21:35 13 sep

CE juniors 2018 (1) - Mokdar s'offre un doublé européen

Marcus-Tabellion, dans la même catégorie, termine en bronze

Premier acte de ses championnats d'Europe juniors 2018 à Sofia (Bulgarie), et premier titre pour la France en -52kg pour Faiza Mokdar (PSG Judo), auteur d'une journée insolente de facilité. Déjà championne d'Europe cadette, fin juin, à Sarajevo, la protégée de Nicolas Mossion a survolé les débats. Sur la boîte avec elle, Coraline Marcus-Tabellion (FLAM 91). Moins percutante qu'à Berlin, la championne de France juniors 2017, confirme par une médaille de bronze une dynamique clairement ascendante depuis janvier. Une première journée qui se révèle sans surprise avec par exemple l'avènement de la Belge Lois Petit - battue en finale l'année dernière par la Française Deleuil — et de l'Italien Manuele Lombardo, habitué des podiums dans cette catégorie d'âge et pour la première fois en or. La Russie et l'Azerbaïdjan (avec la France) sont déjà au rendez-vous. 

Mokdar, c'est (vraiment) impressionnant
On la savait capable de grandes choses chez les juniors alors qu'elle n'est encore que cadette (au niveau international). Vice-championne du monde 2017 dans cette catégorie d'âge au Chili l'année dernière, double championne de France (2017 et 2018), championne d'Europe en Bosnie au début de l'été, la désormais sociétaire du PSG Judo gagnait, un mois auparavant, les championnats de France juniors. En argent au tournoi de Leibnitz (Autriche), 5à Berlin (battue pour le bronze par Marcus-Tabellion), Mokdar a confirmé hier, une fois encore, qu'elle était bien le plus grand espoir du judo français de cette génération. Quatre combats, quatre ippons. Une judokate qui frappe par sa maturité et sa capacité exceptionnelle à trouver une solution technique à tous les problèmes qui lui sont posés par ses adversaires. Hier, elle s'est appuyée sur un ippon-seoi-nage à droite qui lui permet de se défaire de l'Allemande Seija Ballhaus, qui l'avait battue en finale des Monde cadets l'année dernière ou de l'autre Allemande du jour, Annika Wurfel, en finale. En demi, telle une sangsue, elle se colle à l'Anglaise Yasmine Javadian sur un passage au sol enclenché dès le début de combat jusqu'à lui déplier le bras pour juji-gatame. Une action d'une trentaine de secondes où la néo-Parisienne ne lâche pas un moment son étreinte et ses contrôles. Une prestation globale très aboutie qui donne vraiment envie de voir évoluer Mokdar face aux meilleures mondiales chez les moins de 20 ans. Rendez-vous est déjà pris en octobre, aux Bahamas.
Catégorie doublée, le bronze de Coraline Marcus-Tabellion dans cette même catégorie des -52kg valide le choix du staff féminin (Gilles Bonhomme et Amina Abdellatif). Plus dans la retenue qu'en Allemagne où elle avait produit un judo varié, tranchant et très agréable à suivre, la judokate du FLAM 91 a su aller chercher hier une belle médaille, jouant parfaitement le coup tactiquement face à l'Anglaise Javadian lors de la place de troisième. Nouveau podium donc pour Marcus-Tabellion après les championnats de France, le tournoi de Gdynia (Pologne), où elle finit victorieuse, et le toujours relevé tournoi de Berlin. Une performance qui lui assure à elle aussi une place quasi-certaine de titulaire pour les championnats du monde. 
Autre catégorie doublée chez les féminines, les -48kg ont connu une fortune différente puisque Mélanie Vieu (PSG Judo) finit 7e, battue en 1/4 par la Russe Dolgikh et en repêchage par l'Espagnole Lapuerta Comas. Soit la future vainqueur et la future troisième. Rien d'infâmant donc mais des regrets puisque la médaillée de bronze des championnats de France restait sur une victoire face à Dolgikh (c'était en finale au tournoi de La Corogne, à la mi-mai). Hier, elle a dû s'incliner sur un balayage de la Russe, laquelle était septième seulement l'année dernière. L'autre -48kg, Blandine Pont (OM Judo), s'incline en 1/8 face à Mascha Ballhaus, vice-championne du monde cadette 2017, lors du golden score.

Yhonice Goueffon, c'est prometteur
Chez les masculins, Ahmed-Yacoub Belkahla (JC Chilly Mazarin Morangis), en -55kg, est éliminé au premier tour par l'Arménien Gaspar Hayrapetian, alors qu'il menait d'un waza-ari. En -60kg, joli parcours de Yhonice Goueffon (PSG Judo), junior 1re année qui termine à une toujours frustrante cinquième place. Trois victoires pour arriver en demi (dont un superbe ippon-seoi-nage debout face au Roumain Orban) mais il se fait surprendre en demi-finale par le futur champion d'Europe azéri sur une prise de l'ours "de mammouth". Pour le bronze, il retrouvait le Turc Akkus, champion d'Europe et du monde cadet 2017 en -55kg. Un judoka au o-uchi-gari "amazing" et qui hier, trouvait une première fois la faille sur ko-uchi-gake face à une tentative d'arraché du champion de France 2018. Toujours sur l'initative, le Turc marque finalement un second waza-ari synonyme de podium. Un combat dans lequel le Français ne sera pas vraiment rentré mais qui ne doit pas faire oublier un potentiel "judo" incontestable et efficace en tableau. Intéressant pour la suite. 
En -66kg enfin, Reda Seddouki (FLAM 91) finit 7e. Dans le dur dès le premier combat avec un golden score de 5'30 face au Bulgare Hristov, le champion de France 2018 trouve la solution sur un superbe nidan ko-soto-gari qui plaque le combattant local sur le tapis. En 1/8e, le Français gagne un combat piégeux face à l'Azéri Aliyev, au sol. Mais en quart, le Géorgien Niniashvili, 3aux championnats du monde juniors 2017 bat le judoka du FLAM 91 sur un sode compté waza-ari. En repêchage, face à l'Israélien Shaiman, le Français prenait un premier waza-ari sur sumi-gaeshi. Il revenait très bien dans le jeu avec un koshi-guruma. Mais sur un ura-nage de son adversaire, les arbitres vidéos estimaient que le Français retombait sur la tranche. Waza-ari/awasete ippon pour l'Israélien. Dans la même catégorie, Israil Dakayev (PSG Judo), après une première victoire face à l'Ukrainien Khlopetskyi, devait baisser pavillon face à l'Italien Mella en 1/8e. 

Les favoris sont déjà là !
Chez les féminines, la Belge Lois Petit, junior 2année, s'offre à la fois son premier titre européen et sa troisième médaille continentale en -44kg. Dans la catégorie supérieure, la Russe Ekaterina Dolgikh étouffe complètement la Turque Beder avant de lui placer un juji-gatame parfait. Une catégorie où les successeurs d'Irina Dolgova sont déjà en orbite puisque la championne d'Europe cadette 2018 est aussi russe (et très prometteuse) en la personne d'Irena Khubulova. Chez les masculins, on attendait les Azéris dans les catégories légères. Traditionnement très performants chez les jeunes, ces derniers avaient doublé les -55kg et -60kg. Au final, trois médailles pour "le pays du feu", avec l'argent et le bronze en -55kg (où c'est l'Ukrainien Khalmatov qui s'impose) et l'or en -60kg. Un titre mérité pour Tofig Mammadov, étincelant toute la journée. Très vif et avec beaucoup d'impact en reprise de garde, il place un superbe yoko-tomoe-nage au Russe Simeonidis en finale. Un judoka à suivre de près. Plus connu et attendu, l'Italien Manuele Lombardo devient logiquement champion d'Europe. Très fort physiquement, le judoka de l'Akiyama Settimo de Turin, 5aux championnats du monde juniors 2017s'impose en finale au Russe Chopanov sur un kata-guruma poussé jusqu'au bout pour un waza-ari très (très) léger. Un jeune Italien, vainqueur des Jeux méditerrannéens en juillet, pour l'instant invaincu cette saison en juniors.  
Au classement des médailles la Russie est première -en alignant son équipe B masculine- (1 or, 2 argent) devant l'Azerbaïdjan (1 or, 1 argent, 1 bronze) et la France (1 or, 1 bronze). 

Les autres actualités similaires

Original-web-encartedj310x310-181017
Original-mizuno
Original-pav%c3%a9_skilbill
Original-original-310_militaires
Original-pav%c3%a9_boutique_edj
Original-pav%c3%a9_310__code
Original-original-310_veterans
Original-pav%c3%a9_pp_judo
Original-original-310_cjuniors
Original-original-310_cadets
Original-original-310_para_judo
Original-original-310_regions
Original-creps_2018
Original-stage_judo_1-4_page
Original-abonnement_sensei_10_ans_60_numeros