9:26 15 fév

Jeu concours Mizuno-EDJ !

Et les gagnants sont…

Voici la liste des dix meilleurs commentaires retenus parmi vos nombreuses contributions pour le concours Mizuno-EDJ organisé à l'occasion du Grand Chelem de Paris !

Brigitte Leroy "Riner"
"L’entrée de Teddy Riner dans la salle ! Même de loin il m'a paru immense. Et la Marseillaise pour le podium, j'en ai encore des frissons…"

Corentin Dumont "De nombreux souvenirs"
"Difficile de ne garder qu'un souvenir. Le Grand Slam de Paris, c'est bien plus que vibrer pour les exploits des uns et des autres, c'est des moments magiques et inoubliables autour d'un dénominateur commun : l'amitié ! C'est retrouver ses amis et encourager les judokas français et internationaux ensemble, c'est se geler pendant 2h à attendre les athlètes à la sortie de la pesée suivie de l'after dans l'Ibis Hotel. C'est faire des tours de galerie à l'Arena à la pause à la recherche de judokas et de têtes connues (quand c'est pas toi qu'on confond avec un Ouzbek ou un Géorgien). C'est encourager les copains estafettes qui passent devant toi pendant la compète autant que les judokas sur le tatami. C'est perdre sa voix après avoir passé une journée à gueuler des "allez allez" "dzala dzala", des "omad aka" et autre "Sakartvelo". C'est des tonnes de photos avec des tonnes de judokas. C'est chanter la Marseillaise mais aussi l'hymne Russe, Géorgien, Azeri ou Ouzbek à la fin de la journée. Comment choisir un seul souvenir ? Entre le moment où j'ai lancé un Gilocav (bon courage) à Liparteliani à la sortie de sa pesée et qu'il m'a souri, celui où mes deux amies Alex et Vero se sont vu offrir par Hashimoto et Abe les bouquets que ces derniers avaient reçu sur le podium, le jour où les Italiens Elio Verde, qui vient de prendre sa retraite et Antonio Esposito s'étaient assis juste devant nous dans le public et qu'on avait pris une photo avec, le moment où Lutfillaev était venu me chercher dans le public pour aller regarder la compétition avec l'équipe Ouzbek plus loin dans les gradins, puis que les petits m'avaient pris pour un des leurs et demandé un autographe. C'est l'arrivée triomphale de ces mêmes Ouzbeks à l'hôtel avec une belle médaille autour du cou. Ou encore l'année dernière, quand on m'avait passé une accréditation et que j'avais pu voir les coulisses des preparatifs le vendredi soir, avec en prime, les premiers entraînements dans la salle d'echauffement... Et un autre jour, un samedi  après la compete des légers quand j'étais parti avec Chkhvimiani à la Tour Eiffel... Mais il faut choisir un seul souvenir, alors je dirais que le plus marquant était celui de mon premier Grand Slam, la premiere fois que j'ai découvert ce monde merveilleux. J'étais avec mon ami Jérémy, on avait gagné des places VIP au concours FFJDA, avec accès aux coulisses et on avait rencontré Benjamin Darbelet... C'est là que tout a commencé. C'était juste fantastique."

Jonas Scherer "Motivation!"
"Moi, c'était le tournoi de 2012 qui m'a marqué. À l'époque, je ne faisais pas de judo (j'en avais fait 5 ans étant petit). Teddy Riner avait fait premier, Cyrille Maret cinquième avec de beaux combats. C'était grandiose. Ça m'a inspiré, j'étais en surpoids (115kg à l'époque) et ça m'a motivé à recommencer le judo. Depuis, je suis passé ceinture noire, je donne des coups de mains sur les cours d'enfants... Bref c'était des champions qui, par leurs exploits, ont motivé des gens comme moi ! Merci à eux !"

Alexane Jouteau "Moment de fraternité"
"Le Grand Slam de Paris est une formidable occasion pour retrouver des amis, une seconde famille et par dessous tout pour rencontrer des champions, des athlètes au grand coeur, qu'on a le plaisir de suivre tout au long de l'année sur le circuit international. Et de ces champions, je ne parle pas que des Français mais aussi de tous les étrangers qui sont de passage à Paris qu'on a l'occasion de voir qu'une fois par an (au-delà des réseaux sociaux). Alors le Grand Slam de Paris de l'année dernière aura été pour moi d'une grande richesse allant à la rencontre de 65 athlètes et coaches de 22 nationalités différentes et d'en garder précieusement une photo souvenir avec chacun d'entre eux ."

David Di Filippo "Un retour dans le temps"
"En 1979, j'avais neuf ans et mon père m'accompagne pour la première fois à Coubertin, un souvenir d'enfance où je me souviens de Bernard Tchoullouyan et de Yamashita. Il y avait d'autres Français comme Rougé, Rey mais, à l'époque, le tournoi se déroulait sur plusieurs jours. Mon plus beau souvenir !"

Sheila Tolofua "Fierté"
"Belle émotion lorsque ma fille Julia Tolofua fit son premier Grand Slam à a peine 18 ans…"

Aurélien Drancigny "Le sandwich"
"Quand je suis allé chercher un sandwich à la buvette, et qu'il n'y en avait plus... Souvenir marquant :)"

Alexis Lecomte "Cyrille Maret"
"C’est toujours difficile de n'avoir qu'un souvenir, mais j'ai adoré la victoire de Cyrille Maret quand il perd d'un waza-ari et met finalement un ippon à quelques secondes de la fin ! Retournement de situation exceptionnelle!"

Benoit Desessard "Darcel Yandzi"
"Un joli souvenir de la gamelle de Darcel Yandzi en finale sur Djamel Bouras qui est reparti avec un tapis collé dans le dos..."

Et le gagnant est… une gagnante : Elisabeth Catteau (ACAMA Judo, Pas-de-Calais) remporte un judogi  Mizuno Yusho Best.

Elisabeth Catteau "Esprit Judo"
"Pour moi, le Grand Slam, c'est surtout un moment de partage de la part de tous ces athlètes… C'est ça L'esprit judo merci à tous..."

Retrouvez l'ensemble des contributions et des commentaires sur la page Facebook de L'Esprit du Judo

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros