18:45 28 jun

CE cadets 2019 (J2) - Frustration pour Guebli et Tama

Nouveau titre pour l'Italie, la Russie revient fort

Alors que la journée d'hier avait été (très) positive pour le clan français, ce vendredi restera comme marqué du sceau de la déconvenue.
Avec cinq jeunes Tricolores engagés sur la journée (trois féminines, deux masculins), tous médaillés sur des Coupe européenne cette saison voire même vainqueur pour Alexandre Tama (-73kg) à Bielsko Biala et Lycia Guebli (-52kg) à Zagreb, on se disait légitimement que le compteur des médailles français pouvait continuer de grimper ce vendredi à la Torwar Arena de Varsovie. Il n'en fut rien... contrairement à l'équipe italienne qui va chercher un nouveau titre en -52kg et surtout l'équipe russe, qui revient dans la course à la première place à la vitesse d'un Mig. 

Tama, un jour sans
Plein de talent, Alexandre Tama a pour habitude de souvent rentrer doucement dans ses compétitions, comme ce fut le cas cette saison à Cannes pour le Tournoi de France et à Bielsko Biala. Un diesel qui monte en puissance mais qui une fois chaud délivre du kata-guruma et du uchi-mata à la pelle (comme ce fut la cas à Cannes lors du bloc final). Aujourd'hui n'a pas échappé à la règle avec une première victoire un poil laborieuse face au Roumain Fodor. Ses deux combats suivants, le sociétaire du JJJ CSM Clamart, très bon pianiste par ailleurs nous glissait en aparté ce matin Stéphane Frémont, prend deux shidos avant de mettre la machine en route pour finalement s'imposer au golden score. Emprunté, ne se lâchant jamais totalement, Tama arrive malgré tout en demi-finale face à l'Italien Centracchio qui lui marque un waza-ari décisif sur yoko-guruma. Pour le bronze, le champion de France 2018 ne se lâche toujours pas et prend trois pénalités fatales face au Serbe Rajicic. Visiblement sans sensations et sans jus ce vendredi, on était loin du vainqueur de la très relevée Coupe d'Europe de Pologne. Frustrant, car ses vainqueurs du jour n'ont rien montré qui puisse faire dire qu'ils lui sont intrinsèquement supérieurs. Un garçon qui aura sans doute à coeur de se rattraper aux championnats du monde en septembre au Kazakhstan. Il en a largement les moyens.
L'autre masculin de jour, Hans-Jorris Ahibo (-66kg, AM Asnières) perd dès son premier combat face à un très solide Azéri, Matin Rzazade, vice-champion d'Europe 2018. Pénalisé trois fois dont une pour sortie de tapis et la dernière (très sévère d'ailleurs) pour avoir passé la tête, l'élève de Guillaume Etchegaray ne trouvera jamais durant le combat la solution au bras droit puissant de son adversaire. 

Guebli, c'était pourtant bien parti
Vainqueur en Croatie pour sa première sortie internationale, Lycia Guebli, vice-championne de France (qui n'a perdu qu'un combat au niveau national cette saison chez les cadets) a pour avantage d'avoir un tempérament de guerrière. Bien entrée dans sa compet', cette autre élève de Guillaume Etchegaray à Asnières va jusqu'en demi-finale à coup de o-goshi (son spécial), de morote seoi-nage et ko-uchi-gari.
Mais en demi-finale, la judokate du Pôle de Bretigny se fait contrer sèchement sur un coup de volant de l'Autrichienne Schicho alors que les débats étaient jusque là équilibrés. Pour le bronze, la Russe Akhmadova lui place un sankaku-inversé à la vitesse de l'éclair (voir plus bas) pour la victoire. Cinquième place donc, aussi, pour Guebli. 
Frustration encore pour Martha Fawaz (-57kg, JJJ Poissy) qui mène contre la Hollandaise Wagemaker à quelques secondes de la fin de son 1/8e. Ne fermant pas le combat pour garder son avantage, la Tricolore prend un coup de hanche immédiatement suivi au sol pour une immobilisation synonyme de ippon pour son adversaire. Dommage car on sentait la double championne de France (2018 et 2019) bien en place, solide sur ses jambes et avec un schéma cohérent. En repêchage, l'Italienne Lisciani lui administre deux de-ashi-barai pour autant de waza-ari.
Enfin en -63kg, Florine Soula (JC Monaco) s'incline au premier tour contre la Suissesse Sarina Buffet. 

L'Italie engrange, la Russie revient aux affaires
Deux titres hier, un titre, pour Veronica Toniolo en -52kg, et une médaille d'argent pour Luigi Centracchio en -73kg  aujourd'hui. Quatre médailles à l'issue de ces deux premiers jours pour l'équipe de Raffaele Toniolo (responsable national des cadets/juniors). L'Italie gardera-t-elle la tête d'ici demain soir ? Si c'était le cas, ce serait inédit et une belle confirmation du travail engagé depuis l'arrivée de Kyoshi Murakami comme DTN chez nos voisins transalpins. Mais attention, car la Russie, (archi) dominatrice dans cette catégorie d'âge n'a pas dit son dernier mot.
Aujourd'hui, le pays des Tsars glâne six médailles : un titre pour le -66kg Adam Tsechoev, une d'argent pour Sahikan Shabikanov dans la même catégorie et quatre médailles de bronze féminines : deux en en -52kg (Amkhadova et Nugaeva), deux en -57kg (Elkina et Galitskaia).
Après la journée d'hier, il est frappant de constater un invariant chez les combattantes russes à savoir cette volonté quasi-permanente de "suivre au sol". Un peu en fait à la manière de ce que font les Japonaises. Autre remarque sur cette équipe : la présence dans l'encadrement "jeunes" d'hommes d'Ezio Gamba. Ici à Varsovie, on trouve parmi le staff russe Arsen Galstyan, champion olympique en 2012 en -60kg et Ivan Nifontov, champion du monde en 2009 et médaillé de bronze lui aussi à Londres en -81kg. Chez les juniors, c'est Kamal Khan-Magomedov et Kirill Voprosov. A travers ses nominations, c'est une stratégie de structuration et de verticalité toujours plus forte du judo russe (sachant les corrélations de plus en plus fortes existant entre très bons cadets et très bons juniors -celles entre très bons juniors et très bons seniors étant désormais une certitude) que met en place le maestro italien. 
Dernier pays sur le podium, la Turquie avec quatre médailles et déjà deux titres, dont celui de sa -57kg, Ozlem Yildiz. 
Les deux derniers vainqueurs du jour sont le Tchèque Kopecky en -73kg, un jeune bucheron invaincu au niveau européen cette saison et la Belge Corrao en -63kg dont les ura-nage très aériens en demi et en finale lui ont permis de faire raisonner la Brabançonne dans la Torwar Arena. 

Les autres actualités similaires

Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-flyer
Original-pav%c3%a9_310
Original-fly-abo_sensei