21:15 15 mai

CF juniors 2018 - 2e journée - Le bilan

Deux titres pour le Blanc Mesnil Sport Judo

Deuxième acte de ces championnats de France ce dimanche. Une journée avec là encore peu de surprises, hormis en -78kg, une caté des -81kg qui a fait le spectacle, deux tenants de titre qui conservent leur couronne, encore de belles tôles et une logistique irréprochable. 
Bilan des huit catégories du jour (-63kg, -70kg, -78kg, +78kg, -81kg, -90kg, -100kg, +100kg). 

1. Les vainqueurs du jour 
En -63kg, Manon Deketer (Dojo Nantais) conserve son titre. Junior 3année, la Nantaise a traversé la journée avec autorité. Elle ne prend qu'une valeur sur la journée, en finale face à Perrine Saint-Etienne (Eure Judo), sur un très joli de-ashi-bari de la Normande. Menée, Deketer passe la surmultipliée pour finalement l'emporter au sol. Travaillant dans le dos de Saint-Etienne, la judokate de l'Insep prend son temps pour placer un joli okuri-eri-jime. Second titre consécutif et troisième médaille national chez les juniors pour Deketer (elle avait fini 2en 2016). Sacrée régularité ! 
En -70kg, c'est aux pénalités que Candice Lebreton (Blanc Mesnil Sport Judo) gagne le titre face à la Génofévaine Dorine N'Tchampo (SGS Judo) sanctionnée deux fois pour sortie de tapis. Deux filles qui se suivent depuis plusieurs années (elles déjà en finale l'une contre l'autre en 2015 chez les cadets, pour une victoire de N'Tchampo). 
En -78kg, sans doute la plus grosse surprise de la journée avec l'élimination en 1/8 de finale de la grande favorite, et championne de France en titre, Mélanie Dhaiby (AJ Loire). Alors que le combat vient de commencer Dhaiby engage un sankaku-jime sur Aurélie Becquet (JC Montville), qui l'esquive en faisant un tour sur elle-même pour finalement reprendre le contrôle en hon-gesa-gatame et tenir vingt secondes. Du coup, le titre va à Assia Said Errhamanni (AM Condé sur Escaut) qui s'impose à Marie Fernandez au golden score sur un ippon-seoi-nage à gauche. Première médaille nationale junior pour la Nordiste. 
En +78kg, finale rapide entre Tahina Durand (JCFM Saint Denis) et Léa Fontaine (JC Saint-Denis), encore cadette. Sur une action anodine au sol, la première retourne la seconde le plus simplement du monde pour l'immobiliser et s'offrir sa seconde médaille nationale en juniors après le bronze en 2017. Une judokate junior 1re année. 
En -81kg, grosse baston entre Giga Abuashvili (CM Floirac) et Paul Livolsi (AJA Paris XX). De la puissance et du dynamisme au mètre carré, Abuashvili cherchant la marque sur son ko-uchi-gari, Livolsi sur des tentatives de retournement au sol. A 1'30 de la fin, Abuashvili, très opportuniste, profite d'un petit moment de flottement du Parisien, champion de France en titre, pour l'arracher de face et le dérouler sur le dos. Waza-ari. Un avantage décisif et une victoire dans la catégorie masculine la plus intéressante du jour (voir plus bas). 
En -90kg, Sofiane Ait Mohamed Amer (Blanc Mesnil Sport Judo) offre le second titre de la journée au club du 93. Vice-champion de France 2017, Ait Mohamed Amer met deux waza-ari au Néo-Calédonien Alexis Mathieu (Seidokan Judo) dont un sur ippon-soi-nage en reprise de garde. Troisième médaille nationale pour Ait Mohamed Amer en junior. Une de chaque couleur ! 
En -100kg, finale entre sans doute les deux meilleurs judokas de la saison : Tanou Keita (ASPTT Strasbourg) d'un côté, Paul Devos (Eure Judo) de l'autre. Devos, qui vient de remporter une belle médaille de bronze lors du tournoi de Saint-Pétersbourg ne pourra rien sur le superbe ura-nage du Strasbourgeois. Ippon. 
En +100kg, Palthi Mena Munzimbu réalise le second doublé du jour après sa victoire en 2017. Face à Jean-Gabriel Kombo (AJA Paris XX) qui met un premier waza-ari sur un très joli tai-otoshi. Un mouvement sur lequel le Parisien se blesse. Tentant le tout pour le tout en fin de combat, Kombo tente d'arracher Munzimbu qui le contre pour un second waza-ari. 

2. Des potentialités en -81kg 
Il y avait beaucoup de monde autour du tatami n°1, avant la demi-finale Abuashvili/Caroly. Un signe qui ne trompe pas pour ce qui a été un des plus beaux combats de la journée. Finalement remporté par le Géorgien de Floirac. Caroly menait d'un waza-ari, marqué sur une superbe action en sen-no-sen : Abuashvili lance son ko-uchi-gari à gauche que Caroly anticipe pour pivoter et tourner son adversaire sur une partie du dos. Mais à quarante secondes de la fin, sur un sumi-gaeshi du combattant du FLAM 91, le futur champion de France anticipait malicieusement en faisant la roue pour finalement verrouiller le protégé de Kilian Le Blouch en tate-shio-gatame. 
Une catégorie qui affiche un vraie émulation entre des judokas à potentiel. Il y a bien sûr Paul Livolsi (5aux championnats d'Europe l'année dernière) et Eniel Caroly (5en Russie il y a un mois), les deux pensionnaires et camarades de chambre de l'Insep. Le premier est arrivé en finale en traversant à la vitesse grand V son tableau avec ses sumi-gaeshi, harai-makkikomi et une faculté à toujours être sur l'initiative. Le second, si il perd en demi-finale, met beaucoup d'impact et propose un judo de plus en plus varié, entre makkikomi et o-uchi-gari. Abuashvili, très en jambe ce dimanche a su montré des qualités d'opportunisme et est très dangereux lorsqu'il tourne le dos. Nicolas Loiodice (AL Grésivaudan Judo) possède avec son uchi-mata à gauche un vrai bon "spécial". Tous les quatre sont 2année. Si on ajoute Tizie Gnamien (JC Monaco), 3au Portugal, monté il y a peu de catégorie et Serge Villeneuve Daville (Blanc Mesnil Sport Judo), 2e à Aix-en-Provence, tous les deux première année, il y a de la réserve dans cette caté. Ce qui n'est pas forcément, malheureusement, le cas pour toute. 

3. L'autorité de Manon Deketer
Trois médailles en trois ans, dont deux titres. Difficile de faire mieux pour la Nantaise qui est déjà placée chez les seniors, avec une 5place obtenue aux France 1re division 2017. Bousculée en début de finale, Deketer ne s'affole pas et trouve finalement la solution avec l'une de ses armes, le ne-waza. Debout, son o-soto-gari a fait mal. 
Les -63kg ? Une catégorie particulièrement dense chez les juniors depuis plusieurs années. En 2017, la France envoyait deux judokates aux championnats du monde avec Clémence Emé et Yasmine Horlaville. La première finira 3(seule médaille tricolore), la seconde 5e. Cette année c'est clairement le tour de la Nantaise. Vainqueur à Lignano, lors d'une Coupe d'Europe de bon niveau, on attend maintenant Deketer en Autriche et en Allemagne. 

4. A retenir aussi
-Le uchi-mata "Inouesque" de Nicolas Loiodice contre Clément Grimaud (US Orléans Loiret JJJ) et de Carla NZossi Elecka (Stade Bordelais ASPTT Judo) contre Charlotte Mvondo (Dojo Olympic).
-Les ippon-seoi-nage à gauche debout d'Alexis Mathieu.
-Le okuri-ashi-barai de Paul Devos en finale. Rien n'est marqué mais l'action était superbe.


5. Une logistique parfaitement huilée
Les championnats de France juniors se déroulaient pour la première fois à Villebon. Et on retiendra de cette première une organisation impeccable. Un exemple ? Chaque journée a fini en avance par rapport aux prévisions indiquées. Peu d'attente pour les finalistes et les combattants pour le bronze, un bloc final organisé comme sur le circuit international avec mise en valeur des finalistes (et des arbitres). Et une salle avec, du point de vue des tribunes, une excellente vue sur les tapis. 

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros