14:44 01 sep

Andéol persona non grata ? La FFJudo repousse sa candidature

La championne olympique 2016 saisit le CNOSF

Alors que l’assemblée générale élective de la FFJDA se tiendra le 22 novembre prochain, les scrutins ont déjà débuté au niveau des comités départementaux, comme par exemple en Maine-et-Loire où Yolande Dubé a été reconduite dans ses fonctions pour l’olympiade 2020-2024. Trois cents kilomètres plus au sud, ce sont les élections au comité de Gironde, pourtant prévues le samedi 26 septembre, qui font déjà parler d’elles. Pas sur le terrain des idées malheureusement. Face à la liste du président sortant Jean-Paul Dupic, une autre équipe, menée par Grégory Martin, s’est constituée, comptant parmi ses membres la championne olympique de Rio, Émilie Andéol. « En plus de mon envie de remettre le kimono pour moi, j’avais depuis plusieurs mois en tête de m’investir pour redonner ce que j’avais appris durant ma carrière, raconte l’ex-internationale des +78kg. Mon expérience de deux ans au Stade Bordelais (De 2017 à 2019, NDLR) m’a permis de me retrouver au bord des tapis girondins, de rencontrer les entraîneurs et les dirigeants du département et de comprendre le fonctionnement du comité. Alors quand Grégory est venu me contacter pour rejoindre sa liste, ça collait avec mon envie de m’impliquer au niveau local. »

Les faits

Pour satisfaire aux modalités de la procédure de dépôt des listes (fixé au 30 juin par le comité de Gironde), Émilie Andéol a, selon nos informations, demandé fin juin le transfert de sa licence 2019/2020 du RSC Champigny vers le Judo Club Lège Cap-Ferret de son premier professeur, Bertrand Becerro. Une autorisation de mutation validée par le président du club campinois Philippe Sudre ainsi que par le comité du Val-de-Marne… mais « non parvenue » au siège fédéral selon un courrier du secrétaire général de la FFJDA daté du 29 juillet que nous avons pu consulter, entraînant de facto l’irrecevabilité de la liste « Ensemble pour le judo girondin ». « Dans cette lettre, il est également avancé que toute demande de transfert ne peut être formulée après le 15 avril de la saison en cours, poursuit Émilie Andéol. Or, qui avait la tête à ça en cette période de crise sanitaire et de confinement ? De plus, les élections étant repoussées du 16 mai au 26 septembre, ma licence 2020/2021, prise dans le même timing à Lège Cap-Ferret, aurait dû être prise en compte. Le dépôt des listes, fixé selon les statuts fédéraux quarante jours francs avant la date de l’élection, aurait par ailleurs pu être repoussé au 18 août. »

« Critère d’expérience à justifier » selon la commission de surveillance des opérations électorales !

Afin de mettre toutes les chances de son côté pour pouvoir participer au scrutin, le collectif mené par Grégory Martin a décidé de déposer une nouvelle liste sans la championne tricolore, en date du 7 août, avec le concours d’un huissier. Dans le même temps, Émilie Andéol a souscrit en juillet à une licence de kendo à l’AS Saint-Médard-en-Jalles pour la saison 2019/2020, afin de prétendre à l’un des trois sièges de délégué national au sein du comité. Une candidature, là encore jugée irrecevable par la commission de surveillance des opérations électorales, arguant de nouveau le défaut de licence en Gironde à la date de dépôt de candidature ainsi que le « critère d’expérience à justifier », aussi inélégant qu’irrespectueux quand on parle de celle qui a sauvé l’équipe de France au Jeux de Rio. « Cette explication m’a blessée, réagit la médaillée mondiale 2014. Qu’elle est loin cette soirée du 12 août 2016 (jour de son sacre olympique, NDLR) … Je vois que l’on me met des bâtons dans les roues alors que je veux juste m’impliquer pour défendre et promouvoir ma discipline et les clubs du département. J’ai insisté auprès de Grégory pour qu’il redépose la liste sans mon nom, ce qui ne m’empêcherait pas de m’investir durant les prochaines saisons en cas de succès. Nous n’avons pas eu de retour quant à la validation de cette nouvelle liste et, d’après la convocation reçue en ce début de semaine par les présidents de clubs, il n’y aurait que la liste sortante en lice le 26 septembre, et ce alors que, face à cette impasse, une audience de conciliation est prévue ce jeudi 3 septembre au CNOSF. C’est vraiment dommage d’en arriver là car, même si nous n’avions pas remporté l’élection, le fait d’avoir une liste en face aurait forcé l’équipe renouvelée à se remettre en question. C’est comme au judo, vous avez besoin de l’adversaire pour vous remettre en cause et progresser. »

On ne saurait dire mieux, alors que flotte assez nettement derrière cette bataille provinciale – visiblement prise très au sérieux en haut lieu – le spectre de l’opposition nationale à venir entre l’équipe sortante de Jean-Luc Rougé et le collectif de Stéphane Nomis, dont font partie plusieurs membres d’« Ensemble pour le judo girondin ». Le message envoyé à travers cette « affaire » par la FFJDA n’est en tout cas guère reluisant. Priver de débat une équipe de bénévoles volontaires, réduire au silence aussi sèchement une championne olympique en titre qui souhaite s’impliquer… Au-delà de toutes considérations, il y a des choses qui ne se font tout simplement pas. Les élus en charge du judo français évoquent dans leurs interventions le fait qu’une candidature rivale peut être un risque d’affaiblissement du judo français. C’est un argument défendable. Il faut alors leur rappeler l’étendue de leur responsabilité dans le maintien d’un niveau de dignité et de pondération nécessaire qui fera que, à terme, le judo français n’aura rien perdu dans cette bataille. À l’heure où les clubs s’inquiètent de la façon dont ils pourront continuer leur activité, c’est une rentrée peu réussie de ce point de vue pour la FFJudo. Les parties ont rendez-vous ce jeudi à 14h30 au CNOSF.

Les autres actualités similaires

Original-original-310_cjuniors
Original-pub_3
Original-original-310_cadets
Original-original-310_militaires
Original-carre%cc%81_ff
Original-original-310_veterans
Original-original-310_para_judo
Original-page_81
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-original-310_regions