Club de la semaine

Show-logopampuyre
17.07.14

FJEP Parempuyre (Gironde)

Petits et grands à Parempuyre, même combat !

110 licenciés pour 8600 habitants – Président : MR Maurice Puzantian - Professeur : Jean-Michel Daniel

Situé dans la banlieue bordelaise, le Foyer des Jeunes et Éducation Populaire de Parempuyre a été créé en 1968. Le judo, lui, est arrivé une dizaine d’année plus tard et le dojo faisait à peine 80 m2. Des débuts difficiles certes, mais qui n’ont pas découragé les licenciés pour autant. En 2000, la récompense en est encore plus belle : un dojo de 250 m2, rien à voir !

Formation et partage

Avant tout un club loisir, le FJEP (Foyer des Jeunes et Éducation Populaire) Parempuyre, désire que tout le monde y trouve son compte, des mini poussins aux adultes. « Le club tourne autour de 90 adhérents par saison avec un record à 110 licenciés pour cette année, explique Jean-Michel Daniel, présent au club depuis 1985. Nous avons formé de nombreux ceinture noir mais nous sommes également très investis dans l’épanouissement des petits. Loin de toute pression, cela doit d’abord être un jeu pour eux. »
La politique du club est d’entretenir la bonne ambiance, à travers des moments de partage, ou chacun peut mettre la main à la pâte. « Notre devise est : en judo, les progrès individuels passent par l’entraide et par l’union de notre force, et de celle des autres », précise l’actuel professeur. La présence du partenaire et, du groupe est nécessaire et bénéfique à la progression de chacun.
Depuis 2013, le club s’est entendu avec une école primaire pour donner des cours de judo durant le temps périscolaire. « C’est une commune très sportive et ce genre de service est souvent apprécié des enfants, et des parents » ajoute Jean-Michel.

Les petits à l’honneur

Chaque année, les plus jeunes (de mini poussins à benjamins) font le au tournoi des « Quatre saisons ». « Trois phases sont organisées chaque année avec au programme une partie technique, notée sur quarante points, et deux combats noté chacun sur vingt points. Le combattant peut donc gagner quatre-vingt points au maximum. À la fin de l’année, les points sont comptabilisés et des titres sont remis, « Tigre/Samouraï » d’or, d’argent et de bronze. Je félicite autant le tigre d’or que celui qui n’a pas obtenu de titre. L’important est d’avoir participé à une compétition, et d’avoir rencontré d’autres judokas » confie Jean-Michel.
Ils prennent également part à des tournois tout au long de l’année. « L’idée n’est pas de les pousser à la compétitions le plus tôt possible, bien au contraire. C’est selon moi une manière de leur faire rencontrer d’autres judokas de leur âge, de sortir du cadre du club. Certains ont l’esprit de compétition, d’autres non, cela ne fait aucune différence pour moi, expose t-il. Le projet du club est d’organiser un tournoi mini poussins et poussins, accessibles à tous les clubs de Gironde. De cette façon, les bénévoles, les parents, les judokas pourront participer à la mise en œuvre de cette compétition soit en faisant parti du comité d’organisation, soit pour les parents judokas en arbitrant. Le club forme une grosse équipe : sans les combattants, pas de compétition mais, sans les organisateurs, pas de compétition non plus. Pour moi, les maîtres mots du club sont convivialité et complémentarité » conclut Jean-Michel. Un beau message représentant bien le judo et ses valeurs. 

Retrouvez leur actualité sur leur page Facebook

Original-310_regions-1
Original-web-encartedj310x310md
Original-310_veterans
Original-judocamp-ete-stagerentree-pave-web
Original-pub_esprit_du_judo_310x310
Original-judocamp-ete-stageskids-pave-web
Original-abo-hantei-edj66
Original-abo-shodan-edj66
Original-abo-sempai-edj66