9:31 22 avr

CE Varsovie : le direct commenté du troisième jour

Clerget et Maret en argent, Tcheuméo en or

Championnats d'Europe 2017
Torwar Arena, Varsovie (Pologne)
20-23 avril 2017

3e journée

Pensez à rafraîchir cette page pour les dernières actualités

Audrey Tcheuméo : "Comme quoi, il faut y croire jusqu'au bout"

Cyrille Maret : "Je devais gagner ce titre"

Axel Clerget : "Mon frère va être très remonté que je perde là-dessus"

18h : +100kg, la sensation Tushishvili
Champion du mond cadets, double champion d'Europe juniors en -100kg (2013) et en +100kg (2015), Guram Tushishvili était un peu le chouchou du public de la Torwar Arena aujourd'hui. Peut-être un peu plus encore contre Adam Okruashvili, déjà quatre fois médaillé européen dont un titre en 2015, à qui il rendait plusieurs dizaines de kilos. Le petit contre le grand, ça marche toujours. Une baston de lourds où le plus léger essayait de ne pas se faire engluer au corps-à-corps, à ne pas se laisser manger par le travail lent, mais ultra-puissant de son aîné, qu'il décalait à grands coups de hanche et lui faisait baisser la tête avec ses bras tentaculaires. À deux shido partout et alors que la fin de combat approchait, c'est le petit (mais très costaud) Tushishvili qui lançait seoi-nage. Waza-ari, enchaîné en clé sur laquelle tapait Okruashvili. À 22 ans, le voici champion d'Europe. Un bisou sur le bidou d'Adam "Obélix" Okruashvili pour se faire pardonner. Avc les Géorgiens, ça reste en famille.

18h : +78kg, Slutskaya première
Nom : Maryna. Prénom : Slutskaya. La Biélorusse coiffe toute la concurrence au poteau aujourd’hui en s’imposant en finale à l’Ukrainienne Iaromka, facilement au sol. Double vice championne d’Europe juniors et médaillée aux Europe -23 ans, la voici championne d’Europe à 25 ans et déjà dans les prétendantes aux grands podiums de l’olympiade.

17h35 : -100kg, Maret maudit…
Face au vétéran Elkhan Mammadov, 35 ans, champion du monde en 2013, médaillé mondial 2010, trois fois médaillé européen en -90kg, dont la dernière finale remontait à... 2008, Cyrille Maret semblait être parti sur les meilleures bases : il pesait sur l’Azerbaïdjanais, et, prudent face l’expérience du bonhomme qui n’attendait que le contre, lançait ses ashi-guruma. Mammadov semblait plier de minute en minute, mais restait tout de même solide sous cette pression qui avait fait céder les autres. Non pénalisé pour non combativité, grâce à ses rotations en sode opportune, c’est Maret qui prenait un shido pour mauvaise saisie. Les deux hommes abordaient le golden score avec deux shido à un en faveur de l’Azéri, et on se disait que Cyrille Maret allait trouver l’ouverture… jusqu’à cette action en sode à une main de Mammadov ! Cette fois ce n'était pas pour temporiser, mais l'attaque pour tuer le combat. Soleil de Maret, ippon. Le Français, qui remporte là sa quatrième médaille européenne tout de même, ne sera pas champion d’Europe cette année. Dur pour lui, alors que sitôt la finale terminée, la Marseillaise d’Audrey Tcheuméo retentissait dans la Torwar Arena.

17h15 : -78kg, Tchoumi puissance 4 !
Quelle combattante ! Face à la très athlétique Steenhuis, la triple championne d’Europe prenait d’abord un waza-ari en bordure sur un o-uchi/uchi-mata qu'elle ne sentait pas venir et qui allait l’obliger à faire le combat à rebours. Sans stresser, elle prenait l’ascendant physiquement par à-coups après avoir lancé d’abord sur l’arrière, tenté un ashi-guruma qui ne donnait rien. Sur un sumi-gaeshi, elle mettait à son tour waza-ari à la Néerlandaise à 45 secondes du terme avant de venir la cueillir, sur l’arrière, sa marque de fabrique sur ce championnat, et marquait ippon alors qu’il restait 18 secondes. Et bim ! Tchoumi pouvait exulter. Elle remporte son quatrième titre continental !

