Club de la semaine

Show-massilia_sports
21.02.13

Massilia Sports (Bouches-du-Rhône)

Vivre du judo

270 licenciés pour 850 000 habitants – Président : Jean Torrente – Directeur technique : Jean-Michel Levêque – Budget : 80 000 € .

« Nous sommes un club professionnel qui vit du judo ». Eric Torrente, un des deux professeurs du club marseillais, avec Jean-Michel Levêque, est à l’origine d’une folle aventure, débutée en 1991, lorsqu’il crée Massilia Sports « pour arrondir mes fins de mois ». Vivre de son club, il l’assume pleinement et sans arrières pensées : « Je suis fier de pouvoir dire que je gagne ma vie avec le judo ». Eric est étudiant au moment où il décide de créer cette structure, souhaitant mettre à profit sa passion, le judo et son enseignement. « Au départ, le club était intégré à une « maison pour tous », mais j’ai voulu créer un club de judo à part entière. En 1993, je me suis associé à un chef d’entreprise qui structure l’association comme une véritable entreprise. Nous ne pouvions évidemment plus avoir accès aux installations municipales marseillaises, donc nous avons pris la décision de faire un gros pari sur l’avenir en louant un dojo de 400 m2. En plus de l’argent que nous apportait le coût des cotisations, nous vendions du matériel sportif pour d’autres structures » se souvient Eric Torrente. Une aventure qui a bien failli s’arrêter net : « Les banques ne nous soutenaient pas, c’est rapidement devenu compliqué financièrement, nous n’avions plus les moyens de louer le dojo. Je me suis dit que c’était fini. » En 2007, le projet est néanmoins relancé avec le soutien de deux élus de la ville de Marseille qui ne veulent pas voir mourir Massilia Sports.    « Désormais, nous travaillons sur les structures municipales des 13e et 14e arrondissements. Nous faisons aussi du partenariat avec les « maisons pour tous », les écoles par l’intermédiaire du projet JEC (Judo Ecole Citoyenneté), qui consiste en des interventions de 12 à 15 séances sur les classes de CM1 notamment. Nous accueillons d’ailleurs les enfants dans notre dojo, ce qui nous permet d’obtenir quelques licenciés supplémentaires » poursuit le professeur de Massilia Sports. Une structure qui vit de ses cotisations, ses stages et de ventes de t-shirts à l’effigie du club, et travaille également avec des classes de maternelles ainsi que deux classes d’handicapés, pour des enfants atteints de troubles du comportement ou encore des enfants autistes. « Nous souhaitons aller vers un développement citoyen. Nous sommes encore au début de l’histoire et nous espérons qu’elle continuera le plus longtemps possible » conclut Eric.

B.J.

Original-abo-hantei-edj66
Original-abo-sempai-edj66
Original-abo-shodan-edj66
Original-mizuno-gamme-yusho-ijf-gif
Original-310_regions-1
Original-310_veterans