incroyable : Axus engage un retournement au sol, commence à immobiliser Duprat qui remonte immédiatement en tate-shio-gatame dont sort Axus avant que le combattant de l'ESBM ne l'étrangle ! 

11h50. Et Teddy Riner monta sur le tapis...
La clameur est montée d'un coup dans la Brest Arena ! Teddy Riner était le premier de son équipe du PSG à monter sur le tapis pour ce 1/8e de finale contre le club des Hauts de France Judo. Un Riner qu'on sentait très appliqué et patient face à un adversaire qui ne jouait pas les victimes expiatoires. Un premeir waza-ari sur harai-goshi makikomi puis un second à la manière du nage-no-kata. Du bel ouvrage. 


Photo : Antoine Frandeboeuf/L'Esprit du Judo

11h40. On connait trois des quatre 1/4 de finale
ESM Judo/AJA Paris XX
SGS Judo/Nice Judo Alliance
FLAM 91/OJ Nice

11h35. FLAM-OJ Nice en 1/4 de finale
Victoire sèche de l'Olympic Judo Nice de Loic Pietri et Maxime gobert (champion de France juniors 2020 en -66kg) contre l'AM Asnières. Attention à cette équipe niçoise, solide à tous les postes ! Elle retrouvera le FLAM 91 dans le demi-tableau B. 
Sur le tapis à côté, l'autre club niçois, l'Alliance Judo Nice, coaché par Eric Despezelle se sort du piège RSC Montreuil, l'emportant 3 à 1 avec la victoire décisive du -81kg sur un contre d'uchi-mata. 

11h15. Ça s'accélère à la Brest Arena
Entrée en lice du PSG Judo sur le tapis Restaurant Del Arte. Pas de Teddy Riner pour l'instant, mais une victoire trois à zéro contre Balma Saint Exupéry, grâce à Bilel Yousfi, Alpha Djalo et Eniel Caroly. 
Sur le tapis ville de Brest, le FLAM 91 continue tranquillement sa route. À noter le feeling de Reda Seddouki qui place un joli de-ashi-barai. Sur le tapis du centre Brioche Dorée, l'AJA Paris XX d'Alexandre Borderieux s'impose 3-1 contre le JC Chilly Mazarin. Christ Gengoul apporte le point décisif sur un harai-goshi à gauche. 

10h55. Sainte Geneviève Sports toujours aussi serein
À l'image de l'ESBM Judo, le SGS Judo de Celso Martins rejoint le dernier carré de son demi-tableau de manière très sereine. Trois à zéro contre le Cercle Paul Bert de Rennes avec des victoires de Cédric Olivar, Vincent Sorgiati et Théo Riquin. Ce dernier, récent sélectionné pour les championnats d'Europe -23 ans se fait surprendre sur un ippon-seoi-nage (waza ari) avant de mettre le même mouvement et de suivre au sol en immobilisation. 

10h45. Maret, Revol et Duprat envoient l'Étoile sportive de Blanc-Mesnil Judo en quart de finale
Un dégagement de jambes parfaitement exécuté par le médaillé olympique de Rio, un sode-tsuri-komi-goshi de Cédric Revol et un uchi-mata très pur de Pierre Duprat permettent à l'équipe tenante du titre de se qualifier pour le prochain tour. À noter l'absence (pour l'instant ?) d'Aurélien Diesse en -90kg. 

10h30. Pietri expéditif
Visiblement très motivé, le dernier champion du monde masculin tricolore (en dehors de Teddy Riner), Loic Pietri met moins de vingt secondes pour placer son ippon-seoi nage à gauche à l'Herbier pour une rencontre remportée trois à zéro par l'OJ Nice. Avant lui, Jonathan Allardon et Enzo Gibelli (champion de France juniors 2020 en -73kg) avaient apporté les deux premiers points. 
Sur le tapis Restaurant Del Arte, la présence de Nathan Petit, -81kg de l'équipe de France paralympique (Judo 83). 

10h20. Sucy déroule
Sucy Judo, vice-champion de France fait son entrée dans la compétition. Mickael Dubois ouvre le compteur sucycien contre le JC de l'Est lyonnais avec un o-soto-gari à gauche bien préparé. Nicolas Chilard, recrue de l'été, ne perd pas de temps et place un sode-tsuri-komi-goshi enchaîné en kata-te-jime. Et finalement trois à zéro pour le club de Stéphane Auduc (en béquilles) avec la victoire d'Alexis Mathieu, vice-champion de France 1re division seniors 2019 en -90kg. Un combat acharné contre Brice Albenque que le premier remporte aux pénalités. 
Au même moment on apprenait que Clarisse Agbegnenou ne serait pas sur le tatami demain avec le RSC Champigny. 

09h55. FLAM 91 au petit trot
L'ambiance monte de plusieurs décibels dans la Brest Arena avec la rencontre de l'AJ 22 sur le tapis de la ville de Brest
Sur le tapis central, entrée en lice de FLAM 91, une équipe qui peut très légitimement visé le titre avec Reda Seddouki et Walide Khyar en -66kg, Kilian Le Blouch en -73kg, Etienne Delvert et Brahima Keita en -81kg, Francis Damier en -90kg et Clément Delvert et Alexandre Iddir en +90kg. Le Blouch qui était le premier en action et plaçait son retournement fétiche à Hermelin (AJBD 21-25). 
Au même Matthieu Little Lebreton de l'AJ 22 (ancien de SGS Judo avec lequel il a gagné deux titres par équipes), enflamme le public, battant Lebel du Sporting Marnaval. On revient sur le tapis Brioche Dorée avec Serge Damier, champion de France juniors 2020 qui place un joli ippon-seoi-nage à droite. 3-0 pour FLAM 91 contre l'AJBD 21-25. 

09h50. Nice Judo et le RSC Montreuil, ça passe ! 
Le RSC Montreuil pourrait être à surveiller avec une équipe assez homogène : Victor Le Boedec en -66kg, Alexandre Mariac en -73kg, Timothée Besland en -81kg, Giga Abuashvili en -90kg et Cédric Medeuf en +90kg. Besland qui gratifie le public déjà nombreux (la jauge a été fixée à 2700 personnes) d'un joli uchi-mata en bordure. Sur le tapis n°2, Nice Judo s'impose 3-0 contre Brive avec le troisième point apporté par Anthony Joubert. Le RSC Montreuil et Nice Judo qui s'affronteront au prochain tour pour un combat qui s'annonce excitant. 

09h30. L'Étoile sportive de Blanc-Mesnil serein
Trois victoires à une pour l'équipe tenante du titre contre le Dojo Nantais. Dans le même quart de tableau, l'AJA Paris XX s'impose tranquillement, avec le troisième point apporté par Paul Livolsi et son sumi-gaeshi. 

9h00. Degueamer mat e Breizh* ! Après sept mois sans évènement national, les meilleurs combattants retrouvent, sans nul doute avec beaucoup de plaisir et d'excitation, les tatamis de compétition avec ces championnats de France 1re division par équipes. 
Ce samedi, ce sont les masculins qui ouvrent le bal sur les trois surfaces de combat de la Brest Arena. 

*Bienvenue en Bretagne en breton

Les autres actualités similaires

Original-original-310_cjuniors
Original-pub_3
Original-original-310_cadets
Original-original-310_militaires
Original-carre%cc%81_ff
Original-original-310_veterans
Original-original-310_para_judo
Original-page_81
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_regions