17h : -90kg, Clerget, l'argent peut faire le bonheur
Face au Serbe Kukolj, impressionnant depuis ce matin, Axel Clerget s'incline sur un magnifique travail au sol de son adversaire… qui l'aura donc pris à son propre piège après lui avoir mis beaucoup de pression, notamment sur ce ko-uchi qu'il fait magnifiquement bien. Première médaille européenne pour Clerget néanmoins, qui peut savourer, lui qui avait six entraînements dans les jambes avant de prendre l'avion pour Varsovie.

16h35 : Les finales du jour
-78kg
G. Steenhuis (NED) / A. Tcheuméo (FRA)
+78kg
S. Iaromka (UKR) / M. Slutskaya (BLR)

-90kg
A. Clerget (FRA) / A. Kukolj (SRB)
-100kg
C. Maret (FRA) / E. Mammadov (AZE)
+100kg
A. Okruashvili (GEO) / G. Tushishvili (GEO)

16h30 : -100kg, première finale pour Maret
En 2013, 2014 et 2015, les années de ses trois médailles éeuropéennes, il avait été battu battu en demie mais était toujours allé chercher le bronze. Cette fois, Cyrille Maret tient sa finale. Un nouveau signe de son expérience, de sa capacité à le faire depuis les JO, lui que les grandes médailles ont longtemps fui, lui dont la qualité de généreux a trop souvent privé de la marche convoitée. Il reste une finale à gagner contre le vétéran azéri Mammadov, mais il va disputer sa première finale après cette demie parfaitement négociée. Grosse bagarre de kumikata contre le dangereux Néerlandais Korrel, celui qui l'avait justement battu aux Europe de Kazan voici un an et que Maret avait rebattu à Paris en février. Cette fois, Cyrille Maret a fait monter les pénalités. Hansokumake après en avoir lui-même concédé deux. Un combat de patron à qui est venu chercher l'essentiel. L'or est au bout des quatre minutes qui viennent.

16h20 : -78kg, Tcheuméo défendra son titre
Joo-Tcheuméo : les deux femmes se connaissent bien. La Française mène 6-3 dans leurs confrontations. Mais leur dernière renconre remonte : c'était en novembre 2015 à Abou Dhabi et c'est Abigel Joo qui l'avait emporté. La double championne d'Europe hongroise, avec ses longs segments, n'a pourtant jamais été médaillée mondiale ni olympique. Elle ne sera pas non plus championne d'Europe cette année : en mettant rapidement waza-ari sur tani-toshi à Joo, Tcheuméo gérait bien son combat, démontrant aussi qu'après un premier tour dificiile, elle est montée en puissance tout au long de la journée. Elle est la tenante du titre et entend bien le rester. Elle rencontrera la Néerlandaise Steenhuis en finale pur un quatrième sacre européen.

16h15 : -90kg, Clerget en finale
Il n'a rien lâché, le Français sur cette demie face à Khusen Khalmurzaev. En retard au tableau de marque avec deux shido contre lui, il faisait à son tour pénaliser le Russe. Deux shido partout, avant un troisième pour sortie de tapis, en forme de délivrance, alors que les deux combattants étaient à l'agonie. Axel Clerget est en finale de cette catégorie très copieuse. Et il n'a rien à perdre.

14h45 : Les demi-finales du jour
-78kg
G. Steenhuis (NED) / N. Powell (GBR)
A. Tcheuméo (FRA) / A. Joo (HUN)
+78kg
K. Sayit (TUR) / S. Iaromka (UKR)
Y. Kalanina (UKR) / M. Slutskaya (BLR)

-90kg
A. Clerget (FRA) / K. Khalmurzaev (RUS)
A. Kukolj (SRB) / M. Mehdiyev (AZE)
-100kg
C. Maret (FRA) / M. Korrel (NED)
E. Gasimov (AZE) / E. Mammadov (AZE)
+100kg
M. Sarnacki (POL) / A. Okruashvili (GEO)
G. Tushishvili (GEO) / R. Meyer (NED)

14h35 : -90kg, Clerget en demie aussi
Pas parfait, en tout cas pas assez précis, au sol, pourtant son terrain de jeu, mais pas mal du tout : face à Nemanja Majdov, double champion d’Europe juniors des -81kg tombeur du Néerlandais Noel Van T End au tour précédent, Axel Clerget a livré un combat qui le hisse en demie. Alors qu’il était malmené sur un coup de patte du Serbe à mi-combat, qui l’amenait à se jeter au sol et aurait pu lui valoir un shido, Clerget travaillait en ne-waza, inversait l’initiative et tenait son adversaire douze secondes au sol. Waza-ari, intelligent et bien payé, même si le Français ne parvenait pas à concrétiser jusqu’au ippon, son péché mignon depuis ce matin. Pénalisé pour saisie non autorisée, il mettait un sasae pour waza-ari, suivi au sol, d’où sortait encore Majdos. Trois waza-ari à zéro… non, deux ordonnait, trente secondes plus tard (!), la table centrale en ne donnant pas l’avantage sur la séquence au sol. Il restait à gérer trente dernières secondes. Axel Clerget est en demi-finale.

14h20 : -100kg, Cyrille Maret au rendez-vous des demies
C'est très inteligemment que Cyrille Maret se hisse en demi-finale, où il rencontrera le Hollandais Korrel. Face au Géorgien Liparteliani, le Français trouvait la solution sur un très malin retournement "Reiter" lors d'une séquence au sol pour la victoire. Alors que jusque là c'était le vice-champion olympique des -90kg qui s'était montré le plus entreprenant avec notamment un yoko-guruma, Maret surprenait complètement "Lipo" sur ce travail en ne-waza.

13h50 : -100kg, Maret/Liparteliani en quart
Face au Letton Bodoravko, le médaillé olympique a eu du mal à s'exprimer, la faute à son adversaire qui bloquait bien son bras droit et lançait toujours avant. Il se montrait même dangereux sur un tai-otoshi puis sur un mouvement d'épaule. Mais sanctionnés tous les deux de deux shidos, le Letton fautait en passant la tête sur une garde fondamentale du Français sans corriger son erreur. Troisième shido = hansokumake.
En 1/4, le Français rencontrera Liparteliani qui vient de sortir l'Anglais Fletcher sur sasae à une seconde du terme. Un bijou !

13h45 : -78kg, Tcheuméo démolit Stevenson
C'est une Audrey Tcheuméo très déterminée qui prenait dès le début la direction du combat. Bloquant parfaitement la manche droite de la Batave, la vice-championne olympique mettait presque coup sur coup deux de-ashi-barai, le second compté waza-ari. Peu de temps après, elle installait sa main droite pour un o-uchi-gari classique qui plaquait Stevenson. Net et sans bavure.

13h45 : -90kg, Clerget en quart
Concentré, Axel Clerget trouve la solution au sol face à l'Estonien Kuusik à qui il tentait de placer une clé avant de revenir en osae-komi près deux minutes de combat. Ippon et peu d'énergie laissée sur ce combat.

13h35 : Andéol déboussolée par cette défaite
S’arrêtant en zone mixte, Emilie Andéol était sous le choc, à la fois déçue, en colère contre elle-même et un peu désorientée par ces Europe forcément ratés pour la championne olympique qu’elle est : « Je m’en veux, je m’en veux beaucoup. J’ai pris ce premier waza-ari, ça m’a donné un coup sur la tête. Derrière, je reprends waza-ari et j’ai couru pour essayer de revenir. Si ma carrière doit s’arrêter là, j’aurai quand même un joli palmarès (sic). Je vais maintenant retravailler, demain je relativiserai, mais là, me projeter vers les championnats du monde… Bon, si ça doit me servir à aller chercher le titre mondial, je prends. L'étiquette de championne olympique ? J'aimerais la déchirer là ! Vraiment, c’est un gros échec. C’est dur. C’est comme ça. Demain, nous allons aller chercher le titre européen. Comme ça au moins, celles qui repartent sans médaille en individuel, en auront une à ramener quand même dans les valises. »

13h10 : +78kg, Andéol, cueillie à froid
C'est une douche froide pour l'équipe féminine tricolore. Alors qu'elle venait pour une troisième titre continental, Emilie Andéol, qui restait sur une 3e place à Paris alors qu'elle était en phase de reprise, connaît une grosse désillusion avec cette élimination dès son premier combat. Face à la Hongroise Mercedesz Szigetvari, une junior deuxième année qui s'est récemment classée 3e à Tbilissi et 5e à Prague, la championne olympique, pourtant bien rentrée dans son combat, prenait un premier waza-ari (sévère) suite à un contre en tani-otoshi de son adversaire. Puis un second sur un harai-makikomi à gauche. Menée, Andéol mettait la pression sur la Hongroise à qui la table refusait par deux fois de mettre un second shido pour passivité et qui l'emportait donc. Emilie Andéol était-elle suffisamment prête après ce long cycle olympique dont elle était sortie en or mais épuisée ? Fera-t-elle de cette contre-performance la source de motivation nécessaire à une deuxième médaille mondiale en août prochain à Budapest, comme elle avait transformé sa 7e place de Kazan l’an passé en or olympique à Rio ? L’avenir le dira.

13h00 : Lipartelliani dompte Nikiforov, Khalmurzaev évite le piège Sherazadashvili
Deux belles oppositions au même moent sur le tapis 2 et 3. En -100kg, "Lipo", le capitaine de l'équipe géorgienne sort vainqueur du duel contre le sympathique belge Toma Nikiforov. Le vice-champion olympique des -90kg marque d'abord sur un o--uchi-gari suite à un bon blocage de son uchi-mata par le médaillé mondial de 2015. Un waza-ari extrêmement sévère...
Par contre le deuxième est bien réel, grâce à son fameux spécial. Mené, Nikiforov met les bouchées doubles et marque en contrant le uchi-mata du Géorgien. Mettant une pression d'enfer, Lipo monte à deux shidos mais ne voit pas tomber la fatidique troisième pénalité. Liparteliani se qualifie donc. Pour retrouver Maret en 1/4 ?
En -90kg, ce fut l'un des plus beau combats de cette matinée entre le Russe Khusen Khalmurzaev et l'Espagnol Nikola Sherazadashvili. Un waza-ari partout à la fin des quatre minutes dont celui, superbe, sur hikkomi-gaeshi de l'Espagnol...plantant le Russe sur son "special". Mais Khalmurzaev a de la ressource et sur un joli o-soto makkikomi, ce dernier toruve la solution lors du golden score. Une belle baston ! 

12h55 : -100kg, Maret, le temps de poser les mains
Opposé au Grec Masmanidis, un combattant sans référence, Cyrille Maret avançait d'entrée, son adversaire l'empêchant de poser les mains. C'est pourtant le Français qui prenait un shido de la part de l'arbitre géorgien. Encore quelques secondes de réglage et il lançait un premier harai-makikomi pour waza-ari puis un deuxième trente secondes plus tard pour ippon. Un premier tour tranquille.

12h48 : -90kg, un Clerget en reprise
Pour son retour à la compétition après sa blessure au genou et son appendicite qui l’ont privé de plusieurs semaines d’entraînement, c’est un Axel Clerget en quête de repères qui remporte ce premier combat, sur ses qualités au sol. Il amenait d’entrée le Hongrois Gabor Ver, 45e mondial, dans une première séquence de ne-waza. Six secondes d’osae-komi dont son adversaire ressortait, mais déjà un peu secoué. Il se fera à nouveau meuler au sol  pour un nouvel osae-komi, dix-sept secondes pour waza-ari. Blessé, le Hongrois récupérait un peu, reprenait un osae-komi mais d’une poignée de secondes, mais en ressortait encore. Ce qui obligeait le Français à aller au bout des quatre minutes. Une entrée en matière. Sur le tapis voisin, le Serbe Kukolj a expédié le Suisse Grossklaus en quelques secondes. Quant au jeune Biélorusse de 20 ans Varapayeu, vice champion d'Europe -23 ans en titre, il frappe à la porte d'entrée en éliminant le Slovène Zgank, une référence de la caté.

12h45 : -78kg, Tcheuméo a du s’employer
Opposée à cette jeune Anna Maria Wagner qui bloquait bien sa manche droite, Audrey Tcheuméo, d’abord sanctionnée d’un shido pour garde croisée, trouvait l’ouverture après deux minutes trente en contre d’un o-uchi-gari hasardeux de son adversaire pour ippon. La championne d’Europe en titre est clairement attendue par la concurrence.

Le direct en vidéo

Vidéo : le best of de la journée d'hier

11h : Au programme aujourd'hui, les -78kg, +78kg, -90kg et -100kg, +100kg.
Les champions en titre :
-78 kg : TCHEUMEO Audrey (FRA)
+78 kg : SAYIT Kaira (TUR)

-90 kg : LIPARTELIANI Varlam (GEO)
-100 kg : GROL Henk (NED)
+100 kg : RINER Teddy (FRA)

Retrouvez les résultats complets des championnats d'Europe 2016 ici

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei