19:26 27 jun

CE cadets 2019 ( J1) - "Veni, Vidi, Vici" pour Valadier-Picard

Trois médailles françaises ce jeudi avec le bronze de Cuq et Louchene

Rénovée en 1999, la Torwar Arena de Varsovie, une patinoire avec un hall au style architectural typiquement communiste (elle est sortie de terre en 1953), accueille donc ces championnats d'Europe cadets 2019. Ce jeudi, six catégories étaient engagées (-40kg, -44kg, -48kg, -50kg, -55kg, -60kg) sur les trois tatamis de ce salle située face au stade de football du Legia Varsovie (un club réputé au niveau européen pour ses supporters). Un jeudi que l'équipe de France abordait avec pas mal d'ambition puisqu'une majorité des huits jeunes cadets tirant aujourd'hui avaient fini médaillés ou victorieux cette saison à l'international, y compris sur des tournois très denses, comme Berlin ou Bielsko Biala. 
Si deux des quatre féminines terminent en bronze,  Pauline Cuq en -40kg et Aya Louchene en -44kg, c'est un masculin, Romain Valadier-Picard, en -50kg, qui offre le premier titre à la "team" des entraîneurs Karyne Dyot-Petit, Lilian Barreyre, Daniel Fernandes et Bruno Mure et du responsable Stéphane Frémont, qui n'a pas hésité à donner de la voix pour encourager les jeunes Français. Une victoire à la fois logique et attendue, à la manière de la devise césarienne citée plus haut, pour un garçon toujours exact au rendez-vous. Et un titre en forme de mini-événement puisqu'il faut remonter à 2014 et Romaric Bouda pour trouver trace d'un champion d'Europe cadets français. 


Romain Valadier-Picard chantant la Marseillaise. Crédit photo : L'Esprit du Judo

Valadier-Picard tel qu'en lui-même
Numéro un mondial et donc tête de série n°1, "l'ACBB Boy", formé au club et suivi par Jean-Christophe Allain  -confiant mais logiquement stressé avant la finale de son protégé- s'offre donc un titre que sa très bonne saison lui prédisait. Vainqueur de deux Coupe européenne, la Hongrie en fin d'année dernière, mais surtout la Pologne (l'un des tournois les plus relevés du monde en cadets) à la mi-mai, champion de France, Valadier-Picard n'a pas failli et s'est montré tel qu'en lui-même : serein, lucide, efficace. Des championnats d'Europe qu'il commence par une petite frayeur sur une forte tentative de juji-gatame du Serbe Ledjanski. Reconnaissant après sa descente du podium "avoir eu du mal à rentrer dans sa compétition à cause du stress", sa victoire contre le judoka des Balkans -sur juji-gatame- allait toutefois lancer la machine.
En demi-finale, il enfonce le Géorgien Bachiashvili dans le tapis avec son tai-otoshi. Un mouvement superbe, que ce lycéen qui entrera en Terminale S en septembre, fait en aspiration et à la volée, avec un timing remarquable, comme cela avait déjà été le cas en finale en Pologne contre un autre client, le Russe Mastriukov (absent aujourd'hui). En finale, il ne se laisse jamais fixer par le bras droit de l'Ukrainien Holoborodko et trouve la faille sur un ippon seoi-nage à gauche. Ayant parfaitement intégré les impératifs du judo international actuel (beaucoup d'activité, peu de temps entre la pose de mains et l'attaque, des liaisons debout-sol rapides), l'ACBBiste possède une capacité sans équivalent au sein de la génération masculine tricolore à faire presque toujours les bons choix technico-tactique dans ses combats. Comparaison n'est pas raison, mais il y a un (tout petit) peu, chez Valadier-Picard, de cette insolente sérénité que dégageait Ugo Legrand sur ses gestions de séquence lorsqu'il était junior et senior. Premier titre masculin continental depuis cinq ans donc mais aussi première médaille européenne depuis 2016 et le bronze de Hugo Metifiot et Eniel Caroly. 
Dans la même catégorie, Louis Pestelard finit au pied du podium, battu en demi sur un gros coup de hanche de l'Ukrainien en début de combat et pour le bronze, aux pénalités, par le Roumain Matei. Frustrant mais beaucoup de positif (combativité, travail au sol) du judoka du JC Sarrebourg.
En -55kg, Emile Notebaert termine septième, battu en tableau par le futur vainqueur italien, Vincenzo Skenderi et son kata-guruma. En repêchage, le judoka de l'AJBD 21-25 doit abandonner sur la clé du Biélorusse Vitkouski. Le Français finira d'ailleurs avec le bras en écharpe.
Driss Masson Jbilou (Judo Sud Gironde), lui, ne se classe pas. Une contre-performance puisque ce dernier avait remporté de très belle manière le tournoi de Pologne, c'est qui est, comme on l'a dit, une référence sur le circuit. Particulièrement fort sur son ko-uchi makkikomi, le judoka de Judo sud Gironde perdait en tableau contre le futur finaliste, le Hongrois Farkas, pénalisé trois fois notamment pour de fausses attaques sur des tentatives de tomoe-nage, trop souvent peu ou pas préparées.

Cuq et Louchene, c'est logique
Vainqueur à Berlin, Pauline Cuq (-40kg, DAN 79) comptait parmi les prétendants au titre. Aujourd'hui, elle n'est battue qu'en 1/4 de finale, par une Arménienne piégeuse, Susanna Stepanyan. Très efficace avec son ko-uchi-makkikomi à gauche, cette cadette qui n'est que première année, crucifie la Russe Minnikaeva sur cette technique et un morote inversé pour le bronze. Vice-championne de France, celle qui est à 39 kilos et n'a donc pas besoin de se saigner au régime, valide une saison qui l'aura vu être l'une des plus régulières dans la performance en France et à l'étranger. En -44kg, Aya Louchene (Espérance 1893 Mulhouse) monte elle aussi sur la troisième marche du podium. Vainqueur elle-aussi en Allemagne, elle ne laisse aucune chance à la Russe Vorobeva pour le bronze avec un koshi-guruma suivi en immobilisation qu'elle n'arrive pas à garder. Pas très grave, puisque la Mulhousienne est toujours la première au kumikata et sur l'attaque jusqu'au bout des quatre minutes. 
Dans cette même catégorie, Meghan Vo (Stade Laurentin Judo) termine à une septième place.
En -48kg, Chloé Deversain (AJ 59) termine elle cinquième, battu en tableau par la Roumaine Covaciu sur un gros uchi-mata en bout de manches. Remontant les repêchages avec beaucoup de volonté et un travail au sol intéressant, la Nordiste se fait cueillir deux fois sur le yoko-tomoe-nage de la Croate Puljiz pour le bronze. 

Trois médailles dont un titre pour ce premier jour pour le clan français, c'est bien. Demain entrée en lice de Lycia Guebli (-52kg), Martha Fawaz (-57kg), Florine Soula (-63kg), Hans-Jorris Ahibo (-66kg) et Alexandre Tama (-73kg). 

L'Italie pose des jalons
Cela fait maintenant plusieurs années qu'on vous parle ici-même d'un retour au premier plan du judo italien chez les jeunes. Ce jeudi en a été une nouvelle preuve avec les deux titres (et le Fratelli d'Italia chanté par toute l'équipe dans les tribunes) de Vincenzo Skenderi en -55kg et d'Assunta Scutto en -48kg. Si le premier est très solide mais très souvent à la limite des fausses attaques avec ses tentatives de kata-guruma (qui finissent tout de même par passer et marquer), la seconde fait partie de ses athlètes dont il faut, sans doute, retenir le nom. Quatre combats pour la vice-championne d'Europe 2018 qui a tout écrasé ou presque sur son passage, dont la Portugaise Raquel Brito en finale. Très solide sur les cannes, la Transalpine met beaucoup d'impact quand elle attaque. 

Côté masculin, l'Azéri Turan Bayramov, en -60kg, tourne très vite et très fort, à gauche (surtout), à droite (un peu). Là encore, ça n'attaque pas pour faire semblant. Ce jeudi, l'Italie est donc en tête avec deux titres, devant la Turquie (une or, une d'argent) et la France. La Russie, et c'est très rare dans cette catégorie d'âge, est en dedans au premier jour, avec une équipe masculine dans laquelle il manque quelques titulaires (dont le -66kg Abrek Naguchev). A noter enfin un arbitre peu sûr de lui-même aujourd'hui sur la lecture des combats. En espérant que cela ne sera que le constat d'une journée. 

Les autres actualités similaires

Original-mizuno
Original-judocanada_gp_ad_310x310
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_militaires
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_cjuniors
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-pave_310
Original-stage_judo_1-4_page
Original-fly-abo_sensei
Original-pav%c3%a9_310