8:57 05 avr

Sélection japonaise pour Astana : pas d’Ono ni de Takato ?

Y.Yamashita, K. Inoue et M. Nanjo ont dévoilé une 1re liste pour le Kazakhstan

À peine le All Japan Championships terminé que le staff nippon annonçait une première liste de sélectionnés pour les championnats du monde. Une liste incomplète puisque les derniers noms seront ajoutés après la Coupe de l’Impératrice (19 avril) et le Zen Nihon (29 avril).
Et deux noms majeurs manquent à l’appel : celui de Naohisa Takato et de Shohei Ono, les étincelants champions du monde de Rio en 2013.

FEMININES :

Comme nous l’écrivions hier, les -48kg seraient sans doute l’une des catégories doublées, au vu des résultats de ses deux micro-machines : Ami Kondo est championne du monde en titre et vainqueur à Tokyo. Haruna Asami de son côté, finit 2ème à Tokyo et 3ème à Düsseldorf.
Finalistes hier à Fukuoka, le staff féminin a donc tranché : Kondo et Asami iront ensemble à Astana.
En -52kg, c’est Misato Nakamura, vainqueur hier qui a validé son ticket. 2ème à Düsseldorf, la jeune fille, issue d’une des plus grandes familles de judokas de l’archipel, tentera de s’adjuger un 3ème titre mondial. En -57kg, aucune suprise. K. Matsumoto avait quasiment déjà son billet en poche avant même ce week-end. Sa victoire ne fait que valider une domination incontestable sur cette catégorie cette année. La louve est de retour et c'est très méritoire puisqu'elle n'était pas au championnat du monde 2013 et qu'elle avait perdu au premier tour en 2014, un championnat alors gagné par sa compatriote Nae Udaka. Elle sera une très sérieuse candidate au titre mondial. En -63kg, c’est la championne du monde juniors 2010 Miku Tashiro, 3ème à Chelyabinsk et 3ème à Düsseldorf, vainqueur aujourd’hui de sa plus sérieuse concurrente, Miki Tanaka, qui gagne son billet d'avion pour le Kazakhstan. Une combattante qui aura le statut d'outsider face à Clarisse Agbegnenou.

En -70kg, une première petite surprise puisque c’est la vice championne du monde juniors 2013 Chizuru Arai qui est retenue. Victorieuse à Sofia puis dans la foulée à Düsseldorf, elle s’incline pourtant hier en finale contre Haruka Tachimoto.
Une année très solide, mais on aurait pu penser que le staff aurait peut-être privilégié Karen Nun’Ira : vice-championne du monde en Russie et 3ème à Oberwart. Sans doute sa défaite aujourd’hui au premier tour a-t-elle été décisive dans le choix du Kantoku (entraineur général) M. Nanjo et de ses adjoints.
En -78kg, c’est la très jeune Mami Umeki (20 ans), championne du monde juniors 2011, qui aura l'honneur de défendre les couleurs du Pays du Soleil Levant. Sa troisième place ce dimanche lui ouvre les portes d’une première sélection seniors aux Monde alors que sa saison n’est pas incontournable : une victoire à Oberwart, une 3ème place en Chine fin 2014. Une catégorie où le Japon se cherche clairement depuis la disparition progressive d’Akari Ogata, débutée aux JO de Londres.
Un étonnement renforcé par les résultats plus probants d’une Ruika Sato (2ème à Tokyo et 3ème à Düsseldorf). Ce championnat national garde au Japon une importance capitale (peut-être trop ?) dans un choix parfois cornélien.

MASCULINS :

On le pressentait, Fukuoka l’a confirmé. Naohisa Takato est bien redescendu de son piédestal.
Après une 3ème place pleine d’amertume à Chelyabinsk, une suspension pour mauvaise conduite, une 5ème place à Düsseldorf avec deux grosses défaites, le lutin malin se devait de l’emporter pour avoir une chance de garder son leadership sur cette caté.
Raté. Battu dès le 1er tour sur un gros uchi-mata, le champion de monde de Rio ne sera donc pas du voyage au Kazakhstan. Une descente aux enfers impressionnante pour un combattant qui avait semblé totalement intouchable en 2013, mais qui profite à Toru Shishime. 2ème aujourd’hui, le judoka de Ryotokuji, au visage d’une impassibilité qui semble confiner à l’indifférence. Vainqueur brillant à Düsseldorf, il s’affiche clairement comme le meilleur -60kg nippon du moment.

En -66kg, un nom était déjà coché depuis longtemps : celui du triple champion du monde, judoka magnifique, le bonze à l’attitude de samouraï, Masashi Ebinuma.
Sa victoire a montré, si besoin en était, qu'il était bien le patron de cette catégorie, où le talent ne manque pas ! À voir le tableau on en venait presque à regretter de ne pas avoir la "revanche" de Tokyo entre Ebinuma et son tombeur, le poupin Hifumi Abe.
Ebinuma ira à Astana pour rejoindre le club très fermé des quadruples champions mondiaux.
Sera-t-il accompagné, comme l’année dernière, de Kengo Takaichi ou du encore lycéen Abe ? Réponse à la fin du mois.

En -73kg, c’est la surprise et la circonspection qui domine. Inoue et son staff ont choisi Riki Nakaya. Alors certes, ce dernier est champion du monde en titre et déçoit rarement dans les grands rendez-vous. Mais le judoka issu de Tokai n’est pas sorti de la saison et finit 3ème aujourd’hui à Fukuoka…tout comme Shohei Ono. Ce championnat pour du beurre en somme puisqu'il ne clarifie pas grand-chose, a tout de même éliminé de la course le grand Akimoto, vainqueur de Tokyo. Nakaya est choisi malgré la deuxième place à Tokyo de Ono, et sa victoire en Allemagne. Un message vis-à-vis de Ono ? Un repêchage de dernière minute en perspective ? Rien n’est perdu pour Ono car deux tickets (hors +100kg) doivent être encore distribués. Mais une non-sélection du champion du monde de Rio poserait quelques questions.

En -81kg, la titularisation de Takanori Nagase est logique. De par ses résultats bien sûr, mais aussi par la capacité qu'il a affiché à pouvoir à battre le champion du monde géorgien, Advantil Tchrikishvili et le champion du monde français Loïc Pietri. Ce serait une petite surprise que le champion du monde 2015 ne soit pas l'un de ces trois là.
En -90kg, sa victoire hier a sans doute pesé d’un poids décisif. En effet, Mashu Baker était à la lutte avec Daiki Nishiyama. 3ème à Tokyo et vainqueur à Rome, sa 1ère place à Fukuoka lui ouvre donc les portes d’une seconde titularisation. En espérant faire mieux qu’à Chelyabinsk.
Enfin en -100kg, là encore le nom coché était connu par avance : celui du « uchi-mata man », Ryonosuke Haga. Vainqueur à Rome et à Düsseldorf, le Japon a peut-être trouvé un judoka susceptible de tutoyer le podium mondial dans une catégorie dans laquelle il connaît un trou depuis quelques années.

MASCULINS :
-60kg : Toru Shishime
-66kg : Masashi Ebinuma
-73kg : Riki Nakaya
-81kg : Takanori Nagase
-90kg : Mashu Baker
-100kg : Ryunosuke Haga

FEMININES :
-48kg : Haruna Asami et Ami Kondo
-52kg : Misato Nakamura
-57kg : Kaori Matsumoto
-63kg : Miku Tashiro
-70kg : Chizuru Arai
-78kg : Mami Umeki

Les autres actualités similaires

Original-offre_no%c3%abl_-_adidas
Original-stage_judo_num%c3%a9rique
Original-offre_no%c3%abl_-_amphora
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-web-encartedj310x310-181017
Original-310_veterans
Original-310_cjuniors
Original-310_cadets
Original-310_para_judo
Original-310_regions
Original-310_militaires