7:08 10 jun

France par équipes 1re div. 2018 - Le direct des féminines

L'ES Blanc-Mesnil Judo succède au RSC Champigny

Championnats de France seniors par équipes 1re division
9-10 juin 2018
Palais des Sports du Prado - Bourges 

- Pensez à rafraîchir régulièrement pour lire les dernières actualités -

Résultats complets
1. Étoile Sportive Blanc-Mesnil Judo
2. Sainte-Geneviève Sports Judo
3. AJ Limoges
3. US Orléans Loiret
5. FLAM 91
5. JC Maisons-Alfort
7. Nice Judo
7. ACS Peugeot Mulhouse

16h20. Premier titre pour l'Étoile Sportive Blanc-Mesnil Judo ! L'équipe d'Alain Schmitt faisait figure d'épouvantail de la journée avec son équipe uniquement composée d'internationales. Face à elle, l'équipe de Sainte-Geneviève Sports de Cloé Yvin. C'est d'ailleurs la -63kg, vice championne de France 2016, qui apportait le premier point pour le club de l'Essonne face à Linsay Tsang-Sam-Moi. Très gênée par le kumikata puissant de la judokate de Blanc-Mesnil, la Génovéfaine trouvait la solution au sol sur un sankaku-jime inversé. 1-0 SGS.
En -70kg, les premières minutes laissaient voir la tactique de Gwenaëlle Viard (SGS) pour s'imposer contre Margaux Pinot (ESBM) : balayer la jambe droite avancée de la vice championne d'Europe 2017 (en -63kg), ne pas pousser pour s'exposer aux mouvements d'épaule de Pinot et tenter de trouver la faille sur uchi-mata. Une tactique qui marcha très bien durant 2'40, jusqu'à ce que Pinot trouve la faille sur morote-seoi-nage à droite pour waza-ari. Tentant de mettre la pression pour faire monter les pénalités, Viard ne touchait toutefois pas au but.
En +70kg, Madeleine Malonga, championne d'Europe en titre, commençait très fort, comme à son habitude. Très envahissante, dangereuse sur ses mouvements de jambe, elle faisait rapidement monter les pénalités (deux en 45 secondes) avant de contrer Vanessa Dureau sur un nidan ko-soto-gake pour ippon. 
En -52kg, Stéphanie Gerno et Astride Gneto ont offert un combat étouffant avec un golden score de plus de 7 minutes ! Si Gneto cherchait le coup dur sur son o-uchi-gari en reprise de garde ou sur sasae avec un judo très posé, Gerno tentait d'attaquer systématiquement la première grâce à son tomoe-nage ou son o-uchi-gari en souhaitant mettre, elle, le ryhthme au combat. Mais rien n'est marqué au bout des quatre minutes. Et alors que la huitième minute de golden score se profilait, que les deux combattantes avaient deux shidos chacune, sur une attaque un peu précipitée de Gerno, Gneto la contrait pour la dérouler sur la tranche. Waza-ari. Un combat haletant, au cours duquel les deux combattantes sont allées au bout d'elle-même. Explosion de joie du côté du banc de l'ESBM et premier titre par équipes pour le club. 

15h55. Limoges sur la boîte ! Septième l’an passé, l’AJ Limoges a cette fois-ci su repartir au front après avoir été éjectée du tableau principal en quarts par Sainte-Geneviève Sports. Après les obstacles RSC Champigny et ACS Peugeot Mulhouse, ne restait plus que le JC Maisons-Alfort pour priver les filles d’Achraf FIkri du podium en fin de journée. Pas de quoi intimider Fanny-Estelle Posvite, impeccable sur juji-gatame dès la première séquence pour empocher le premier point de ce combat pour le bronze. Après les trois shidos reçus par Guizelaine Karoui contre Romane Yvin, Véronique Mandeng doublait la mise après une nouvelle bataille de plus de six minutes trente secondes, suffisamment lucide pour parer le makikomi d’Arthuis pour la retourner sur l’épaule et marquer waza-ari. La conclusion revenait à nouveau à Laury-Mélissa Posvite, plus tranchante qu’Héloïse Lacouchie. 

15h45. US Orléans Loiret,  la place de trois grâce à Heleine. Une rencontre pour le bronze excitante, tendue et avec beaucoup de judo ! Ce match Orléans/FLAM 91 fut un vrai régal. 
Tout se joue lors du dernier combat entre Mélissa Heleine, vice-championne de France 2017 et Alexia Vega. La première cherchant la faille sur son sankaku-jime inversé. La seconde sur son seoi-nage. Mais finalement, la volonté de placer son special au sol, par l'Orléanaise, fut la plus forte. Une victoire décisive pour le bronze puisque le score était de 2 partour. Une première victoire d'Audrey Tcheuméo contre Marie-Eve Gahié en +70kg sur un enchaînement ko-uchi-gari/immobilisation. FLAM revenait dans la partie grâce à Penelope Bonna, très tranchante aujourd'hui, qui contre Doriane Colman sur un harai-goshi alors que la première avait lancé un o-soto-gari à gauche d'un peu loin. 
En -57kg, Hélène Receveaux, avec sa garde très forte, met une grosse pression à Gabrielle Wuillot dès la première séquence pour finalement placer un superbe uchi-mata. 2-1 Orléans. Puis 2-2 avec la victoire de l'Allemande, junior 1re année, Annabelle Winzing (médaillée mondiale cadette 2017) qui contrait Séverine Nebié sur un ni-dan ko-soto-gake, là encore bien suivi au sol.
Une médaille de bronze que l'équipe d'Anthony Rodriguez est allée chercher ! 

14h25. C'est Véronique Mandingue ! Trois minutes et neuf secondes de golden score et l'éclair jaillit sur seoi. Mérité pour la -57kg de l'AJ Limoges Véronique Mandeng, constamment sur l'attaque face à une Lisa Marchese bandée au pied gauche, qui offre la place de trois à son club, qui a pu compter sur les soeurs Posvite pour aller glaner les deux premiers points. Avec au passage une parfaite gestion de la différence de poinds pour la médaillée mondiale Fanny-Estelle, plus mobile que Tolofua et prompte à glisser dans son dos pour la plaquer au sol après un o-soto-gari mal assuré.

13h50. Orléans tentera le bronze. Après deux développements fructueux en ne-waza de Séverine Nebie et Mélissa Heleine, Audrey Tcheuméo se jouait de Chloé Dollin sur sumi-gaeshi avant d'esquisser quelques pas de danse. La breloque est toujours en vue pour l'USO.

13h40. Et de deux finales pour l'ESBM. Comme les masculins hier, l'Étoile Sportive de Blanc-Mesnil verra la finale avec son groupe féminin 5 étoiles. Sans même que sa championne d'Europe Madeleine Malonga ou Margaux Pinot ne montent sur le tapis, les soeurs Gneto (Astride sur un contre parfaitement anticipé et Priscilla sur un mouvement d'épaule bien suivi au sol) et Linsay Tsang Sam Moi faisant le travail en trois manches sèches.

13h20. Le derby pour Sainte-Geneviève. La petite centaine de supporters génovéfains n'aura pas fait le déplacement pour rien, puisqu'au lendemain de la médaille de bronze des masculins -leur neuvième podium consécutif, les féminines sont assurées de faire mieux avec ce ticket pour la finale. Décroché malgré le succès initial de Pénélope Bonna, et grâce au harai-goshi en deux temps d'Amélie Guihur contre la -52kg Coraline Marcus Tabellion, puis au juji-gatame de Cloé Yvin sur l'Allemande Winzig, médaillée mondiale cadettes l'été dernier, et enfin sur le joli dégagement de jambe au sol de Gwenaelle Viard pour le tate-shiho de la gagne.

En cliquant sur les visuels ci-dessous, retrouvez en vidéo les réactions des coaches des quatre clubs masculins médaillés samedi.




 

12h45. Le programmes des demi-finales : 

Sainte-Geneviève Sports - FLAM 91
JC Maisons-Alfort - ES Blanc-Mesnil Judo

12h40. Les tableaux de repêchages en images.


12h40. Malheureuse Louis-Sidney… La double championne de France juniors en titre, était opposée à la vice championne de France seniors Héloïse Lacouchie pour un cinquième duel qui allait décider du sort de ce quart Nice Judo – JC Maisons-Alfort. Sur une tentative de seoi à genoux de son adversaire, elle tentait de la renverser sur l’arrière mais ne faisait que la réceptionner sur le poitrail, dos au tapis, pour un sacrifice que l’arbitre considérait comme une attaque de la Val-de-Marnaise. Waza-ari pour Lacouchie et direction les demies pour le JCMA, face à l'ESBM dans une revanche de l'an passé. Sur le tapis voisin, c'est FLAM 91 qui emporte la mise face à l'ACS Peugeot Mulhouse, malgré deux défaites par ippon.

12h35. L'ESBM en mode expéditif. Face au JC Pontault-Combault de Franck Bellard, l'équipe d'Alain Schmitt file en demi-finale en quatrième vitesse. Victoire sans combattre de Margaux Pinot en -70kg, victoire de Madeleine Malonga en six secondes sur un superbe o-soto-gari et victoire, enfin, d'Astride Gneto sur un o-uchi-gari suivi au sol. 3-0. La rencontre s'arrête là et l'Étoile Sportive de Blanc-Mesnil poursuit sa démonstration de force.

12h25. Le JC Pontault-Combault reste debout. Bien qu’à seulement quatre combattantes (tout comme l’AJA Paris XX sur ce tour), les filles de Franck Bellard rallient elles aussi les quarts de finale, grâce au troisième point remporté au bout du suspense par la jeune Manon Urdiales. Rosso (pas d'aversaire en face) et M'Bairo (makikomi bien suivi au sol contre une Valentine Marchand qui aura tout donné) avaient auparavant mis le club seine-et-marnais sur la bonne voie, avant le gros challenge à venir avec l’ogre ESBM sur son chemin.

12h20. L’ESBM gifle Orléans. C’était un gros choc, attendu, de cette journée : l’ESBM des sœurs Gneto, de Malonga, Pinot… face à l’USO emmenée par Audrey Tcheuméo. La recrue 2017 de l’US Orléans n’aura pourtant pas eu l’occasion de combattre, dans un duel qui aurait valu le détour face à Madeleine Malonga, dans un remake des derniers championnats d’Europe. En effet, Hélène Receveaux, tranchante sur le tour précédent, tombait sur un os avec Priscilla Gneto qui lui mettait une grosse pression jusqu'à ce seoi-nage pour waza-ari avant de la clouer au sol en une minute trente ! Séverine Nebie, qui brille actuellement en jujitsu, ne parvenait pas à remettre son équipe à égalité, battue par le ashi-guruma de Lindsay Tsang Sam Moi en moins d’une minute. 2-0 et déjà le match couperet entre Margaux Pinot et Mélissa Heleine. Dans un combat très accroché où elle n’était sans doute pas assez précise - notamment sur un passage au sol où elle manquait le sankaku, l’Orléanaise subissait les mouvements d’épaule de la vice championne d’Europe 2017 et se faisait piquer sur un ko-uchi à cinquante secondes du terme.1, 2, 3 – 0. L’ESBM annonce la couleur !

12h15. SGS dompte Champigny. Sainte Geneviève Sports verra les demi-finales. Face à une équipe de RSC Champigny d'un gros niveau malgré l'absence de Clarisse Agbegnenou, Amandine Buchard et Lola Benarroche, les filles de Laurent Bosch s'imposent trois victoires à une. La première suite à un hansokumake infligé à Clémence Emé lors de son combat contre Gwenaëlle Viard. En +70kg, Sama Camara remettait les deux équipes à égalité en dominant physiquement Vanessa Dureau puis en l'immobilisant. Mais SGS reprenait vite l'avantage grâce à Cécile Herate qui mettait un harai-goshi poussé jusqu'au bout à Lydia Boudouaia avant de l'immobiliser en tate-shio-gatame. En -57kg, Amélie Guihur disposait de C. Ferreira et apportait le point de la victoire. 

12h00 Nice Judo et JC Maisons-Alfort en quarts de finale. Victoire des Niçoises face aux Couronnaises. Une rencontre qui se joue lors des trois premiers combats avec une victoire sur juji-gatame de Gaétane Deberdt en -57kg, sur un tani-otoshi de Maryline Louis-Sidney en -63kg et de la Hollandaise Loen en -70kg qui sur une action lancée par Morgan Brunet profitait du déséquilibre de cette dernière pour la pousser sur le dos. Face à elles se dressera le JC Maisons-Alfort, costaud contre le Sporting Marnaval. Après un premier succès de Morgane Arthuis aux dépens d’Amélie Brieux, Héloïs Lacouchie et Clémentine Louchez enfonçaient le clou, d’un étranglement de la première et sur uchi-mata pour la seconde.

11h40. Gahié composte le billet de FLAM 91. En esquivant avec facilité le sutemi de Morgane Duchêne pour mieux l'immobiliser, la médaillée continentale 2017 s'empare du troisième point de son équipe, qui poursuivra sa route face à Mulhouse.

11h35. Peugeot Mulhouse s'en tire de justesse. Dos à dos avec le dojo Nantais à l'issue des quatre premiers duels, la décision se jouait entre Faustine Bernard et Noémie Brochot, qui ne craquait pas sur la tentative de juji-gatame de la Nantaise après une bonne minute de golden score, avant de profiter d'un enchaînement uchi-mata/sutemi de Bernard pour la coincer au sol. Céline Lebrun peut souffler sur sa chaise...

11h25. Le premier quart est connu. Et il s'agira d'un RSC Champigny - Sainte-Geneviève Sports, puisque les tenantes du titre, malgré une défaite au premier combat, se reprenaient pour l'emporter 3-1, avant que les Génovéfaines ne s'imposent 3-0 contre Limoges grâce aux succès d'Amélie Guihur, Cloé Yvin et Gwenaelle Viard.

11h20. Le programme des huitièmes de finale :

RSC Champigny – AM Asnières
AJ Limoges – Sainte-Geneviève Sports
Dojo Nantais – ACS Peugeot Mulhouse
FLAM 91 – Eure Judo
La Couronne Grand Angoulême Judo – Nice Judo
JC Maisons-Alfort – Sporting Marnaval
Lille UC Judo – JC Pontault-Combault
ES Blanc-Mesnil Judo – US Orléans Loiret

11h15. L'US Orléans va bien se dresser face à l'ESBM. Et le duel promet de valoir le détour, tant la bande d'Anthony Rodriguez est intimidante. Première en action, Doriane Colman donnait le ton face au JCFL Gradignan avec son uchi-mata, imitée par Hélène Receveaux et son o-uchi-gari, Séverine Nebie et son o-soto-gata ou encore Audrey Tcheuméo qui concluait en treize secondes d'un limpide tai-otoshi.

11h10. L'ESBM sans forcer son talent. Comme hier, l'Etoile Sport de Blanc Mesnil Judo, avec toutes ses internationales fait figure de prétendant très sérieux à la victoire. Troisième l'année dernière, une autre médaille que l'or sera sans aucun doute une petite déception. Une équipe composée d'Astride et Priscilla Gneto, dont c'est le grand retour après sa longue blessure au genour, Lindsay Tsang-Tsam-Moi, Margaux Pinot et Madeleine Malonga. Cinq victoires, cinq ippons, contre l'AJBD 21-25, dont le superbe o-soto-otoshi d'Astride Gneto et le gros impact du mouvement de jambe de Malonga.

10h45. Maisons-Alfort, sereinement. Vice championne de France 2017, l'équipe coachée par Marine Richard ne laisse aucun espoir à l'AJ 61. Identique à 90% au groupe qui avait terminé en argent à Marseille (Christelle Garry en +70kg, blessée au genou est remplacée par Claire Gawek), les féminines de "Maisons" l'emporte 4 à 1 grâce à des victoires de Romane Yvin, Morgane Arthuis, Héloïse Lacouchie et Claire Gawek. 

10h30. La Couronne et Nice Judo se retrouveront en huitièmes. Dans le deuxième demi-tableau, un 1/8intéressant qui se profile avec d'un côté La Couronne Grand-Angoulême Judo (avec la triple médaillée  1re division Louise Raynaud et la championne de France 2016 des -78kg, Julie Pierret), 7e en 2016 et 2017 et victorieuse du JC Sassenage 4-1 lors de leur première rencontre. Et de l'autre Nice Judo, dont l'équipe est bâtie pour 70% sur l'équipe junior, vice-championne de France 2017 et qui compte dans ses rangs Maryline Louis-Sidney et Gaétane Deberdt, respectivement championne et vice-championne de France juniors 2018 en -57kg. Les Niçoises l'ont emporté 3-2 contre l'équipe des Arts Martiaux de Saint-Gratien. 

10h00. FLAM 91 sans pitié. Cinq combats et autant de victoires pour le club essonnien de Stéphane Nomis face au club de Saint-Médard. Dans l'équipe deux surprises avec la présence de Pénélope bonna en -52kg (elle avait déjà participé, victorieusement, à la Coupe d'Europe en décembre) et de la Hollandaise, encore junior, Annabelle Winzing, 3au tournoi de Leibnitz le week-end dernier. La première s'impose sur un joli uchi-mata à gauche. Le reste de l'équipe ? Coraline Marcus-Tabellion (-57kg), Alexia Vega (-70kg) et Laura Fuseau (+70kg). 

09h45. Sainte Geneviève Sports se lance sereinement. Non classée l'année dernière, les filles de SGS pourraient embêter plus d'une des équipes prétendantes. Lors de sa première rencontre, les filles coachées par Laurent Bosch gagnent 5-0 contre le Judo 83 avec des victoires de Cécile Hérate (-52kg), Amélie Guihur (-57kg), Cloé Yvin (-63kg), Gwenaëlle Viard (-70kg) et Vanesa Dureau (+70kg). A noter le superbe uchi-mata à gauche de Viard pour le quatrième point.  

09h30. Bourges n'a pas pesé contre Champigny. Le tirage au sort avait réservé les championnes sortantes aux Berruyères en cas de succès initial. Une marche un peu haute pour les locales, qui s'en sortaient avec les honneurs en remportant le combat des légères, avant qu'Alexia Caillon, Clémence Eme et Samah Hawa Camara n'appuient sur l'accélérateur pour confirmer le premier point empoché par Lydia Boudouaia à la suite d'un bon travail en sankakujime.

08h30. Rafraîchi par l'orage, le Palais des Sports du Prado accueille ce dimanche les quarante-trois équipes féminines qualifiées pour ces championnats de France 2018. Toujours en lice dans le tableau principal, avant l'entrée des clubs têtes de série, on retrouve les locales de Bourges Judo, victorieuses de l'AJ 54 (4-1), ou les Arts Martiaux d'Asnières, le Judo 83 Toulon, le CPB Rennes, le JCFL Gradignan et le JJJC Poissy, impériales avec cinq succès par ippon pour leurs débuts.

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros